[Space TV] Accouplement allaitantLe nouveau logiciel d'Évolution « pour se libérer des contraintes »

| par | Terre-net Média

En septembre dernier, Sébastien Clairand, responsable de la filière viande chez Évolution et directeur de l'univers Charolais, nous parlait sur la Space TV du nouveau logiciel d'accouplement allaitant de la coopérative. C'est un outil d'aide à la décision qui prend en compte les objectifs de l'éleveur ainsi que les gènes d'intérêt et les anomalies génétiques pour enfin proposer les taureaux les plus adaptés à la stratégie des éleveurs.

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Depuis le mois d’octobre, la coopérative d’insémination Évolution propose un nouveau logiciel d’accouplement allaitant. À destination des éleveurs des cinq principales races (Charolaise, Blonde d’Aquitaine, Limousine, Rouge des Prés et Parthenaise), le logiciel est utilisé comme outil d’aide à la décision. Sébastien Clairand, responsable de la filière viande chez Évolution et directeur de l’univers Charolais explique : « L’éleveur donne au technicien ses objectifs de sélection en fonction de la typologie de son cheptel, de sa filière ou encore de ses contraintes. Le logiciel fait ensuite plusieurs propositions de taureaux selon les critères établis. » Sa particularité est d’intégrer les gènes d’intérêt ainsi que les anomalies génétiques des animaux, ce qui affine encore davantage la sélection.

Ce service étant compris dans la prestation globale de l’insémination, il ne demande aucun supplément aux adhérents de la coopérative. Les seules obligations pour s’en servir sont d’être éleveur adhérent à l’état civil bovin et d’avoir inscrit la filiation de ses animaux. Cela permet au logiciel de gérer le taux de consanguinité. 25 % des éleveurs allaitants de la coopérative entrent dans ces critères et pourront donc bénéficier du service.

Sébastien Clairand considère que le logiciel permet à l’éleveur de « perdre et gagner à la fois de la liberté ». Perdant puisqu’il confie le choix de ses reproducteurs à un automate et n’a donc plus la main directement sur le catalogue. Mais gagnant en se débarrassant des nombreux paramètres à prendre en compte et de la longue liste de taureaux qui évolue régulièrement. De plus, l’agriculteur conserve le dernier mot en pouvant réajuster les propositions du logiciel si celles-ci ne lui conviennent pas.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


PATRICE BRACHET
Il y a 27 jours
Cela n existe pas chez les humains ?Car hier sur web agri ils se sont livrés une bataille sans merci et de plus c était des bios j avait honte pour eux !
Répondre