Dossier Retour au dossier Ensilage

Maïs fourrage sous la sécheresseSur quels critères s'appuyer pour décider d'ensiler ?

| par Arvalis-Institut du végétal | Terre-net Média

Avant de prendre la décision d'ensiler, il convient de faire un diagnostic au champ, en veillant à bien rentrer à l'intérieur des parcelles où les maïs peuvent être très différents des bordures. Ce diagnostic prend en compte le stade des plantes, le nombre de grains par m2, l'aspect de l'appareil végétatif et son potentiel d'évolution.

Maïs fourrage desséché, en situation de stress hydriqueManque de pluie, températures élevées : de nombreuses parcelles de maïs sont confrontées à la sécheresse. Alors ensiler ou non ? (©Arvalis-Institut du végétal)

Il est nécessaire de juger de l’état de desséchement de l’appareil végétatif et surtout de son évolution récente en fonction des températures et des éventuelles précipitations (récentes ou à venir).

Mais, au-delà de ces critères, le diagnostic doit porter en priorité sur les points suivants :

Le nombre de grains viables par m2

Il faut pour cela estimer le nombre de grains viables par m2. À réaliser à l’intérieur du champ, en excluant les bordures, sur des zones représentatives du maïs fourrage.

La méthodologie se base sur le comptage du nombre d’épis par m2 sur au moins 3 fois 10 m2 (ex. : 13,33 m x 0,75 m écartement) et le comptage du nombre de grains par épi (= nb de rangs x nb grains par rangs) sur au moins 3 fois 20 épis successifs.

Nombre de grains/m2 = nombre moyen d’épis/m2 x nombre moyen de grains/épi. Ne comptabiliser que les épis à plus de 70 grains.

Épi de maïs en stress hydriqueDéfaut de fécondation et avortement de grains en sommet d’épi suite à un stress hydrique. (©Arvalis-Institut du végétal) Attention à ne pas faire de diagnostic trop précoce ! De la floraison au SLAG (stade limite de l’avortement des grains), les jeunes grains peuvent avorter. Le SLAG se situe environ 250 degrés-jour, base 6-30, après la floraison femelle, soit de 15 à 20 jours selon les conditions. Il faut donc attendre 3 semaines après la floraison pour établir un diagnostic fiable.

L'état d'avancement du grain

En observant les grains des couronnes centrales de l’épi, on estime la proportion d’amidon laiteux, pâteux, la présence de la lentille vitreuse à l'extrémité du grain, ce qui est un indicateur de la maturité de la plante. L’information apportée par le grain est à pondérer par l’état de l’appareil végétatif. Plus le nombre de grains est élevé, plus l’observation est fiable. Voir ci-dessous la grille d’appréciation du % MS plante entière par l’observation des grains.

Amidon du maïsAu stade 32-33 % MS, les 3 amidons sont répartis en 3 tiers dans le grain de maïs. (©Arvalis-Institut du végétal)

Les réseaux locaux de suivis de teneurs en MS peuvent également permettre une première approche de la maturité des parcelles. Mais devant la grande variabilité des situations (nombre de grains viables par m2, état de l’appareil végétatif), il est fortement recommandé de visiter ses parcelles avant de prendre une décision, au cas par cas.

Cas des maïs sans épi (stress hydrique précoce)

- Diagnostic avant floraison (besoin de la variété en cumul de températures non atteint) :

Les plantes ne présentent pas de panicule, ni de soie, car la somme de température cumulée reste inférieure aux besoins de la plante. Néanmoins, le stress hydrique affecte visuellement les plantes.

Cas A : Seules quelques feuilles du bas de la plante ont une teinte gris-marron. Toutes les feuilles sont enroulées et ont une teinte « vert grisé ». L’émission de nouvelles feuilles est ralentie. La surface verte est encore fonctionnelle pour assurer de la croissance avec un retour des pluies. Toutefois la taille des plantes sera très réduite. Après floraison, si elle a lieu, il sera nécessaire de diagnostiquer le niveau de fécondation des épis. Il est encore trop tôt pour ensiler. La teneur en MS de la plante est aux alentours de 22 %.

