Sécheresse 2011Sept conseils pour optimiser la gestion des surfaces fourragères

| par | Terre-net Média

Constatant des stocks fourragers de plus en plus bas dans un grand nombre d'exploitations d'élevage, Eric Pottier, directeur du Ciirpo (Centre interrégional d'information et de recherche en production ovine), délivre sept conseils pour gérer au mieux les surfaces fourragères. Des conseils relayés par l'Institut de l'élevage.


L'institut de l'élevage recommande de faucher
dans les meilleurs délais. (© Terre-net Média)

Selon Eric Pottier, « le contexte n’est pas nécessairement préoccupant pour la gestion immédiate du pâturage. » En revanche, « il l’est pour la reconstitution du stock de fourrage ». Le directeur du Ciirpo explique en sept points la façon de valoriser au mieux les fourrages disponibles et les alternatives à envisager sur le plan des cultures à court, moyen et long terme.
  • Ne pas gaspiller l'herbe

Pour l'expert, le conseil n’est pas inutile. Il s’agit de « valoriser toute l’herbe en adaptant le chargement à la hauteur d’herbe disponible sur la parcelle » avec, pour objectif, un pâturage homogène, sans refus. Le conseil s’applique surtout à ceux qui doivent faire pâturer une parcelle initialement destinée à la fauche et qui présente des hauteurs d’herbe élevées.

Adopter des pratiques de pâturages performantes

  • Attention à ne pas dégrader les prairies

« En situation de manque d’herbe le réflexe est souvent de tirer au maximum sur celles-ci pour retarder au maximum l’affouragement des animaux. » Mais, selon l’expert, une trop grande sollicitation de la prairie compromet la repousse, « ce qui pénalise encore un peu plus la situation de manque. Il convient par ailleurs de maintenir un pâturage tournant ».

  • Faucher rapidement

« En fauchant dès maintenant, non seulement les stocks seront de meilleure qualité mais surtout les prairies, moins épuisées par la montée en grains, vont réagir beaucoup plus vite à la pluie lorsqu’elle reviendra. » Eric Pottier conseille « de ne pas faucher trop bas, même si l’on est tenté de le faire pour augmenter le rendement ». Au regard des rendements, le coût au kilo de matière sèche récolté va logiquement augmenter, mais l’intérêt doit être évalué à plus long terme, en intégrant les possibilités de compensation par le pâturage après la récolte.

  • Fertiliser de façon raisonnée pour renforcer la résistance des prairies au déficit hydrique

« L’apport d’une fertilisation minérale azotée sur les bonnes prairies (dactyles, fétuques voire prairies permanentes) moins sensibles à la chaleur que les ray-grass peut être réalisé tout de suite après la fauche, si les sols ne sont pas trop desséchés. » Le tout en espérant qu’une pluie vienne rapidement valoriser l’azote minéral apporté.

Ne pas se précipiter, mais anticiper

  • Reconstituer des stocks en mettant en place des cultures complémentaires

C’est un impératif dans la majorité des exploitations. Mais cet impératif ne doit pas être envisagé dans la précipitation. « Il est judicieux de faire un état des lieux du disponible en distinguant d’une part la quantité de fourrage nécessaire en moyenne sur plusieurs saisons et d’autre part les stocks dits de sécurité, que l’on situe classiquement à 20 – 30 % des besoins globaux du troupeau. »
Si les réserves sont déjà épuisées, « il faut aussi réfléchir sur les conduites de cet hiver qui pourraient permettre de réduire les besoins en stocks » (lire l’encadré ci-dessous).

  • Allonger la période de pâturage cet automne et au printemps suivant
 « Le choix de solutions culturales de substitution ou de complément  doit être réfléchi en prenant en compte les conséquences sur le reste de l’année voire sur 2012. »
« Intégrer une production fourragère hivernale permettant de réduire les besoins en stocks de fourrages (voire les besoins en paille pour la litière) est une de ces options. » Eric Pottier rappelle l’intérêt « d’implanter des cultures dérobées après céréales ou en remplacement de prairies devenues peu productives. Elles peuvent être selon les cas stockées ou pâturées. » Il indique aussi que « des céréales sur sols sains peuvent être pâturées en hiver, si elles se sont bien implantées et suffisamment développées, sans affecter notablement les rendements de la culture. Ceci est tout particulièrement vrai pour les ovins qui abiment moins le sol en hiver. »
  • Se méfier des fausses bonnes idées

Parmi les fausses bonnes idées avancée par Eric Pottier, « le retournement des prairies plus ou moins âgées pour y faire un maïs ou un sorgho grain voir sucrier. » Il reconnaît que les éleveurs peuvent espérer un rendement de l’ordre de 8 à 12 t/ha de MS sous réserve que l’été ne soit pas trop sec. Mais selon lui, « la seule possibilité, après cette culture, sera d’implanter une céréale et ce sera autant de surfaces en moins à pâturer cet automne et cet hiver. »

L’expert indique par ailleurs que « l’ensilage de maïs, pauvre en matière azotée totale, requiert une complémentation quelle que soit la quantité distribuée contrairement au foin ou à l’enrubannage, moins énergétiques mais beaucoup mieux équilibrés. » Dans tous les cas, cette solution ne peut intéresser que les exploitations sur lesquelles ces productions existent déjà ainsi que l’équipement de distribution.

Possibilités d’ajustements selon la culture en place


Cliquez sur le tableau pour l'agrandir.
(© Institut de l'élevage)

Sur le plan des cultures, plusieurs options adaptées peuvent être envisagées :
  •  Ensiler les céréales là où c’est encore possible. Cette technique peut être envisagée pour quelques céréales qui ne seraient pas encore trop avancées. L’intérêt est double : reconstituer des stocks immédiatement et, le cas échéant, de faire la soudure, se permettre l’implantation d’une dérobée, d’un sorgho fourrager voire d’un maïs (plutôt précoce) ou d’un sorgho en espérant bien évidemment que la pluie revienne dans les semaines suivantes.
  • Miser sur des cultures à croissance rapide à l’automne, après céréales ou prairies temporaires déjà âgées et en baisse de productivité.

Selon l’Institut de l’élevage, l’implantation de dérobées dès cet été ou cet automne après céréales ou prairies est une solution à privilégier. Attention quand même à bien intégrer certains aspects comme des engagements sur les surfaces qu’il convient de respecter. 

 

Lire également:

Face au manque de fourrage, les éleveurs en quête de solutions

En savoir plus sur l’ensilage de céréales immatures:

L’ensilage de céréales immatures - Une alternative à des problèmes de stock fourrager et d’acidose

L'étude de la Chambre d'agriculture de la Mayenne
«Face au déficit fourrager, valoriser ses céréales en ensilage ou utiliser sa paille ?»

Sur la sécheresse 2011, lire également :

Vincent Delargillière, éleveur laitier dans l’Oise - Ses solutions face au manque d’eau

Sécheresse 2011 - Est-elle comparable à 1976 ? Et jusqu'à quand pourrait-elle durer?

Bruno Le Maire va demander un versement anticipé de la Pmtva
et un assouplissement des Mae

Les premières propositions pour pallier les déficits de fourrages 

Pour surveiller les prévisions météorologiques de vos parcelles, connectez-vous sur:

Observatoire météo


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article