Dossier Retour au dossier Maïs fourrage

Témoignages d'éleveurs« Attaques de corbeaux : les dégâts sont considérables cette année ! »

| par | Terre-net Média

Après le semis de maïs, l'heure est au resemis pour bon nombre d'agriculteurs. Les attaques de corbeaux sont très importantes cette année, comme en témoignent Laurent Thiébot en Ille-et-Vilaine ou encore Sébastien Delva dans le Nord. En tournesol chez Julien Dupuis dans les Deux-Sèvres, ce sont surtout les pigeons qui font du dégât. En ce qui concerne l'effarouchement, ça ne suffit pas, « et encore moins lorsqu'on se fait voler son matériel », témoigne l'éleveur.

Témoignage d'éleveurs sur les dégâts de corbeaux en maïs et pigeons en tournesol.De gauche à droite : Laurent Thiébot (35), Sébastien Delva (59), tous deux embêtés par les corbeaux sur maïs et contraints de resemer, et Julien Dupuis (79) qui constate une invasion de pigeons sur ses tournesols et s'est fait voler ses effaroucheurs. (©Terre-net Média/Laurent Thiébot/@farmers3b/Julien Dupuis) 

Attaques de corbeaux en maïs ou encore pigeons en tournesol... Les agriculteurs tentent de mettre en place des moyens de lutte mais sont malheureusement bien souvent contraints de resemer. Ils témoignent :

« 8 ha à resemer et jusqu'à 3 000 € de perte »

Éleveur laitier en Ille-et-Vilaine, Laurent Thiébot a semé 49 ha de maïs fourrage (sur ses 94 ha de SAU pour 110 vaches laitières et leur suite). « On a démarré les premiers semis au 13 avril dans de très bonnes conditions. La levée était optimale mais après ça a été un désastre. On a eu une invasion de corbeaux sur trois sites différents. »

Canons à gaz, épouvantails achetés ou faits-maison, rubans de chantier, effaroucheur sur un mât... l'éleveur est pourtant largement équipé mais ça ne suffit pas. « Les effaroucheurs fonctionnent sur un rayon de 3 à 4 ha seulement, rien n'est adapté aux grandes parcelles et il faudrait mettre les canons à gaz pendant 4 à 6 semaines, du semis à la levée, mais là ça pose problème ! En tant qu'agriculteurs, on comprend et on s'y habitue mais pendant le confinement, c'est plus délicat. Heureusement, mes parcelles équipées sont loin des habitations. »

Concernant les tirs de nuisibles, les demandes tardent à être traitées et les autorisations sont délivrées bien trop tard. « De toute façon, je dispose de trop peu d'arbres dans mes parcelles pour me cacher, les corbeaux ne sont pas bêtes », confie Laurent. « Il n'y a qu'une chose que je n'ai pas essayée, c'est l'effaroucheur sonore mais c'est encore un investissement supplémentaire ! »

Et à ce niveau, Laurent en a eu bien assez. Obligé de resemer 8 ha de maïs, il estime la perte entre 2 000 et 3 000 € : « Entre le coût des semences et les pieds qui ne pousseront pas, ça monte vite. Et bien-sûr, pas d'indemnisation, le corbeau étant un animal sauvage. » Il conclut : « Il n'y a pas de solution miracle. L'idéal serait de pouvoir les éradiquer mais ce n'est pas possible ». Autre piste que Laurent envisage : « Il serait intéressant d'utiliser un drone pour évaluer l'état de la parcelle vue d'en haut. Cela permettrait peut-être aussi d'être plus précis sur le resemis. »

« On m'a volé mon effaroucheur ! »

Dans les Deux-Sèvres (79) chez Julien Dupuis, c'est un autre problème... Installé depuis une dizaine d'années avec son père sur l'élevage de Parthenaises (100 vêlages/an) et ses 170 ha de SAU, impossible pour lui de semer la trentaine d'hectares de céréales à l'automne à cause des pluies. Père et fils ont alors augmenté leur surface en maïs et ont décidé d'implanter 25 ha de tournesol. Au moment de la levée en revanche, ce fut l'invasion de pigeons. « Si nos voisins sont embêtés par les corbeaux dans le maïs, ici ce sont les pigeons dans le tournesol. Par endroits, il y en avait une quarantaine », affirme Julien.

L'éleveur a alors demandé une dérogation pour les tirer mais sans réponse, il a préféré prendre les devants et investir dans deux canons à gaz. « Le champ est à 600 m des premières habitations. On les mettait en route du lever du jour au coucher du soleil en les tournant bien-sûr dans le sens inverse des habitations », explique-t-il. Et pourtant, ça a dû déplaire à certains puisque le 25 avril, Julien constate qu'on lui a volé son dispositif. En colère, l'éleveur s'est exprimé sur Facebook :

« Je peux comprendre que ça dérange certaines personnes et que le bruit soit un peu amplifié avec l'écho de la vallée mais quelqu'un aurait pu m'appeler ou venir me voir pour en discuter. Les gens ne comprennent pas que cela représente une perte d'argent (non seulement en nous volant notre matériel mais aussi parce que les pigeons sont revenus) et une perte de temps (parce qu'il a fallu porter plainte et faire une déclaration à l'assurance). »

Le coup de gueule de l'éleveur a été fortement relayé sur les réseaux sociaux et les JA du département en ont remis une couche en guise de piqûre de rappel aux citoyens. Suite à ça, « certains maires ont même pris des arrêtés en faveur de leurs agriculteurs pour autoriser et encadrer la mise en place des effaroucheurs sur leurs communes », confie Julien. Peut-être de quoi mettre du plomb dans la tête à certains !

