Insémination bovineL'IA profonde multiplie les chances de réussite de la semence sexée et de la TE

| par | Terre-net Média

La start-up française Elexinn vient d'inventer XtremiA, un pistolet d'insémination profonde : une petite révolution dans le domaine de la reproduction bovine. Les premiers résultats présentent une amélioration de 15 % du taux de réussite de la semence sexée, et offrent de bonnes perspectives pour la transplantation embryonnaire (TE). Démonstration au Gaec de Chichery dans l'Yonne (89).

L'IA profonde échograpie vache laitière L'IA profonde commence obligatoirement par une échographie pour évaluer l'aptitude à la reproduction de la vache et identifier dans laquelle des deux cornes utérines se trouve le follicule prêt à ovuler. L'occasion pour Mathieu Thomas (inséminateur à la Cecna) d'échanger avec Romain Pichon, l'un des six associés du  Gaec de Chichery (89). (©Terre-net Média)

« Pour les spermatozoïdes, parvenir à atteindre et pénétrer dans l’ovule c’est un peu comme demander à un million d’hommes tout nus de gravir l’Everest en plein hiver ! », s’amuse à comparer Mathieu Thomas, inséminateur à la Cecna, coopérative d’IA basée à Migennes dans l’Yonne. Car en insémination comme en montagne, une fois le col passé, il reste à gravir le sommet. Le concept d’insémination profonde XtremiA mis au point par Elexinn consiste à déposer la semence à la jonction utéro-tubaire, qui se trouve environ 25 cm après le passage du col de l’utérus, au fond de la corne utérine. Pour poursuivre la métaphore, c’est un peu comme si on déposait les alpinistes en hélicoptère au dernier camp de base plutôt que de commencer l’ascension à Katmandou ! De plus, les cornes utérines peuvent être de longueurs très variables selon la taille de l’utérus de la vache, de son âge et du nombre de gestations. 

L’insémination profonde existe depuis plusieurs décennies sur les truies ou les juments, mais les multiples essais conduits sur les vaches s’étaient jusqu’alors soldés par un échec faute de matériel adapté. Mise au point en 1946, l’IA bovine n’a quasiment pas évolué au cours de ces 70 dernières années. Et pourtant, la fertilité des vaches a fortement diminué avec l’augmentation des performances laitières. » En effet, le taux de réussite en première insémination n’est que de 36 % sur vaches prim’holsteins (55 % sur génisses) et de l’ordre de 46 % sur des Montbéliardes et 43 % sur des Normandes.

La gaine souple se courbe dans la corne

A la base de ce concept d’IA profonde : l’entreprise Elexinn, une "jeune-pousse" qui a germé en 2009 au sein de l’ancien groupe fertilité femelle d’Allice (ex-UNCEIA) et créée par la Cecna (Centre Nord) avec l’aide d’Eliacoop (Rhône-Alpes) et Codelia (Sud-Est).

Auparavant, pour tenter une IA profonde ou poser des embryons, il fallait manipuler la corne à travers la paroi du rectum de manière à faire avancer la sonde le plus profondément possible. Avec le risque que le pistolet en inox blesse l'animal. Le pistolet XtremiA se distingue du pistolet classique par ses matériaux : il est entièrement constitué de différentes matières plastiques qui s’adaptent aux contraintes anatomiques de la vache. Il faut que le pistolet soit suffisamment rigide pour franchir le col sans difficulté, puis assez souple dans un second temps pour aller, doucement et facilement, se courber jusqu’à 25 cm dans la corne utérine du côté pré-ovulatoire.

