[Space TV] ReportageLaurent Dacquin, éleveur (62) : « Emmener ma vache au Space, c'est le Graal ! »

| par | Terre-net Média

Située à Burbure dans le Pas-de-Calais (62), l'Earl Dumoulin Grislin élève une soixantaine de vaches laitières prim'holsteins. C'est Laurent Dacquin, salarié de l'exploitation familiale, qui s'occupe du troupeau. Passionné de génétique et de concours, il présentera au Space 2018 Helga : sa vache qui le suit de fermes en fermes depuis maintenant six ans.

Cliquez sur la vidéo pour découvrir l'élevage Dumoulin Grislin

L aurent Dacquin, jeune salarié agricole motivé par l’élevage, passionné de génétique et des concours, emmènera pour la première fois une de ses vaches au Space, et pas n’importe laquelle ! C’est Helga, une Prim’holstein de six ans, qui foulera le grand ring du salon. C’est, comme il le dit, sa vache « coup de cœur » : il l’a vue naître et l’a rachetée à l’élevage qui l’employait précédemment pour l’emmener avec lui sur son nouveau lieu de travail ; « elle me suit depuis qu’elle est née », affirme Laurent.

« Les concours : une passion qui peut faciliter le commerce »

Non issu d’une famille d’agriculteurs, Laurent s’est formé en fréquentant un établissement agricole et à travers plusieurs stages en fermes. Il est alors devenu vacher pour être au plus près de sa passion : l’élevage. Après plusieurs exploitations, il est aujourd’hui (et depuis trois ans) salarié avec son beau-frère sur l’élevage laitier de sa belle-mère : l’Earl Dumoulin-Grislin. Chacun y a d’ailleurs son poste : Laurent s’occupe des vaches, son beau-frère des 80 ha de cultures et sa belle-mère de la partie administrative.

La note globale de troupeau s'élève à 84,1

Mordu de génétique, l'éleveur établit un programme d’accouplement précis en s’appuyant sur le logiciel Optimate. Il se fournit d’ailleurs à 70 % chez Semex et achète le reste de ses doses là où il trouve les meilleurs taureaux. Il insémine lui-même et sélectionne surtout sur la morphologie des animaux et la production tout en gardant un œil sur les cellules car les vaches sont en aire paillée. « Nous essayons de choisir des taureaux complets, explique-t-il. Un technicien vient pointer les animaux pour mettre le doigt sur les critères à améliorer. Nous sommes également à l’Upra depuis trois ans, ce qui nous motive à être toujours meilleurs. Notre note moyenne d’élevage est de 84,1 contre 82 pour le secteur », se réjouit l’éleveur. 

Laurent emmène des animaux en concours depuis quelques temps déjà. Il participe à des petits comices de son secteur mais également à des départementaux comme Radinghem. Cette année, il s'est rendu au concours régional de Terres en Fête. « Je participe aux concours avant tout par passion mais cela me permet aussi de me faire connaître pour la vente d’animaux. » L’éleveur a monté, avec cinq autres élevages tout aussi passionnés, une association par laquelle ils achètent des animaux en production pour en récupérer les embryons. « Acheter en groupe nous permet de limiter les coûts et de multiplier plus rapidement les souches de nos élevages. On a par exemple obtenu le titre de championne réserve à Terres en fête avec une génisse issue d’un transfert d’embryon. »

emmener une vache au Space : le graal pour son éleveur

Ration des vaches :
Maïs
Soja
Pulpe surpressée
Correcteur
Foin ou enrubanné 
Pâturage selon la période

Pour le challenge national Prim'holstein du Space, 16 animaux des Hauts-de-France ont été inscrits. Seuls 10 d’entre eux ont été retenus par le jury dont Helga, la vache de Laurent. À six ans, elle est loin d’être la mauvaise élève du troupeau : « Elle entame sa 5e lactation, se félicite-t-il. Elle m’a déjà donné quatre femelles et fait en moyenne 260 jours de lactation avec des IVV courts. Elle produit entre 9 600 et 10 000 litres et est toujours pleine entre 45 et 50 jours après le vêlage. » Pour veiller à sa bonne fécondité, Laurent mise principalement sur une ration équilibrée. Il surveille systématiquement les délivrances et tente absolument d’éviter les fièvres de lait. La préparation au vêlage se fait donc au bâtiment avec du maïs, de la paille à volonté, de l’enrubanné, un correcteur et du minéral spécial vache tarie.

