Meilleur éleveur Prim'holstein 2019Les fromagères hautes productrices de l'EARL du Petit Ramard (69)

| par | Terre-net Média

Qui a dit que l'on ne pouvait pas faire du lait de qualité avec des Prim'holsteins très hautes productrices ? L'EARL du Petit Ramard à Condrieu dans le Rhône prouve le contraire. Cet élevage qui transforme les deux tiers de sa production a été élu « Meilleur éleveur Prim'holstein 2019 » et remporte également le titre de la Vache de l'année avec Galaxie !

Cliquez sur la vidéo pour voir la présentation des vaches

Au sommaire :
1/ Les fromagères hautes productrices de l'EARL du Petit Ramard (article actuel)
2/ L'EARL du Petit Ramard : une conduite rigoureuse de l'élevage jusqu'au fromage 

Dans la vallée du Rhône (69), au cœur des vignobles de Condrieu et de Côte Rotie, Marc Bouchet et son neveu Quentin Velut n’ont pas choisi l’élevage en fûts de chêne mais bien celui de Prim’holsteins aux qualités laitières dignes d’un grand cru ! Bien qu’ils ne traient que 36 vaches, les associés de l’EARL du Petit Ramard obtiennent le titre de « Meilleur éleveur 2019 » au concours en ligne de la Vache de l’année organisé par Prim’holstein France, derrière le Gaec Cabon (29) déjà récompensé en 2017.

Pour une première inscription au concours, l’élevage du Petit Ramard réalise un superbe doublet en obtenant le titre de Vache de l’année avec Galaxie (Shottle x Rionel Ad), qui âgée de seulement huit ans et cinq lactations, a déjà produit plus de 66 tonnes de lait avec d’excellents taux (44,1 TB, 34,1 TP) et sans cellules (46 000).

Les cinq vaches retenues sur huit vaches inscrites :

section

Nom

Père x GPM

lait

MP

MU

TB

TP

NG

Moy cell.

IVV 2ans

MP/

JDV

MU/

JDV

Lait

/JDV

5NA

Galaxie

Shottle Rionel Ad

66475

2267

5194

44,1

34,1

90

46

404

0,85

1,94

24,9

4NA

Eolia

Rionel Ad

Finley

77827

2723

5563

36,3

33,9

83

95

603

0,88

1,8

25,2

6N

Ella du grand Cras

Shottle

Blitz

85844

2332

5839

33,7

27,4

89

85

434

0,71

1,78

26,2

7N

Bonenza

AtomStorm

Finley

117949

3421

7677

36,2

29

91

121

479

0,76

1,7

26,1

3NC

Lausanne

Atwood

Shottle

30655

989

2240

41

33,2

88

58

387

0,58

1,31

18

La génétique c’est de l’histoire longue et l’amélioration du troupeau se construit de générations en générations d’éleveurs… mais pas toujours ! Marc et son neveu Quentin ont repris l’élevage du Petit Ramard il y a peine six ans et obtiennent déjà le sacre de meilleur éleveur.

36 VL et 60 ha font vivre 9 personnes à plein tempsAprès une quinzaine d’années comme éleveur-fromager dans le massif des Bauges en Savoie, Marc Bouchet cherche une exploitation pour se ré-installer. Il rachète en 2013 la ferme du Petit Ramard, telle quelle à un couple partant en retraite. Il est rejoint un an plus tard par Quentin, parti apprendre le métier en Nouvelle-Zélande.

300 000 litres de lait transformés et valorisés plus d'1 €/litre

L’EARL comptait auparavant un couple et trois salariés pour la transformation et la vente. Aujourd’hui, cette petite ferme de 36 laitières et 60 hectares fait travailler neuf personnes à plein temps, dont sept pour la fromagerie et deux sur le troupeau et les cultures. Plus de 300 000 litres sont transformés en une large gamme de produits laitiers valorisés à plus d’1 €/l et 170 000 litres partent en laiterie (Agrial) à 365 €/t, grâce à une qualité de lait irréprochable (super A).

Six vaches à plus de 100 000 kg

En 2013, les associés reprennent un troupeau à 9 800 litres de moyenne avec des animaux à gros potentiel comme le prouvent les cinq vaches sélectionnées au concours, déjà présentes à leur arrivée sur la ferme. À force de rigueur et en augmentant l’ingestion, Quentin est parvenu à une moyenne de 12 490 litres/vache (sur 305 jours) à 39,6 g de TB, 31,9 g de TP et une moyenne cellulaire de 70 000 !