Mais plus qu’un pistolet en plastique, XtremiA est un nouveau concept d’insémination animale, qui associe un matériel d’une nouvelle génération, avec un protocole visant à réaliser un constat d’aptitude de la femelle à la reproduction avant insémination. Avec l’insémination profonde, fini les "pousse-paillettes" ! « C’est un geste assez technique, qui demande un peu d’expérience, fait remarquer Agathe Decherf, ingénieur de recherche d’Elexinn. Comme il faut échographier, cela demande environ un quart d’heure en plus par visite, mais nous avons de très bons retours de la part des inséminateurs. Car l’IA profonde permet de replacer le métier de technicien-inséminateur au centre des performances de reproduction. »

Cliquez pour voir la vidéo d'explication d'XtremiA

Le concept XtremIA par étape

Ecographie vache laitière 1) L’échographie permet d’identifier le côté qui va ovuler. Il s’agit de trouver le follicule. Si on ne le voit pas, alors ce n’est pas la peine d’inséminer, même en IA classique. (©Terre-net Média)  

Pistolet XtermiA 2) Décongeler la paillette et préparer le pistolet XtremiA avec sa double gaine à usage unique (partie rose avec la protection et le manchon en plastique.)  (©Terre-net Média)  

Insémination profonde 3). Passer le col grâce à la partie rigide du pistolet (grise). (©Terre-net Média)  

IA profonde Elexinn 4). Ensuite l'inséminateur pousse la partie rose d'environ 25 cm dans la bonne corne utérine grâce à la gaine souple. Repousser la double gaine pour déposer la semence en badigeonnant la corne. (©Terre-net Média)

Les résultats semblent à la hauteur des espérances : « je pense qu’on peut arriver à gagner une dizaine de points sur le taux de réussite en première IA », espère-t-elle. Testé en 2014 sur 2 500 vaches laitières et allaitantes, dont 400 en semence sexée, le taux de réussite variait de 41 % à 53,6 % selon les inséminateurs.

Rattraper les points perdus par la semence sexée

« XtremiA apporte une réelle valeur ajoutée sur la principale cible du projet, à savoir, la semence sexée », se réjouit Agathe Decherf. Une fois décongelée, la semence sexée contient cinq fois moins de spermatozoïdes viables que la semence conventionnelle. L’insémination profonde devrait permettre de rattraper les quelques points de fertilité perdus par la semence sexée. »

L’essai a ainsi montré une amélioration statistiquement significative des taux de vêlage : de 42.3 % dans le cadre de l’IA classique, contre 48.73 % dans le cadre d’XtremiA en semence sexée, soit 6,43 points d’écart (+ 15,2 %).

XtremiA IA profonde Les premiers résultats avec de la semence sexée montrent qu'XtremiA devrait permettre de généraliser l'usage de la semence sexée sur les vaches multipares.  (©Elexinn)

L’IA profonde s’avère également intéressante pour les vaches qui ont des troubles utérins. Par exemple, des vaches hautes productrices, cyclées normalement, mais qui sont à plus de trois IA et que l’éleveur souhaite tout de même conserver. Du fait de leur productivité élevée, ces vaches ont généralement une circulation hormonale accélérée, qui diminue l’activité de la muqueuse utérine dont le rôle juste avant la fécondation est de faciliter la remontée des spermatozoïdes dans la corne. Ces derniers auront donc plus de difficultés à accéder à l’ovocyte du fait d’une remontée plus lente, ce qui pénalisera leurs résultats de fertilité. En déposant à 25 cm dans la corne, XtremiA devrait résoudre en partie ce problème. L’IA profonde peut également améliorer les résultats de reproduction chez les animaux souffrant de stress thermique.

Faciliter le transfert d’embryons

Le concept XtremIA semble également prometteur pour faciliter la pose d’embryons, qui doivent être transplantés dans la corne. Pour la chercheuse, « l’IA profonde devrait faciliter et standardiser le geste de la transplantation embryonnaire (TE). Tous les techniciens formés à XtremiA seront capables de poser des embryons. Il n’y a plus besoin de faire une piqûre épidurale au niveau de la queue, et on espère pouvoir améliorer les chances de succès de la TE. Ce qui reste à prouver sur un large échantillon.»

