[Moisson] Orge d'hiver2 à 2,5 t à l'hectare : une récolte catastrophique pour Gilles vk

| par | Terre-net Média

Dans sa dernière vidéo, Gilles vk, agriculteur du Loiret, dresse le bilan de sa récolte d'orge d'hiver : une catastrophe selon ses propres termes. La culture ne devrait plus avoir sa place dans son assolement l'année prochaine.

Cliquez sur la vidéo pour la lancer

Dans une nouvelle vidéo, Gilles vk, agriculteur dans le Loiret, nous dresse le bilan de sa récolte d'orge hiver sur la seule parcelle de 10 ha qu'il avait conservée suite aux fortes pluies de l'automne-hiver. Et le résultat est « catastrophique » : 2 t à 2,5 t à l'hectare.

La JNO, les pucerons et l'hiver humide ont été néfastes à la culture. Et avec une moyenne de 4,5 à 5 t ces dernières années, il estime qu'elle n'est plus assez rentable. Il va donc sûrement l'arrêter et revoir son assolement pour l'année prochaine.

En attendant, il espère de meilleurs résultats dans ses blés et colzas qu'il commencera à récolter la semaine prochaine. 

Et vous quels sont vos résultats en orges ? N'hésitez pas à laisser votre commentaire et à suivre la moisson en direct sur Terre-net grâce au Live Moisson.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 82 RÉACTIONS


zhaoo2000
Il y a 114 jours
Le prix de la paille est celui payé par les écolos bobos bios pour alimenter les énormes centrales de chauffage urbain de la périphérie des villes ; les mêmes achètent du mais sur pied pour nourrir les méthaniseurs ! ensuite les éleveurs se plaignent d'acheter des litières parfaitement synthétiques à base de ... plastique !!! et ne font évidemment que du bio ! On rêve éveillé !
Répondre
jfpb08
Il y a 115 jours
entièrement d'accord remplir les bons de commande,vendre sans prix n'est pas digne du statut de chef entreprise
Répondre
Pipo
Il y a 115 jours
Beaucoup ne payent plus leurs fournisseurs... en argent, ils payent en allant vider dans le trou à la moisson. Par ailleurs, beaucoup sont aussi pieds et mains liés avec leurs fournisseurs parce qu'ils sont les mêmes que leurs acheteurs... Combien j'en vois qui au moment d'acheter de l'engrais, des semences ou des phytos ne font aucune comparaison de prix entre les différents fournisseurs! De nouveaux acteurs sont apparus avec internet et peuvent êtres intéressants.
Répondre
Olmer
Il y a 115 jours
ARRÊTEZ de vous plaindre ,tout travail mérite salaire.
Aujourd'hui ce n est plus le cas.
Il faut taper fort.
ARRÊTONS DE PAYER NOS FOURNISSEURS, COOPS ET AUTRES.....
Répondre
gibero
Il y a 115 jours
Et oui ça permet de raballer beaucoup d hectare , et peut de rendement comme aux usa, ah oui on a vraiment rien compris avec nos charrue et nos rendements corrects, on produit et eux il les r(acistes) bricolent.
Répondre
arnaud
Il y a 115 jours
il est pas en semis direct lui?? Nous qui travaillons encore le sol, on vraiment rien compris!!!!!! :))
Répondre
Cabeillade
Il y a 115 jours
Ça marche, on en reparle dans 30 ans ! On verra bien comment la taxe carbone, la suppression de l'élevage, les voitures électriques, les bio-carburants et autres inventions géniales (selon vous) auront réussi à inverser la tendance et influencer positivement sur le climat. Je ne me fais pas trop d'illusion. Les étés caniculaires et les 150mm de précipitations en 3 jours, je me les prends sur le coin de la gueule tous les ans et je peine à croire que tout cela soit uniquement lié à la concentration de CO2 dans l'atmosphère. Le problème d'aborder ce sujet du changement climatique comme si c'était une religion (c.a.d. que l'on na pas le droit de remettre en question) à travers ce marqueur du CO2 sur des projections mathématiques à 100 ans, c'est qu'on peine à voir les vrais enjeux : utilisation des ressources, résilience des systèmes, mondialisation des échanges, accumulation des richesses par spéculation, etc. Pour info j'ai 37 ans et toutes mes dents, je suis en bio, je ne laboure pas, je pratique les couverts inter-cultures, les cultures associées, je travaille avec des semences fermières, j'ai une partie de ma sole en prairie permanente, je n'achète pratiquement aucun intrant et j'ai pour projet de passer quelques parcelles en agro-foresterie. Maintenant, vous pouvez bien pleurer ou me jeter l'opprobre, je m'en contre-fous, je pense que j'en fais plus pour l'environnement que tous les idéologues que vous défendez.
Répondre
Emils
Il y a 115 jours
Vous mettez à un même niveau des notions de d'anti-fascisme, d'idéologie politique et de la lutte contre le changement climatique ? Ah bah on en reparle dans 30 ans. Honte à vous. Je sais pas de quelle génération vous êtes, mais si vous êtes pas encore à la retraire, vous le prendrez, le retour de baton. Je veux bien entendre la détresse des agriculteurs et les défendre contre les attaques de personnes déconnectées de la vie rurale, mais entendre des agriculteurs nier la gravité du changement climatique, j'ai juste envie de pleurer
Répondre
Cabeillade
Il y a 116 jours
Par néo-ibéralisme, j'entends hyper-financiarisation de l'économie, opposé au capitalisme productiviste (qui lui au moins, produit de la richesse, quoiqu'on en dise). La dérive de la gauche vers l'anti-fascisme, l'écologie de façade, la défense des "minorités", la lutte contre le changement climatique et autres idéologies politiques vides de sens ne sont là que pour masquer leur abandon total de la défense des travailleurs depuis la destruction de la classe ouvrière (et de la classe paysanne). D'ailleurs si on remonte aux origines, l'écologie est une préoccupation plutôt issue la droite (conservatisme, catholicisme social, etc) ; sa récupération par la gauche pour en faire un outil de destruction de l'économie (à travers toutes les taxes et mesures que nous connaissons) est somme toute assez récente.
Répondre
gréviste
Il y a 117 jours
c'est clair diviser pour mieux régner !
Répondre