Maïs fourrage en stress thermiqueLa croissance peut continuer en cas de retour des pluies, mais la taille des plantes sera très réduite. (©Arvalis-Institut du végétal)

Cas B : Plus de 30 % des feuilles sont de couleur marron. Les dernières feuilles émises prennent une teinte marron à leur extrémité et blanchissent. Si des feuilles vertes, capables de faire de la photosynthèse persistent et que le retour des pluies est prévu, les plantes peuvent repartir et produire de la biomasse. Il importera de suivre la qualité de fécondation après la floraison, si elle a lieu.

Dans les cas les plus sévères, il reste moins de deux feuilles vertes. L’émission de nouvelles feuilles est bloquée. Le retour des pluies ne permettra pas à la plante le redémarrage. La récolte est à prévoir très rapidement pour préserver la qualité du fourrage, en respectant les précautions détaillées ensuite. Sur pied, la teneur en MS est aux alentours de 30 %. En pleine chaleur, elle peut dépasser 40 % mais peut brusquement chuter en dessous de 20 % en cas de retour des pluies ou de forte rosée.

Maïs fourrage en stress thermiqueDans ce cas, redémarrage peu probable. La récolte est à prévoir rapidement pour préserver la qualité du fourrage. (©Arvalis-Institut du végétal)

- Diagnostic après la date théorique de floraison (besoin de la variété en cumul de températures dépassé) :

Visuellement, l’appareil végétatif est très desséché. La proportion de feuilles encore verte est variable mais le plus souvent inférieure à 50 % et toutes les pointes des feuilles sont grises, voire jaunes.

L’émission de nouvelles feuilles est bloquée. La floraison ne s’est pas déroulée normalement. Dans les situations, les plus critiques, les organes reproducteurs panicule et épi ne sont pas visibles. Dans certains cas, le pollen a pu être émis dans le cornet et le plus souvent la fécondation des épis est très hétérogène. La production de grains est fortement compromise, y compris en cas de retour des pluies.

La récolte est à prévoir très rapidement, afin de préserver la qualité du fourrage selon les précautions suivantes :

Prendre la décision d'ensiler le maïs

L’état des maïs est fonction de leur alimentation hydrique, en lien avec la demande climatique. On les décrit par l’état de leur appareil végétatif, le nombre de grains par m2, la maturité des grains…

Les maïs qui ont plus de 1 500 grains par m2 et qui possèdent des feuilles vertes au-dessus, au niveau et au-dessous de l'épi méritent d'être conservés sur pied pour une récolte ensilage dont la date sera définie de façon classique : première estimation par le cumul des sommes de températures depuis la floraison femelle, recadrage par observation de l'apparition de la lentille vitreuse à 25-26 % MS plante entière, et suivi du remplissage du grain, pondéré par l'état de l'appareil végétatif. Le statut de ces maïs pourrait évoluer si le déficit de pluviométrie s’aggrave…

En absence de grain, ou moins de 300 à 500 grains/m2, c’est l’évolution de la surface foliaire encore verte qui guide la décision.

Si celle-ci est suffisante (+ de 5 feuilles vertes) et stable, la valeur alimentaire de la partie « tige + feuilles » peut être considérée stable, le remplissage du peu de grains présent apportera un gain de rendement et de valeur alimentaire.

En revanche, si le maïs ne comporte pas ou peu de feuilles encore vertes, la culture n’a pas d’avenir. L’appareil végétatif pourra être valorisé en ensilage, en prenant quelques précautions. L’affouragement en vert est également possible, voire même le pâturage. Ce fourrage sera d'autant plus appétant que les feuilles seront vertes.

Enfin, en cas de retour de la pluie et de températures plus clémentes (~ 20-25°C), quelques feuilles vertes suffisent à une évolution positive de la plante en rendement, en maturité et en composition chimique (teneur en amidon notamment).

Maïs fourrageLes maïs qui ont plus de 1 500 grains par m² et qui possèdent des feuilles vertes au-dessus, au niveau et au-dessous de l'épi méritent d'être conservés sur pied pour une récolte ensilage dont la date sera définie de façon classique. (©Arvalis-Institut du végétal)


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


Marco
Il y a 40 jours
Instructif même si en basse Normandie on est pas trop concerné
Répondre
Momo
Il y a 41 jours
Ba non on s en fout. .....
Répondre
jersiaise
Il y a 41 jours
Personne nous plaints en système herbe
Répondre