Dossier Retour au dossier Pâturage

PâturageD'après Jean-Baptiste Carrié (12), « le PTD c'est tout bénef ! »

| par | Terre-net Média

Jean-Baptiste Carrié élève des vaches allaitantes limousines dans l'Aveyron. Converti depuis trois ans aux méthodes du pâturage tournant dynamique, il ne reviendrait plus en arrière à ce jour. Cela lui a permis d'augmenter la durée du pâturage, de faire grimper les rendements, de supprimer ses intrants et d'améliorer l'état général du troupeau.

Cliquez sur la vidéo pour découvrir le témoignage de Jean-Baptiste Carrié sur le pâturage tournant dynamique

L e pâturage tournant dynamique (communément raccourci sous le terme PTD par ses adeptes) n’a plus de secret pour Jean-Baptiste Carrié. Installé à Lunac (12), il conduit depuis 3 ans ses 75 Limousines en label rouge du 15 mars jusqu’à la mi-novembre selon cette nouvelle méthode de pâturage. Parmi ses 60 ha, 45 sont en prairies (dont 23 ha de prairies naturelles). « Le pâturage tournant dynamique consiste à faire pâturer de l’herbe à son stade optimum, c’est-à-dire 3 feuilles, explique-t-il. Les vaches changent de paddock tous les un à trois jours. Cela laisse un repos à la parcelle de 18 à 60 jours selon la rapidité de pousse de l’herbe. » L’éleveur s’est tourné vers cette pratique dans l’objectif de produire plus en réduisant ses intrants.

Quelques aménagements nécessaires

Avant de se lancer, il a d’abord suivi une formation théorique puis pratique avec un groupe d’éleveurs. Il a ensuite fallu aménager les parcelles. Pour cela, Jean-Baptiste a utilisé les quelques chemins déjà existants sur son exploitation et en a créé de nouveaux. Il a alors découpé ses différentes parcelles dans le sens de la pente pour obtenir finalement une quinzaine de paddocks. « La taille des paddocks dépend du nombre de vaches et de jours de pâturage. Mon objectif de départ se basait sur 1 paddock/jour mais je suis plutôt à 1,5 paddock/jour », confie-t-il.

Pour l’eau, c’est un peu plus compliqué : « J’ai seulement 2 points d’eau dans les chemins d’accès mais l’optimum serait que les vaches aient accès à l’eau dans tous les paddocks ; ça viendra par la suite », assure l’éleveur. Au total, il estime avoir investi 60 €/ha pour l’aménagement des parcelles ce qui représente un coût de 6 €/ha/an puisque le tout est amorti sur 10 ans. Après bientôt trois ans de recul, l’éleveur n’a aucun regret quant à cet investissement : « La première année, j’ai fait 5,4 t de rendement puis 6,4 t la deuxième année mais il ne faut pas oublier qu’on n’utilise ni gasoil ni matériel pour faucher car tout est récolté par les vaches elles-mêmes ! »

Que de bénéfices avec le pâturage tournant dynamique !

Selon l’éleveur, le PTD apporte un grand nombre de points positifs ; il l’assure : « c’est tout bénef ! » Grâce à cette méthode, il a augmenté sa durée de pâturage ainsi que son rendement avec une meilleure densité sur les prairies. Il n’y apporte d’ailleurs plus aucun intrant. Selon lui, ses bêtes sont en meilleure forme avec un poil plus luisant et moins de problèmes de santé. D’ailleurs, les veaux semblent prendre davantage en croissance grâce au lait de leur mère de bonne qualité.

Sa plus grosse difficulté est, il l'avoue, de ne plus faire raser les vaches : « Avant je les faisais systématiquement raser chaque pâture et la mousse s’installait. Aujourd’hui, j’ai bien compris que le surpâturage ne fait que diminuer le rendement. » Cette méthode demande néanmoins un certain suivi : Jean-Baptiste fait régulièrement le tour des paddocks pour vérifier le stade de l’herbe et décider quelles parcelles seront à faire pâturer en premier.

N.B : La vidéo a été réalisée par la chaine Youtube Osez l'agroécologie


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


MathieuB
Il y a 100 jours
Bonjour,
Sur certains points vous avez raison, il y a des similitudes entre du pâturage à 1 jour et du pâturage à 5 jours. On peut même faire du bon pâturage à 5 jours et faire n'importe quoi en changeant ses bêtes 3 fois par jour. D'ailleurs penser que le PTD se résume seulement au temps de présence est une erreur trop souvent commise. Le mot dynamique est plutôt lié au fait que l'on construise des systèmes modulable pour changer facilement de vitesse de rotation en fonction de la vitesse de pousse des plantes. L'idée est de les pâturer toujours au stade optimal, pour elle même et pour les animaux.
Cela dit le changement rapide à plusieurs avantages par rapport à un changement tout les 5 jours, déjà il permet de ne pas faire re-pâturer les repousses.
Après un pâturage, les graminées repartent grâce à leurs réserves énergétiques qu'elles reconstituent une fois que suffisamment de feuilles ont repoussé, donc si vos plantes puisent dans leurs réserves pendant 4 jours et que vous les recoupées, elles doivent recommencer de zéro alors que le réservoir est un peu moins plein. Vous allongez le temps de repos de quelques jours, c'est pas énorme, mais si vous faites ça à chaque tour, à la fin de l'année vous avez perdu une vingtaine de jours (soit presque un tour).
Ensuite le pâturage de courte durée améliore nettement la gestion des refus et par conséquence la régularité et le niveau d'ingestion. Car le 5ème jour, il ne reste que de l'herbe plus ou moins souillée et jonchée de bouses. Enfin plus la parcelle est grande et plus vous avez des chances qu'elle soit hétérogène avec des zones qui vont être surpâturées et d'autres refusées.
Répondre
PTD
Il y a 114 jours
Ce qui serait intéressant est de savoir quelles étaient les pratiques de pâturage l'éleveur avait auparavant.

Pour ma part je suis assez septique sur le fait que du PTD à 1 jour apporte vraiment plus de rendement que du pâturage tournant, que se soit au fil avant fil arrière, ou sur du pâturage tournant simplifié avec des paddock de plus longue durée (4 à 5 jours).

Pour l'instant on a encore aucune données sur ces différents type de pâturage tournant. Je pense que le principal est justement d'apporter une alternance, avec du pâturage tournant, et qu'il soit de 1 ou 5 jour, la différence est très faible voir même inexistante.

Par contre sur des systèmes qui pâturent en continu et qui passent en pâturage tournant, la c'est sur la différence de rendement est notable.
Répondre