[Space TV] Génétique charolaiseFirmin Capitaine (22) : entre père et fils « la génétique c'est génétique »

| par | Terre-net Média

La race charolaise sera à l'honneur au concours national du Space à Rennes le 12 septembre 2017. Firmin Capitaine, jeune éleveur récemment installé, présentera deux animaux de l'EARL Capitaine Jean-Yves : Javanaise, une génisse, et Malaisie, un taureau. Rencontre avec ce passionné de la race charolaise qui accompagne depuis toujours son père sur de nombreux concours.

Le festival génétique Charolais aura lieu le 12 septembre 2017 au Space à Rennes. La race aura les honneurs du grand ring l’après-midi de cette journée consacrée aux races à viande. 80 animaux parmi les meilleurs de la race charolaise seront en lice.

La génétique pour améliorer les qualités maternelles et bouchères

Animée par la génétique et les concours, l’EARL Capitaine Jean-Yves, située à Bégard (22), sélectionne ses taureaux charolais avec deux objectifs principaux : améliorer les qualités maternelles mais aussi les saveurs de la viande. La sélection se fait sur les critères suivants : facilité de naissance, production de lait, morphologie. 75 % du renouvellement se fait par monte naturelle, les 25 % restants sont des inséminations artificielles et concernent des taureaux inscrits.

L’exploitation vend des taureaux reproducteurs, et même si la demande est limitée à cause de la concurrence au sein de la région, l’élevage tire son épingle du jeu étant reconnu grâce à ses nombreuses participations aux concours.

La passion des concours se transmet de père en fils

Père et fils aiment présenter des animaux en concours. Non seulement pour la notoriété - les concours leur permettent de se faire connaître et de vendre des taureaux - mais aussi parce que ce type d’évènement positionne les élevages par rapport aux autres et donne alors l’envie de s’améliorer constamment. Cependant, la préparation des animaux est chronophage : il faut les habituer à marcher correctement mais aussi les laver ou les tondre et, enfin, adapter leur alimentation. Sur l’EARL Capitaine, une transition alimentaire est réalisée avant le concours : les animaux à l’herbe passent sur un aliment complet (lin, pulpe de betterave et maïs épi). Membre du syndicat Charolais de Bretagne, Firmin lance un appel aux jeunes éleveurs de sa région qui s’intéressent à la génétique et aux concours : « si vous êtes motivés, rejoignez-nous, on s’ouvre à tout le monde même les non expérimentés ».

UNE EXPLOITATION 100 % éLEVAGE qui valorise l’herbe

Jean-Yves Capitaine, installé depuis 1984, élève des Charolaises (avec 55 naissances par an) sur son exploitation de 45 ha dont les trois quarts de la surface est en herbe. Firmin, le fils, s’est récemment installé sur une autre exploitation mais revient régulièrement aider son père, surtout pour la partie concours. L’exploitation valorise ses animaux en vendant les mâles en broutards ou pour la reproduction et les femelles sont toutes gardées. Depuis peu, l’activité s’est diversifiée avec de la vente directe de viande à la ferme qui nécessite une quinzaine de génisses par an.

La Charolaise est une race très appréciée par les éleveurs français puisqu’elle est la race allaitante n°1 en France. Les animaux sont, selon les éleveurs, « dociles et faciles à élever, avec peu d’exigence et une bonne valorisation de l’herbe ». Ils qualifient la viande de « tendre et persillée ».

Le concours charolais se déroulera le mardi 12 septembre sur le grand ring du Space à partir de 14h.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article