GénosantéDeux index « acétonémie » et « santé » disponibles en races Holstein et Normande

| par | Terre-net Média

Le premier index sur l'acétonémie vient d'être officialisé par les équipes de recherche de l'Inra et du projet Genosanté. Cet index génétique sera disponible sur les vaches et les taureaux Evolution dès le mois d'août, ainsi qu'un index de synthèse regroupant plusieurs caractères liés aux maladies des vaches laitières.

Vaches Normandes et Prim'holsteinLes taureaux Evolution, Auriva et Elitest en races Normande et Prim'holstein seront prochainement indexés sur leur capacité génétique à transmettre des filles plus ou moins sensibles aux cétoses. (©Terre-net Média)

Après plusieurs années de recherche et de collecte de données dotées d’un budget de 5 millions d’euros, les généticiens de l’Inra, l’Idele, Allice, des entreprises de sélection (Evolution, Auriva et Elitest) et de Conseil élevage de l’Ouest viennent de mettre au point le premier index de résistance génétique à l’acétonémie. Aussi appelée cétose, cette maladie métabolique affecte près d’une vache laitière sur cinq dans sa forme sub-clinique (voir encadré).

Ce projet, nommé Génosanté, durera encore trois ans. Un index "Acétonémie" et un index de synthèse "Santé" seront disponibles pour les éleveurs des races Prim’Holstein, Pie Rouge et Normande, dès le mois d’août 2016. Ces index seront dorénavant visibles pour les taureaux diffusés et les femelles génotypées.

Jusqu’à présent, seule la résistance aux mammites cliniques est prise en compte dans la sélection sur la santé des races bovines laitières. Pour les autres maladies, la sélection se conduit uniquement grâce à des critères indirects. Ces nouveaux index marquent donc une avancée importante vers une meilleure prise en charge de ces enjeux génétiques et sociétaux.

L’acétonémie, un caractère héritable

Comme pour les autres caractères évalués en sélection génomique, la robustesse du modèle est liée à la taille de la population de référence, celle-ci cumulant des données de phénotypes (performances) et de génotypes pour déterminer les équations de prédiction. Plus de 450 000 phénotypes en race Normande et 2,7 millions en races Holstein et Pie Rouge ont été collectés par l’outil de dosage des corps cétoniques Cetodetect, développé par les entreprises de Conseil en Elevage de l’Ouest (BCEL Ouest, Seenergi et Eilyps). Ces données ont ensuite été analysées et mises en corrélation avec les données issues des génotypages par l’UMT3G (Inra, Allice et idele), équipe en charge de l’évaluation génétique en France sur les caractères déjà évalués, afin de mettre au point un index.

Cette population de référence importante permet une fiabilité optimale : 0.66 en races Holstein/Pie Rouge et 0.58 en race Normande (moyenne pour des animaux ne possédant pas de performances). Ces coefficients de détermination (CD) sont équivalents à ceux des index fonctionnels déjà évalués, comme la fertilité par exemple. L’héritabilité du caractère « acétonémie » est 0,10 dans la population Holstein/Pie Rouge et 0,14 dans la population Normande. Cette héritabilité est plutôt bonne, d’un niveau équivalent à celle de l’index cellules. Par ailleurs, l’acétonémie est corrélée positivement aux taux du lait et à la fertilité, donc ce caractère n’induira pas de contre-sélection.

index acétonémie vaches laitièresL'index acétonémie des vaches laitières sera noté de -3 (très sensible à l'acétonémie) à +3 (très résistante à l'acétonémie), la note moyenne étant 0. Un intervalle à l'intérieur duquel se répartit toute la population Holstein, Pie Rouge et Normande phénotypée. (©Genosanté / Idele) 

L’index de synthèse « Santé »

L’index acétonémie est accompagné par la mise en place d’un nouvel index de synthèse « Santé » qui combine à trois caractères déjà évalués :

30 % Acétonémie
30 % Repro (fertilité vache, fertilité génisses, intervalle vêlage IA1)
30 % santé mamelle (cellules, mammites clinique)
10 % longévité

Cet index de synthèse « Santé » Génosanté est amené à évoluer. L’objectif étant qu’il s’alimente des nouveaux caractères indexés à travers le projet. Dès 2017, un index « santé du pied » devrait voir le jour ; les boiteries étant devenues la troisième pathologie en élevage laitier par leur fréquence et leur impact économique.

En agissant en amont, la sélection génétique sur la santé permettra de limiter de nombreuses problématiques directement liées à la santé des vaches laitières. L’index « Acétonémie » va ainsi permettre aux éleveurs d’optimiser la conduite de leur cheptel en prenant en compte ce nouveau critère dans les plans d’accouplements.

Réduction des risques de 21 % dès la première génération

L’accouplement des femelles génétiquement sensibles à l’acétonémie avec des taureaux améliorateurs va permettre, au fur et à mesure des générations, de limiter le nombre d’animaux atteints d’acétonémie clinique et sub-clinique et, par voie de conséquence, d’en limiter l’impact économique au bénéfice des éleveurs. En effet, en raisonnant les accouplements, il est attendu dès la 1ère génération une réduction de 21 % des cas d’acétonémie soit 12 € annuel par vache laitière d’économies (1 200€ pour un troupeau de 100 vaches). Dans la 2ème génération, l’amélioration attendue est de 36 % soit 21 €/VL d’économies cumulées (2 100 € pour 100 VL).

En plus de cet intérêt économique direct, Génosanté doit permettre aux éleveurs de prendre progressivement de l’avance sur les attentes réglementaires actuelles et futures, en ce qui concerne l’usage des antibiotiques par exemple (plan Ecoantibio 2012-2017), mais aussi d’améliorer le bien-être animal en diminuant les pathologies, de réduire les coûts directs et indirects liés à la gestion de la santé des animaux, de rendre le coût de production du lait plus compétitif ou encore de répondre aux attentes des consommateurs.

Qui bénéficiera des index ?

Le projet Génosanté a permis de valider de véritables index par les unités de recherches publiques. Néanmoins, ces index restent privés et seront uniquement disponibles auprès des partenaires : les index génomiques pour Evolution (+Auriva et Elitest), tandis que les adhérents au service Cetodetect auront accès aux index polygéniques de leurs vaches laitières en cours de production.

Type d'indexQuels animaux ?Quels éleveurs ?
PolygéniqueVL disposant de performancesAdhérents au service Céto'detect proposé par BCEL Ouest, Seenergi et Eilyps
GénomiqueTaureaux diffusés et femelles génotypéesAnimaux génotypés par Evolution, Auriva, Elitest ou les Ecel partenaires. L'historique sera repris pour les animaux déjà génotypés.

l’acétonomie : - 250 € par vache atteinte

L’acétonémie (ou cétose) est une pathologie métabolique qui intervient chez la vache laitière haute productrice en début de lactation. Elle se caractérise par :
- Diminution de la production laitière (jusqu’à 500 kg pour une primipare)
- Impact sur la reproduction (retard de cyclicité et baisse du taux de réussite IA1 de l’ordre de 20 %)
- Augmentation du risque de rétention placentaire et déplacement de caillette

Sa prévalence en clinique (symptômes sévères) est estimée à 5 % et en sub-clinique (caractérisée par une augmentation des taux de corps cétoniques) à 20 %. Si nous cumulons ses conséquences en élevage, l’impact économique annuel de l’acétonémie pour un troupeau de 100 VL est de l’ordre de 6 000€ soit environ 250€ par vache atteinte !
En savoir plus sur l’acétonémie

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article