Les forumeurs en parlentQue penser du sorgho fourrager ?

| par | Terre-net Média

Il y a les adeptes du sorgho et ceux qui le sont moins. Extrait d'une discussion sur ce sujet entre les forumeurs de Web-agri.fr

SorghoSelon Pandi-panda, l'implantation du sorgho est simple. (©Terre-net Média) 

Selon Titian, le sorgho fourrager est « passé de mode, semble-t-il, car dur à implanter et à désherber. En plus, les semences sont chères et doivent être implantées au printemps en même temps que le maïs. Aujourd'hui, c'est le méteil qui est "fashion". Enfin, pour ceux qui désirent suivre la et les modes... » « Pourtant chez nous, on veut nous le faire rentrer dans la tête », répond Ben64. « On veut plutôt vendre la semence et le packaging. Dans le Pays Basque, avec la pluviométrie, je vois vraiment pas l'intérêt du sorgho », rétorque aussi sec Titian. « Ben justement, c'est plus écologique car ça consomme moins d'eau ! », renchérit Ben64.

Pandi-panda s'immisce dans la discussion : « Nous semons du sorgho fourrager (Pipper) depuis cinq ans, en dérobée derrière du méteil, et nous en sommes tres satisfaits. L'implantation est très simple. Un coup de chisel après le méteil et je sème au combiné tout de suite à 20 kg/ha. Je ne me rappelle plus du prix exact, mais la semence n'est pas chère. Je ne désherbe pas. J'apporte environ 150 kg d'ammonitrate et j'effectue un à deux tours d'arrosage si c'est possible (il y a des parcelles qui ne sont pas irriguables) et c'est tout. Cette culture pousse très vite. Quand on les ensile, les  plantes mesurent 2,50 à 3 m de haut. Avec un petit coup d'ammonitrate juste derrière, j'arrive même à faire une deuxième coupe que j'enrubanne. Je précise : mon exploitation se trouve dans la Drôme. Dans le silo, je mets le méteil au-dessous et le sorgho au-dessus. J'obtiens un aliment relativement complet à un faible coût pour mes Limousines. Je ne sais pas si le méteil et le sorgho sont une "mode" comme vous dites, mais ce sont deux cultures qui me conviennent parfaitement. »

Du sorgho sucrier pour les laitières

« Quelle est la ration de tes vaches ? », demande Ben64. « C'est de l'ensilage de méteil et de sorgho, environ 50 % de chaque avec du ray-grass enrubanné et du foin à volonté dans un ratelier », explique Pandi-panda. « C'est peut-être possible pour faire de la viande et dans votre secteur, mais pas pour produire du lait », objecte Fourmis.

« Pour les vaches laitières, il y a le sorgho sucrier, suggère Fl85. C'est la première année qu'on en fait, la variété Elite. Cela se sème avec un semoir à betteraves, à une densité de 200.000 graines minimum à l'hectare. A voir... » « Attention au sorgho Elite. En très bonnes conditions, le poids de la panicule peut faire verser les plantes », met en garde Tracteurtom. « Oui, mais il n'a pas d'épi et est très digestible. C'est plutôt le manque de chaleur qui est préjudiciable.  L'année dernière, avec l'été frais que l'on a connu, la récolte a eu lieu en novembre ! », contredit Fl85.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article