Dossier Retour au dossier Pâturage

Tripl'XLExpérimentation sur un système herbager de grande ampleur dans l'Orne

| par | Terre-net Média

Pas moins de 150 vaches laitières de trois races différentes participent à l'étude Tripl'XL menée sur le domaine Inrae du Pin (Orne). Apport de concentrés, reproduction, efficience d'un grand troupeau au pâturage, conduite en vêlages groupés, bien-être animal, ou encore génétique : de nombreux paramètres vont être évalués dans cette expérimentation de grande ambition.

Vaches laitières Holstein et Normande au pâturageL'expérimentation Tripl'XL au domaine du Pin (61) devrait durer cinq à six ans, voire plus selon les recherches affectées au troupeau. (©Inrae)

Le domaine Inrae du Pin dans l'Orne c'est : 420 ha de SAU dont 370 ha d'herbe dédiés aux recherches en production bovine. En janvier 2020, l'exploitation s'est vue confier un programme ambitieux de cinq à six ans : l'expérimentation Tripl'XL.

Les apports de concentrés et leur impact sur la production et reproduction

Symbolisés par leurs trois races bien distinctes (Holstein, Normande et Jersiaise), 3 lots de 50 vaches laitières conduites au pâturage vont être analysés, notamment en modulant leurs apports alimentaires. Luc Delaby, ingénieur de recherches à l'Inrae explique : « L'idée, c'est de quantifier comment ces trois races aux potentiels et aptitudes différents vont valoriser un même apport de concentrés distribué à différents moments de la lactation : durant les 100 premiers jours, dans les 100 à 200 jours, ou dans les 200 à 300 jours. On mesurera ainsi comment elles partitionnent ce supplément en termes de production laitière ou de réserves corporelles. Sachant que les réserves corporelles ont un impact certain sur leur capacité à se reproduire. »

Pâturage des grands troupeaux et vêlages groupés

En plus de l'approche analytique par vache, les chercheurs veulent évaluer le système dans sa globalité, notamment en ce qui concerne la conduite d'un grand troupeau au pâturage. Question qui combine à la fois le phénomène actuel d'agrandissement des troupeaux laitiers, mais aussi la demande sociétale d'avoir des animaux à l'herbe.

Le projet est intégré au LIT Ouesterel (laboratoire d'innovation territorial du Grand Ouest travaillant sur le bien-être et la santé des animaux d'élevage), ce qui lui confère également une approche participative. En d'autres termes, différentes analyses pourront être greffées au projet initial. Le chercheur détaille : « On va s'intéresser au bien-être animal et à la santé des animaux, mais également à l'aspect génétique puisqu'on s'intéressera aussi au format des animaux de race Holstein et Normande. L'objectif est de perdre entre 60 et 80 kg de poids vif d'ici la 5e génération, sans perdre en productivité. »

Retrouvez les explications de Tripl'XL dans l'interview de Luc Delaby sur le plateau de la Space TV 2020 :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


Plr
Il y a 18 jours
quel intérêt à tester en 2020 l apport de concentré 1kg de concentré en plus donne 1 kg de lait en plus d ou l interet de lepositionner dans les 100 premiers jours de lactation pour limiter le déficit énergétique voir essais trevarez 1990
Répondre
Terminé
Il y a 18 jours
Dommage il manque une belle race française très rustique qui s adapte dans beaucoup de pays du monde.
Une grande absente, la Montbéliarde....
Répondre
Popeye76
Il y a 18 jours
Pourquoi experimenter pour des grands troupeaux???ne reproduisons pas les erreurs de la nouvelle zelande!!!on peut vivre tres bien du lait dans un systeme extensif herbager a taille humaine!!!20 a 30 vaches par UMO voire moins si transfo a la ferme!!!Ne faisons pas en France une BIO a 8000 ou 9000 litres de lait par vache (comme le veulent les industriels!!!)car dependante des achats d'intrants ...sauf si vous voulez rester sous l"emprise des marchands en tous genres qui vous tiendront par les factures dues....Les clefs sont:autonomie alimentaire,chargement a adapter en fonction des conditions pedoclimatiques mais surtout un troupeau a taille humaine qui permette une qualite de vie c'est a dire ne pas passer plus de 2 à 2h et demi par jour en salle de traite...car il faut aussi aller chercher les vaches et les renvoyer en paddocks et plus le troupeau est grand et plus il faut du temps pour ces operations qui empietent sur le temps de paturage...
Répondre