« Faire cracher du lait, ça m’a toujours plu », avoue Quentin, dont déjà six de ses vaches ont dépassé la barre des 100 000 kg de lait, comme Apie la doyenne, qui du haut de ses 14 ans et 19 filles dans le troupeau, dépasse les 132 000 litres. Les plus grosses productrices sont à plus de 17 tonnes de lait en 305 jours. En ce moment, après l’ouverture du nouveau silo, les vaches produisent 40 litres par jour à 42,4 de TB et 33,5 de TP.

Quentin Velut de l'Earl du Petit Ramard et Galaxie vache de l'année 2019 PHFGalaxie (Shottle x Rionel Ad), vache de l'année 2019, cumule 66 tonnes de lait en 5 lactations, ce qui fait la fierté de son éleveur Quentin Velut. (©Terre-net Média)

Des souches Nord-américaines solides

« Pourtant je ne sélectionne pas sur le lait et les taux, mes objectifs de sélection sont avant tout axés sur la morphologie », fait remarquer le jeune éleveur passionné de concours. « Je cherche des vaches avec une grosse capacité d’ingestion, de la largeur de poitrail et de bassin avec une mamelle solide. À la fin, je regarde les index cellules et les pattes. »

Quentin s’approvisionne en doses de taureaux nord-américains, comme Dormann, High Octane, Silvio, Sidekick chez Semex (Canada) ou Tatoo et Mc Cutchen chez Bovec (USA). « J’aime bien aussi mettre de très vieux taureaux utilisés il y a plus de vingt ans comme Windbrook, Talent, Damion ou Gibson, c’était de la génétique très solide qui apporte vraiment beaucoup. La génomique, ça va trop vite pour moi. Parce qu'additionner des chiffres sur des chiffres ça ne marche pas à tous les coups, alors qu’avec des montages sur des familles profondes, je suis bien plus sûr du résultat que je vais obtenir. »

50 % de semences conventionnelles, 25 % de sexées et 25 % en Charolais Excellence« Je ne regarde pas les index laitiers comme l’Isu ou l’Inel », concède Quentin Velut. D’ailleurs, les index du troupeau ne sont pas exceptionnels (116 points d’Isu, Inel + 1, - 0,5 TP, + 0,2 TB, lait + 149, Cel + 0,4), mais l’effet troupeau affiche + 4 000 litres de lait, ce qui fait qu’elles expriment très bien au-delà leur potentiel théorique ! « Ainsi, les quelques vaches indexées à + 1 000 litres en lait parviennent à dépasser les 18 000 litres par lactation. Après je ne cherche pas à monter beaucoup plus haut en lait car je risque de baisser en taux et il faudrait passer à trois traites par jour. »

Quentin insémine lui-même, un geste qu’il a appris en Nouvelle-Zélande où il inséminait jusqu’à 200 vaches par jour en pleine saison de reproduction ! Il met environ la moitié de semences conventionnelles, un quart de semences sexées femelles et le dernier quart en Charolais Excellence. Une vingtaine de génisses sont élevées chaque année, « mais il en faudrait moitié moins, car je n’ai pas la place et les vaches qui restent dans le troupeau produisent de nombreuses années. Je vends des génisses mais le marché n’est pas très porteur par rapport à la qualité des animaux. »

« Inséminer quand la vache est prête »

Bien que la production laitière soit élevée, ses résultats de reproduction sont bons avec 58 % de réussite en 1ère IA, 1,5 dose par IA fécondante et seulement 6 % de vaches à 3 IA et plus.

Comme dans la plupart des élevages qui misent sur le volume de lait, l’intervalle vêlage-vêlage est long : 441 jours. « Tous les risques chez la vache laitière se concentrent autour du vêlage, donc je cherche à en faire le moins souvent possible et faire durer la lactation pour augmenter les taux et réduire le nombre de jours improductifs au cours de sa carrière. Je connais chaque vache par cœur et en la fouillant je sais à quelle chaleur elle est prête à être inséminée ou s’il faut mieux attendre la chaleur suivante. Et pour connaître la période de première IA, je double le nombre de litres de lait au pic. Par exemple, avec un pic à 60 litres/jour, j’attends au moins 120 jours avant d’inséminer. »

Faire vêler le moins souvent et préférer faire durer la lactation.Quentin est sorti pour la première fois en concours récemment avec Lausanne (Atwood x Shottle) au National Holstein de St Étienne où elle arrive 3 e de section en primipare et meilleure mamelle. Depuis le jeune éleveur participe aux concours départementaux et au Sommet de l’élevage avec Bonenza (Atom x Storm) qui remporte deux fois d’affilée le titre de meilleure laitière en 2018 et 2019 !

