Pôle cultures fourragères

20Novembre
Pâturage

« La mise à l'herbe du printemps se prépare à l'automne »

En automne, il reste encore de l'herbe à aller chercher. Si les conditions de portance le permettent, les animaux (surtout ceux à faibles besoins) peuvent regagner les prairies pour profiter des repousses et nettoyer les parcelles avant l'hiver. D'une pierre deux coups : le pâturage d'automne permet d'économiser du fourrage stocké tout en favorisant la future pousse de printemps.

20Novembre
Ressource fourragère

Les couverts végétaux : des valeurs alimentaires intéressantes à exploiter

Les couverts végétaux présentent de bonnes valeurs nutritives pour les animaux (96 g PDI/UFL en moyenne). Leur utilisation au pâturage ou en affouragement en vert nécessite toutefois une étude préalable de leur valeur énergétique et azotée ainsi qu'une évaluation de leur risque acidogène.


15Novembre
Pâturage, vêlages groupés et monotraite

F. Charles (22) : « Doubler le revenu en travaillant deux fois moins »

Dans les Côtes d'Armor, chez Christelle et Fabrice Charles, les vaches passent 10 mois de l'année dehors. Les 2 mois restants, elles sont en bâtiment mais surtout toutes taries, grâce au système de vêlages groupés. Le reste de l'année, c'est la monotraite qui rythme les journées et la période de reproduction qui est la plus intense. Aucun regret pour ces éleveurs qui ne dépassent pas les 3 000 l/vache mais qui ont pourtant multiplié leur revenu par deux en 10 ans.

13Novembre
[Data] Récolte maïs grain 2019

Une campagne marquée par de fortes disparités de rendements

D'après un sondage Terre-net, les rendements de maïs grain se montrent très hétérogènes et à la baisse cette année. Les chiffres officiels le confirment : Agreste enregistre une diminution de 3,9 % du rendement sur un an en maïs grain non-irrigué et de 4,9 % en maïs grain irrigué. Un potentiel, une nouvelle fois, entamé par la sécheresse et les vagues de chaleur de l'été.

13Novembre
Prairies permanentes

82 % des régions avec une pousse d'herbe déficitaire sur cette campagne

La sécheresse 2019 a eu un fort impact sur la production d'herbe. Au 20 octobre, Agreste estime que la production cumulée des prairies permanentes est inférieure de 27 % à la pousse annuelle de référence. Le déficit de pousse concerne 82 % des régions fourragères. Auvergne-Rhône-Alpes est la région la plus touchée avec un déficit de 38 %. À l'inverse, la Bretagne est la seule région à terminer la campagne avec une pousse cumulée d'herbe normale.

13Novembre
Earl de Charchenay (Deux-Sèvres)

Du pâturage tournant dynamique pour les Blondes d'Aquitaine

Avec cinq années de recul en pâturage tournant dynamique pour les 60 mères Blondes d'Aquitaine de son troupeau, Stéphane Faidy confie : « Si c'était à refaire, je le referai ! » Meilleure productivité des prairies, arrêt de la fertilisation minérale, docilité du cheptel... : l'éleveur des Deux-Sèvres constate de nombreux avantages.

8Novembre
Autonomie fourragère

Sur 26 ha de SAU, Léo Girard dépend de ses voisins pour nourrir son troupeau

La ferme de Léo Girard, éleveur dans la Drôme, tourne à plein régime. Problème : elle ne dispose que de 26 hectares de SAU, pas suffisant pour lui permettre d'être autonome en fourrage. Il doit ainsi acheter chaque année 150 tonnes de luzerne sur pied, qu'il sèche en grange. Au moins le double de surfaces serait nécessaire pour sécuriser son système. Une vraie difficulté dans une région où le foncier est cher et convoité.

6Novembre
[Témoignage] Mon projet, mon avenir

« Améliorer le bien-être des vaches et sols » grâce au financement participatif

Gilles et son associé Loïc sont « convaincus » qu'il leur faut se « réapproprier » leur « métier pour être en phase » avec leur « vision de l'élevage et être plus résilients face au marché ». Ils veulent « tendre vers un système agricole durable, plus autonome et garantissant un confort de vie optimal » à leurs « vaches et sols ». Pour réussir cette transition, ils ont sollicité l'accompagnement des citoyens via la plateforme de financement participatif Miimosa.