« 30 % de ma surface de maïs ensilage à resemer »

Sur les réseaux sociaux, beaucoup d'éleveurs font le même constat : les ravageurs se multiplient et les dégâts sont importants. Dans le Nord (59), Sébastien Delva partage son désarroi dans une vidéo postée sur Twitter :

« Tristement aujourd'hui on resème du maïs car on a énormément d'attaques de corbeaux. Aujourd'hui c'est 4 ha, mais au total, c'est 30 % de ma surface de maïs ensilage que je dois resemer. » Sa stratégie ? Alors qu'il sème normalement à 105 000 pieds/ha, l'éleveur a choisi de limiter le resemis à 85-90 000 pieds pour essayer de conserver ceux qui sont présents et ne pas trop surcharger les rangs.

L'éleveur interpelle d'ailleurs le ministère de l'agriculture dans son post : « À force de nous enlever nos outils de protection, c'est l'agriculture et la France qui se perd... » et explique dans le fil de discussion : « Avant nous avions de l'anthraquinone, un traitement de semence qui empêchait les corbeaux de manger les graines, mais ça c'était avant... J'ai essayé d'enrober la semence avec du piment, ça marche au début mais l'humidité du sol et les pluies font disparaître le goût. » Il ajoute : « Depuis quelques années, nous installons des nichoirs pour les chouettes et autres rapaces mais la pression est énorme et les rapaces seuls ne suffisent pas. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 10 RÉACTIONS


zhaoo2000
Il y a 80 jours
Rendements en augmentation de 100% en permaculture et sylviculture ? On rigole à moins que d’être passé de 10 choux à l'hectare à 20 va permettre de nourrir les ventres à choux du monde entier! Donnez d'abord les écarts type ! Pas de corbeaux (freux) une chance sur mes mais ! Des rapaces ont bien protégés mes levées mais je n'y suis pour rien (buse cendrée et busard d'un autre coté). Peu de pigeons sur mes tournesols par contre des lapins en pagaille. Un effaroucheur volé : trop près d'une départementale ! pas d'insultes en prévenant les voisins et en faisant fonctionner les canons de 6h à 22h. Les chasseurs confinés !!!
Répondre
Didjoral
Il y a 82 jours
Bonjour nous pouvons peu être vous aider nous avons créer le chasseur de corbeaux merci de rentrer en contact avec nous sur la page Facebook afin que l’on mette un message pour vous trouver une personne pratiquant ce mode de protection de vos cultures à très vite
Répondre
Kitkat38
Il y a 83 jours
C est sur que quand on lit ce genre de commentaire on ne voit plus trop l interet de gagner moins de 900 euros par mois en bossant plus de 50h pour nourrir une bande d imbeciles qui vous insulte. "Maudit de votre pognon" ou ca du pognon?Les tracteurs le matériel ce sont des outils de travail on a des prêts jusqu à la fin de notre vie pour les rembourser. On aimait ce métier on y croyait mais vous nous en dégoûtez. Un jour vous voudrez applaudir les agriculteurs mais il sera trop tard ...
Répondre
destartine
Il y a 83 jours
Une agriculture écologique peut tout-à-fait nourrir l'humanité (surtout que de nombreuses expérimentations actuelles font progresser les rendements, notamment en permaculture, sylviculture). À condition de revenir à des cultures de proximité. Le véritable problème, c'est que l'agriculture est devenue, au tournant des années 50, une industrie et un marché. L'alimentation ne devrait pas obéir à la loi du marché.
Répondre
Kitkat38
Il y a 83 jours
Maudits sout les agriculteurs ...il faut arrêter le délire là,on voit en ce moment beaucoup plus d oiseaux et d abeilles c est l industrialisation qui est en cause pas l agriculture. Quand vous n aurez plus rien dans vos assiettes vous viendrez pleurer ceux que vous maudissez.Si vous croyez qu une agriculture" biologique" suffira à nourrir la planète. Ce sont sûrement encore des paroles de quelqu un qui n y connait rien en agriculture et qui profite de son petit confort...industriel qui pollue davantage que l agriculture.
Répondre
Bonjour mon coeur
Il y a 83 jours
Reprenez une exploitation et l on viendra visiter se que vous aurez mis en place !
C est seulement a ce moment là que l on pourra parler avec vous.
Répondre
Chris
Il y a 82 jours
Souhaitez nous la mort, ça ira plus vite !!! La prochaine fois laissez votre nom, parce que je vous trouve très courageux derrière votre écran !
Répondre
grrr
Il y a 81 jours
t'as juste oublié de rôter en fin de propos ,toutefois bien content de participer à ta thérapie en te lisant
Répondre
lait70
Il y a 74 jours
visiblement vous ne valez pas grand chose pour avoir des propos comme cela,et vous seriez un privilegier du rsa que ca ne m'etonnerait pas
Répondre
Thuya69
Il y a 83 jours
Je n'approuve pas du tout les vols de vos matériel . Je déplore les agissements de certains agriculteurs envers tous ces oiseaux . Les ont fait classés nuisibles . Moi quand je lève les yeux vers le ciel il me faut frotter mes yeux pour vour des oiseaux . Il fut des épiques où les vols d'oiseaux obscurcissaient le ciel . Vous êtes maudits de votre pognon et vos méthodes ou autres mentalités . Alors que tant vous serait possible . Pas possible ici de ...débattre . Mais vous êtes maudits . Menteurs . Manipulateurs . Et vos modes d'agriculture factices et NUISIBLES . Vous nous menez très lentement au gouffre . Maudits ? Le " ciel" lol vous le rendra vous le verrez aussi vite qu'on savait bien que ces virus un jour nous tomberaient dessus mais pas...si vite .
Répondre