Sorgho fourragerSemis : de la finesse, de la chaleur et pas trop d'azote

| par | Terre-net Média

Pour un bon démarrage, le sorgho ensilage a besoin d'un sol bien réchauffé avec un lit de semence fin, sans excès de fumure azotée.

Semis de sorgho ensilage
Le semoir monograine reste le mieux adapté au semis de sorgho ensilage mono-coupe. (© Terre-net Média)

« Le semis et le désherbage conditionnent la récolte du sorgho ensilage. Les graines de sorgho sont petites et leur vigueur au départ est assez faible », explique Olivier Estrade de Barenbrug. « Avec le sorgho, semer trop tôt c'est perdre du temps ! Cette plante tropicale pousse très vite une fois installée mais a besoin de chaleur au démarrage, au moins 12 à 14 °C dans le sol. Le sorgho ensilage mono-coupe se sème généralement deux à trois semaines après le maïs, pas avant la mi-mai. »

Malgré son prix élevé (environ 350 €/ha), le semis sous plastique de type Samco peut assurer une levée homogène et rapide dans les régions plus froides au nord de la Loire.

2-3 cm de profondeur, pas plus, pas moins

Les sols trop motteux ou les semis profonds de plus de trois centimètres rendent la levée du sorgho difficile. « 2 cm c’est bien. Si le semis est trop superficiel, cela augmente le risque de verse d’ancrage », recommande Olivier Estrade. Les semoirs pneumatiques monograines avec des disques sorghos sont les mieux adaptés pour les variétés mono-coupes. 

« Surtout, il faut semer doucement, à petite vitesse. L'objectif est que la levée soit la plus homogène possible afin d'éviter les problèmes de désherbage. En conditions favorables, 200.000 à 220.000 graines/ha conviennent avec un écart entre les rangs de 75 à 80 cm. Il est normal de perdre environ 30 % de densité au départ. Pour un semis précoce ou difficile, on peut monter jusqu’à 250.000 graines/ha. »

Il est également possible d’utiliser un semoir à céréales, avec un écartement minimal de 35 cm. « Dans ce cas, il faut augmenter la densité de semis de 10 à 15 % et rouler très doucement », précise-t-il.

Tout comme le maïs, le sorgho craint les larves de taupins, notamment derrière prairie. A cause de la faible vigueur au départ de la plantule, les micro-granulés localisés au semis, contenant du P2O5 rapidement assimilable, conviennent bien pour la phase de croissance du semis au stade 6 – 8 feuilles, période cruciale pour les rendements du sorgho.

La verse, ça se gère avec l'azote

Grâce à son chevelu racinaire important, le sorgho possède une grande capacité d’extraction des éléments du sol et les préconisations de fumure doivent intégrer la fourniture du sol et les apports de matières organiques. Pour aider au démarrage de la plantule de sorgho, la fertilisation localisée dans la ligne de semis avec des microgranulés riches en phosphore s'avère efficace.

« La verse, ça se gère principalement avec l'azote, la profondeur de semis et la choix de la variété », avertit Jean-Pierre Chevalier de la Chambre d'agriculture de la Drôme. Mieux vaut éviter les apports de lisier et de fumier avant un sorgho. Les sorghos valorisent mieux l'azote minéral, même à moins de 60 unités et l'on peut descendre à 35 unités derrière un trèfle incarnat par exemple. Les apports azotés trop importants ou trop tardifs augmentent le risque de verse et peuvent poser des problèmes de maturité en fin de cycle.

Potentiel de rendement
Apport d’engrais minéral (unités/ha)
(selon précédent et apports organiques)
 
N
P
K
10 – 14 tMS/ha
0 – 60
60
45
14 -18 tMS/ha
0 – 80
70
60
18 – 22 tMS/ha
(avec irrigation)
0 - 100
90
75

Pour les variétés multi-coupes, 30 à 40 d’unités d’azote après la levée et après chaque exploitation permettent une bonne production. Le phosphore limite les risques de toxicité et la potasse aide la plante à résister au sec. Un apport de 60 à 80 unités/ha est suffisant.

 

sorgho fourrager

Pour en savoir plus sur les sorghos fourragers, cliquez sur  :

N.B : Sources : Guide pratique du sorgho en élevage / Barenbrug.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article