Paroles de lecteursQuand l'herbe délie les langues

| par | Terre-net Média

Il y a les accros du pâturage et ceux qui se plaignent de la dépendance vis-à-vis de la météo. L'herbe ne manque pas d'intérêt selon les lecteurs de Web-agri...

paroles de lecteurs paturage « Peu d'éleveurs français ont la culture de l'herbe comme priorité, c'est dommage ! » (©Cécile Julien // Création Terre-net Média) MDR : « Je trouve le concept sympa. Si des éleveurs cherchent des solutions pour faire sortir les vaches, il y a certainement une raison ? C'est sûr, la mise à l'herbe n'est pas toujours facile mais une fois que c'est parti, c'est les vacances jusqu'à l'automne ! »

Patrice Brachet : « Pour info, j'ai déjà fait pâturer mais chez nous, c'est vraiment compliqué avec la météo : on passe du "trop sec" au "trop mouillé" d'un seul coup et vice versa. De plus, mes sols ne sont pas assez portants : ils se transforment tout de suite en bourbier. Mes parcelles sont en bordure de chemins de randonnée, donc faut faire gaffe ! Tu attires mieux le promeneur avec un méteil fleuri qu'avec 150 vaches laitières ayant de la boue jusqu’aux genoux ! »

Titian : « + 1 Patrice. Cette année, mes animaux sont dehors depuis à peine 15 jours et c'est déjà du foin ! Alors pour produire du lait... »

Tell14 : « Faut arrêter un peu ! J'ai 200 VL en pâturage dynamique et ça marche très bien. Il faut juste un peu de souplesse, de bons chemins et des clôtures en bon état. Nous tournons à 20 l/vache sans complément, ni ensilage, mais avec une herbe qui coûte 15 €/t. »

« Quand le sol est gorgé d'eau, il est gorgé d'eau »

Steph72 : « Faut pas exagérer, vos sols argilo-calcaires ne sont pas bons pour le pâturage, mais le sont pour les cultures ! Je croyais que c'était des terres faciles à ressuyer... Les éleveurs français n'ont pas la culture de l'herbe comme priorité, c'est dommage ! »
Patrice Brachet : « Steph, quand tu as 15 à 40 cm de terre et que dessous, c'est un rocher type craie, eh bien, quand le sol est gorgé d'eau, il est gorgé d'eau. Toutes mes parcelles autour des bâtiments sont de cette nature. À quelques kilomètres, j'ai des argiles et même du sable et à 37 km, des limons sableux excellents pour le pâturage, mais à 37 km ! »

Steph72 : « La craie est très friable. Dans certaines de mes parcelles, on trouve à 15 cm du schiste ou du grès, des roches très dures. Toutefois, avec une bonne vie du sol, la craie peut se fracturer. Je suppose que le maïs ensilage  souffre davantage de la sécheresse que les prairies. »

Faire pâturer le troupeau est souvent possible, à condition...

Patrice Brachet : « À Steph : moi, ça fait de la boue. Et quand c'est sec, tu n'y plantes pas un piquet ! La RFU (Réserve en eau Facilement Utilisable, NDLR) est bonne, mais dès qu’il pleut, tu démolis tout. À part la féverole, rien de fleuri cette année. Voilà nos sols ! On ne peut pas tout avoir... Si vous ne me croyez pas, demandez à la journaliste de Web-agri, Delphine Scohy. Elle a des photos de 2018. »

Poly :  « Pour avoir des terres de tous types, sable, argile, limon, séchante et très humides, je peux vous assurer qu'elles sont toutes est pâturables. Aucun sol empêche le pâturage, il y a juste des situations plus compliquées que d'autres. Il faut être riche pour enrubanner du fourrage qui pourrait être pâture? par des vaches laitières ou des génisses. Pour ma part, vivement les beaux jours que tout le monde soit dehors pour diminuer les dépenses et les heures de boulot. »

Tell14 : « Il peut y avoir des situations particulières (pas de terres accessibles, passages de routes, etc.) mais, dans la majorité des cas, les éleveurs pourraient faire pâturer leur cheptel. Bien entendu, si les vaches produisent 30 ou 35 l/j, c'est parfois délicat. Le robot de traite au pâturage peut faciliter les choses, surtout si les pâtures sont groupées. 30 ha, un robot (30 000 € d'occasion), 60 VL et le tour est joué. »

Titian : « Tell, bien sûr qu'il est souvent possible de faire pâturer le troupeau. Par contre, cette année, on perçoit très bien certaines limites. Avec toute l'eau qu'il est tombé, impossible de sortir les bêtes sur les sols hydromorphes avant l'épisode de chaleur de la mi-avril. Résultat, après ces quelques jours à 30°C : du foin partout. »

À propos de l'impact de la météo sur la mise à l'herbe, voir aussi le Paroles de lecteurs : Avec la pluie, pas simple la mise à l'herbe !

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article