Rendez-vous sur le ring du Space le 13 septembre 2018 pour le challenge national Prim'holstein

Helga est issue du taureau Sid Pine (Sid Pine x Fibrax). « Elle se situait à 91 points de note globale au pointage de l’an dernier, fait remarquer l’éleveur. J’ai espoir qu’elle prenne un ou deux points de plus cette année. Je garde toutes ses filles, l’une d’elle est déjà à 85 points. Emmener Helga au Space, c’est un peu le Graal pour moi. C’est une réelle opportunité d’autant plus qu’elle vêle toujours en juin, ce qui n’est pas très bien calé par rapport aux concours du secteur. Là, elle sera prête pour le Space. »

Pour le transport, un camion emmènera les 10 animaux des Hauts-de-France en Bretagne. « Il faut compter presque 8 heures de transport, affirme l’éleveur. On les traira donc tôt le matin avant de partir puis en arrivant sur place et on les "bichonnera" bien sûr là-bas », assure-t-il. Helga ne bénéficie pas d’un traitement de faveur par rapport au reste du troupeau même si Laurent confie qu’elle a parfois une "sucrerie" de plus que ses congénères. « J’aurais pu la mettre au box mais je manque de temps et là au moins je sais qu’elle est en forme, que rien ne la perturbe. »

Une ferme d’élevage dans une zone de cultures

Plutôt située dans une zone de grandes cultures, l’élevage est actuellement saturé : les 65 places de la stabulation en aire paillée sont prises. L'exploitation produit une référence de 650 000 litres pour la Prospérité fermière. Les vêlages ont lieu toute l’année même si depuis quelques temps l’éleveur tente de produire un maximum de lait de juillet à octobre. Sur cette période, les vaches profitent des 10 ha de prairies autour de la ferme ce qui permet de ralentir l’avancée du maïs et d’espacer les curages de la stabulation.

Il y a encore 10 ans, l’élevage ne travaillait pas spécialement la génétique. Depuis l’arrivée de Laurent, celle-ci est bien exploitée avec de nombreuses souches différentes. Ils arrivent d’ailleurs à la valoriser avec la vente d’animaux. « Les vaches font en moyenne 2,4 lactations mais nous essayons de les faire vieillir un peu plus dans l’objectif de vendre des animaux en production à forts potentiels génétiques plutôt que d’en réformer. Il y a de la demande et cela nous permet de conserver la souche en gardant le veau  », explique l’éleveur.

L’élevage Dumoulin Grislin en quelques chiffres :
3 UMO
65 Prim'holsteins
650 000 litres
10 100 litres de moyenne
38,5 de TB, 31,9 de TP
150 000 cellules en moyenne sur l'année
100 % IA par l'éleveur
1er vêlages à 24 mois
Note globale du troupeau : 84,1
80 ha SAU (environ 25 ha de prairies, 19 ha de maïs ensilage, 26 ha de blé et 7 ha de betteraves sucrières)

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Delphine
Il y a 338 jours
Bonjour,
Merci pour cette remarque, il y avait en effet une erreur sur le nom du taureau. Il s'agit de Sid Pine x Fibrax. Bonne journée !
Répondre
caliméro
Il y a 347 jours
Je pense que le père de la vache dont il est question est Sid, de son nom long Pine-Tree-Sid.... et non pineside qui n'existe pas
Répondre