Morphologie :
2 vaches Excellentes (Galaxie et Bonenza)
15 vaches Trés Bonnes
Note Global : 84,7 points
Mamelle : 83,1
Format : 87,5
Solidité : 86,4
Membres 84,2
Après ce premier article axé sur la génétique, découvrez dans une seconde partie la conduite d'élevage et l'atelier de transformation de l'EARL du Petit Ramard.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 23 RÉACTIONS


HASSAN
Il y a 355 jours
bonjour tout le monde je suis d'origine marocain je veux savoir est qu'il quelqu'un qui va me donner deux vaches rouges litières comme échantillon pour savoir combien de lait peut me donner par jour si j'ai la trouve rentable je veux le payé et merci.
Répondre
Paysan
Il y a 355 jours
Ils ont répondu et laissé leur adresse mail dans les commentaires
Répondre
Incrédule
Il y a 356 jours
Vous bavez tous devant les résultats affiché mais pourquoi ni le journaliste ni l Earl ne répond aux questions d un collègue ? Cela pourrait aider des vocations Si j ai décidé d écrire c est par besoin de vérité et la je reste sur ma faim Cela ne pourra être que bénéfique pour nous tous Je connais cette région c est pas facile et j admire ces éleveurs mais qu ils aillent jusqu’au bout dans leurs explications car cela me laisse un goût d amertume
Répondre
Terminé
Il y a 357 jours
Tout le monde est surpris que cette exploitation qui transforme et facture son produit fini fasse vivre 9 personnes.. C'est juste que normal nous avons toute la preuve ici que les transformateurs et les distributeurs s en mettent plein les poches et font crever toute une profession entière les producteurs qui produisent bêtement sans savoir où ils vont, anesthésiés, enchaînés, dans une recherche de compétitivité inhumaine débile. C'est vraiment là que l on se rend compte du bénéfice abyssal que se font les transformateurs. La filière laitière est à la dérive c est tout on veut montrer du positif par les articles mais la décroissance est bien en marche...
Belle réussite pour cette exploitation qui transforme son produit pour en avoir une vraie reconnaissance donc une vraie rentabilité, ce qui n'est pas vrai avec la contractualisation en totale défaveur des producteurs pas rassemblés mais divisés.
Répondre
Jonathan
Il y a 358 jours
Reportage et élevage intéressant. Je retiendrais la rentabilité économique très correcte pour une "petite " exploitation.
Par contre 10 - 15 kg d'aliments par vache. Bof.
Ce n'est que mon point de vue.
L'essentiel étant le résultat...mes félicitations
Répondre
steph72
Il y a 359 jours
Une question,pourquoi avoir un niveau de production aussi haut en trnsformation fromagère?
Ne vaut il pas sélectionner le tp,et le variant BB Kappacaséine ??
Moins de lait mais un tp au dessus de 35 améliorant le rendement fromager...
Répondre
jean-marc havard
Il y a 357 jours
tout est dit!!
Répondre
debutant
Il y a 359 jours
et le lait ne rapporte rien c est ce que l on voudrait nous faire croire .Quel circuit de distribution ? un exemple nous montrant qu il n y a pas besoin de produire comme des bargeots pour vivre de son métier a partir du moment ou l on a trouve le bon filon .Marius a du abuser de plantes illicites .Rionel ad issu d une tres grosse souche holstein Forest ex 94 us , et evolution n etait pas aux commandes a cette epoque et encore moins la genomique ! ce repportage nous demontre bien que la selection est un travail d eleveur et non de laborantins .Ma question au vu des perfs de cet elevage qui sont d un niveau remarquable , que peut bien apporter la soit disante selection moderne ? cela ne remet il pas en cause tout simplement nos shemas de selection et tout simplement de se dire a qui profite donc la selection aujourd hui ? aux eleveurs ou bien aux fonds de pensions qui se cachent derriere la selection aujourd hui ?
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 357 jours
Pour l avoine, la féverole pas des soucis par contre vesce et pois pas sur. Tu peux trouver de la vesce de printemps et des pois a pas cher. Cdlt Patrice
Répondre
Jonathan
Il y a 357 jours
Je voudrais semer des méteil en mars, pense tu que cela est possible. Car se sont des semences d'hiver (pois vesce féverole) ce sont des semences maisons ça m'embêterait d'en acheter.
Ou pense tu que je dois semer autre chose pour le printemps ?
Répondre