SondagePrès de 50 % des éleveurs tentent de grouper leurs vêlages

| par | Terre-net Média

Selon un récent sondage de Web-agri, 53,4 % des vêlages (en lait comme en viande) sont encore étalés sur toute l'année. Pour autant, de plus en plus d'éleveurs tentent de les grouper sur une période donnée. Et pour une bonne partie, c'est l'automne qui est privilégié.

Jeune veau au biberonPrès de la moitié des éleveurs tentent de grouper la plupart des vêlages sur une période. Cela permet notamment de simplifier le travail. (©CC) Les pratiques évoluent ! Selon notre dernier sondage (du 19 au 26 janvier 2021), près de la moitié des éleveurs bovins tentent de grouper leurs vêlages. Ils sont exactement 46,6 % à le faire contre 41,5 % en 2017.

Cette pratique présente plusieurs avantages. Parmi les plus listés par les éleveurs, il y a la répartition des pics de travail sur certaines périodes et le fait de caler les besoins des animaux sur les ressources disponibles (notamment pour les systèmes pâturants).

Pour autant, au vu des réponses, l'automne semble être la saison privilégiée par les éleveurs pour les vêlages. C'est notamment le cas en élevage allaitant, bien que les systèmes en vêlages de printemps s'avèrent plus résilients sur le plan fourrager selon les experts de l'Idele.

Posez vos questions sur les vêlages groupés !

Vous êtes éleveur laitier et le groupage des vêlages vous intéresse ? Retrouvez les conseils du LIC à ce sujet dans notre dernier article : Passer d'un système étalé sur l'année aux vêlages groupés, et posez toutes vos questions en commentaires. Nous y répondrons prochainement dans un webinaire dédié.

N.B. : Les résultats de ce sondage sont indicatifs (l'échantillon n'a pas été redressé)


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Popeye76
Il y a 24 jours
Avec le changement climatique ca devient tres risque de parier sur une periode unique de velages...l'annee passee est caracteristique:une mise a l'herbe precoce mais pas de pic printanier puis une secheresse precoce qui a limite le potentiel des maïs (-30% en rendement et des maïs trop sec car maturité acceleree par une fin d'Ete chaude!).il va falloir s'adapter (chargement choix des especes fourrageres pour toujours plus d'autonomie)et surtout eviter le conservatisme....et pour les mordus du maïs peut etre semer encore plus tot et des varietes precoces pour eviter ce stress hydrique de fin de cycle qui nuit enormement au potentiel tant en rendement qu'en qualite....
Répondre