5Novembre
Réchauffement climatique

« En 2050, seulement six jours maximum pour récolter le maïs au bon stade »

Le réchauffement climatique pointe la nécessité d'anticiper les changements pour sécuriser la disponibilité des fourrages. Pour l'herbe, une nouvelle courbe de production est attendue avec une augmentation de la pousse durant les hivers doux, et un allongement du déficit estival. Concernant les maïs, « l'intervalle entre la floraison et la récolte va encore se réduire, limitant la période optimale de récolte de la plante au bon taux de matière sèche », indique Jérôme Pavie, chef du service fourrages et pastoralisme à l'Idele.

4Novembre
Graminées et légumineuses

Le progrès génétique des variétés de fourragères en faveur de l'élevage

Les variétés de fourragères ont-elles évolué depuis 10, 20 ou 30 ans ? Bien sûr que oui, les semenciers travaillent sur l'amélioration du rendement, la qualité, la résistance, la facilité d'exploitation et bien d'autres critères en faveur de l'exploitation en élevage par la fauche ou le pâturage. Le Gnis fait le point sur ce progrès génétique des fourragères.

28Octobre
L'info météo du jour

Ce lundi, le ciel devrait rester gris et pluvieux de la Bretagne à la Garonne jusqu'au centre-est. Il devrait être plus sec et lumineux des frontières du nord-est au Pays de Caux jusqu'à la Beauce. La journée de mardi s'annonce grise et humide sur une majeure partie du pays.

25Octobre
Grandes cultures bio

« Pas de recette miracle : il faut trouver des marchés, semer après »

Les céréales bio ont la cote. En France, les surfaces ont bondi et la demande ne fléchit pas. Sans surprise, c'est sur le blé que la demande est la plus forte, mais de nouvelles filières émergent, notamment les légumineuses conso. Si une vraie opportunité semble se dessiner, collecteurs et meuniers estiment que le marché a encore besoin de se structurer. Rotation et fertilité des sols restent également des défis à relever.

25Octobre
[Récolte 2019] Maïs

Des résultats très hétérogènes et limités par les conditions climatiques

Début de cycle difficile, stress hydrique pendant la floraison... : les conditions climatiques ont fortement impacté les cultures, tant en maïs grain qu'en maïs fourrage. Les résultats de cette campagne se révèlent très hétérogènes entre les régions, mais également au sein d'une même zone de production.

25Octobre
Témoignages

Deux éleveurs bio face à la sécheresse : leurs stratégies pour s'adapter

Comme beaucoup de leurs collègues, Frédéric Lenglet et Gildas Gedouin, deux éleveurs bio de l'Ouest ont dû faire face à la sécheresse et adapter leurs pratiques. Pour maximiser le pâturage, le premier réalise un sursemis sur ses prairies permanentes en septembre puis un semis direct de méteil. Pour le second, cela passe par un topping dès le début de la saison pour densifier la repousse et limiter les refus. Les deux éleveurs diversifient les espèces implantées et testent aussi des mélanges prairiaux pour voir les plus résistants au manque d'eau.

24Octobre
Betterave fourragère

Arrachée ou pâturée, la betterave assure à tous les niveaux

Incorporée à la ration, la betterave fourragère améliore l'appétence et apporte de l'énergie. Et si on ne l'arrachait plus ? En effet, le pâturage des betteraves réduit grandement les frais de mécanisation en étant tout aussi efficace. Cette méthode permet d'ailleurs de pallier un déficit d'herbe en été. Et côté butyriques ? Aucun risque au pâturage !

23Octobre
Maïs ensilage

11,7 t MS/ha de rendement moyen : y aura-t-il assez de fourrage pour l'année ?

D'après un sondage de Web-agri, les rendements de maïs ensilage sont à la baisse cette année. Les chiffres officiels le confirment : le rendement moyen 2019 est de 11,7 t de MS/ha (contre 12,1 en 2018). Certains éleveurs se demandent même comment ils vont réussir à nourrir leur troupeau toute l'année. Heureusement, des alternatives existent mais encore faut-il trouver la bonne.