Elexinn vient de lancer l’IA profonde sur ses zones (Cecna, Codelia, Eliacoop). Le surcoût de l’insémination profonde varie selon la quantité entre 12 à 15 € (avec deux retours). La Cecna propose un tarif tout compris à 22 € par IA, sans retour.

Elexinn envisage de former un grand nombre de personnes intéressées par cette technique, notamment d’autres coopératives volontaires, des vétérinaires, voire des éleveurs déjà en IPE. Pour Elexinn et ses coopératives, cette nouvelle diversification dans le domaine de la reproduction devrait aussi permettre de faire face à la forte baisse du nombre d’éleveurs (- 50 % des IAP en dix ans dans la zone Cecna) dans cette région de polyculture-élevage du Sud-Est du bassin parisien. Car la petite entreprise Elexynn voit loin, et a bien l’intention de commercialiser son innovation dans le monde entier.

Agathe Decherff Elexinn XtremiA Il a fallu trois ans de recherche à Agathe Decherff d'Elexinn et Pierrick Drevillon, directeur technique de la Cecna, pour mettre au point et tester le concept XtremiA. D'autres améliorations sont en cours, notamment pour faciliter la transplantation embryonnaire. (©Terre-net Média)  


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags :


A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 8 RÉACTIONS


paco
Il y a 1602 jours
d'accord avec toi Franck, pour r'enchérir l'outil est exceptionnel et les résultats devraient être à la hauteur des espérances! sûr le taureau sera toujours meilleur que le technicien ....quoique le BON taureau ne conviendra jamais à toutes les vaches, il sera incapable de me dire si la vache a un problème, quand elle va vêler, il est même capable de me transmettre une maladie sur tout le troupeau et de me foncer dessus par dessus le marché .....bref les commentaires pour démonter sans réfléchir c'est facile ...affaire à suivre
Répondre
Coco
Il y a 115 jours
Excellente remarque, avant d'en vouloir aux autres il faut certainement se remettre en question....
Répondre
franck
Il y a 1632 jours
je ne suis pas du tout d'accord avec les commentaires précédents. Vu les remarques de certains, ils considèrent leurs inséminateur comme un taureau a pneus et non comme un technicien. Pour une fois qu'une start'up travaille sur l'évolution d'un metier qui à fait evoluer le monde de lélevage, je trouve cela très interressant. Avant de critiquer la fertilité des doses, veuillez vérifier d'abord la suveillance des chaleurs et la contention de vos vaches!!!!
Répondre
rxftyutyu
Il y a 957 jours
mdr
Répondre
zut
Il y a 1635 jours
va falloir que j'arrive a en discuter avec mon taureau des fois qu'il voudrait se payer une rallonge pour se la mettre sur la B...(oups je deviens vulgaire pardon) non mais oh c'est quoi encore leurs conneries si il faut etre equipé de ça pour "inséminer plus profond" comment se fait il que mon taureau arrive a me faire des veaux???? avant de critiquer la fertilité des vaches il faudrait peut être regarder la fertilité des doses....
Répondre
christo
Il y a 1635 jours
bien malin celui qui me dira quelle sera la corne fécondante ?
Répondre
Balel
Il y a 1638 jours
Tout à fait d'accord DAV : encore un coût supplémentaire et une plus-value pour les centres d'insémination. Le vieux mode "achetez ça, vous gagnerez plus !". Tant qu'il y aura des abrutis pour sauter à pieds joints, il n'y a pas de raison pour que ça s'arrête...
Faudrait déjà soigner les vaches correctement avant de vouloir les remplir !
Répondre
dav
Il y a 1639 jours
la réussite n'est pas au RDV il y a des imperfections . De plus l'opérateur qui a des stats très moyenne en classique sera aussi moyen en IA profonde . Alors avec un prix trop excessif cela ne justifie pas l'application sur vaches laitières
Répondre