Repousses d'automneProfitez de l'herbe pour économiser de la ration hivernale

| par | Terre-net Média

Le Gnis rappelle que les repousses d'herbe à l'automne sont exploitables, et permettent surtout d'économiser de la ration hivernale, plus coûteuse.

Le rayonnement encore disponible, des températures clémentes, l'arrière effet de la sècheresse estivale et la durée du jour encore suffisante permettent encore une bonne productivité de l'herbe en automne et donc une exploitation en pâturage.Le rayonnement encore suffisant, des températures clémentes, l'arrière effet de la sècheresse estivale et la durée du jour permettent encore une bonne productivité de l'herbe en automne et donc une exploitation en pâturage. (©Gnis)

Avec des températures clémentes et une longueur du jour encore suffisante, le Gnis rappelle qu'il est possible d'exploiter l'herbe d'automne. Sa productivité et sa valeur ne sont pas négligeables. « À cette période, l’herbe est poussante car elle dispose encore de reliquat azoté issu de la minéralisation estivale. Enfin, l’herbe est constituée essentiellement de feuilles bien adaptées au pâturage. » Ainsi, en profitant de cette herbe, vous pouvez réduire votre consommation de ration hivernale et donc de correcteur azoté et de fourrage conservé.

Le groupement interprofessionnel rappelle les règles à respecter pour profiter du pâturage d'automne :

« - Dans le cas où les animaux ont été alimentés avec un fourrage autre que des graminées, notamment de l’ensilage de maïs, il faut penser à faire une transition progressive durant une dizaine de jours.

- Dans le cas où le fourrage conservé continue d’être distribué, il faut que la quantité distribuée soit en lien avec l’herbe disponible. L’apport à l’auge doit se faire le soir. L’objectif est de privilégier la consommation d’herbe plutôt que de maïs.

- En cas de mauvaise portance du sol, le temps de présence à l’extérieur peut être réduit : si les vaches sortent sans avoir été alimentées le matin, elles peuvent consommer 7 à 8 kg de matière sèche en 4 heures !

- Encore plus qu’au printemps, il est préférable de pratiquer le pâturage tournant avec plus de paddocks et en les redivisant avec un fil.

- Toute l’herbe doit être consommée : ne pas laisser trop d’herbe pour passer l’hiver, auquel cas les feuilles faneraient et constitueraient un paillage jaune préjudiciable au redémarrage au printemps suivant.

- Il faut aussi éviter le surpâturage qui nuit surtout au ray-grass anglais. C’est la période où celui-ci renouvelle ses racines. Le pénaliser à cette période provoque une nanification de la plante et surtout un retard du démarrage en végétation au printemps.

- On peut aussi finir les parcelles en faisant passer génisses et bœufs dans les parcelles réservées aux vaches laitières.

- Il n’y a vraiment qu’en cas de mauvaise portance que le pâturage automnal peut être préjudiciable. »

Les espèces les mieux adaptées au pâturage d'automne sont : le ray-grass hybride, le ray-grass d'Italie, la fétuque élevée à feuilles souples et le dactyle. Concernant les variétés, il faut les choisir en veillant à leur productivité été-automne et à leur résistance aux maladies. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site www.herbe-book.org

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article