Production d'herbeDeux tiers des régions en excédent, le Grand-Est déjà déficitaire

| par | Terre-net Média

Au 20 mai 2020, la production cumulée des prairies permanentes, au niveau national, est dans la norme. Deux tiers des régions sont excédentaires mais la région Grand est déjà en situation de déficit.

Pousse de l'herbe au 20 mai 2020Pousse de l'herbe au 20 mai 2020. En rouge : déficit important (75 % et moins) ; en orange : déficit faible (de plus de 75 % à 90 %) ; en vert : normal (de plus de 90 % à 110 %) ; en vert foncé : excédent (plus de 110 %).  (©Agreste-Isop-Météo France - Inra)

Agreste vient de publier son "Indicateur de rendement des prairies permanentes", par régions fourragères au 20 mai 2020. « Cet indicateur est égal au rapport entre la pousse cumulée à cette date depuis le début de l’année et la pousse cumulée à la même date calculée sur la période de référence 1989-2018 », rappelle l'organisme.

Et la carte est majoritairement verte à la date du 20 mai, montrant ainsi que la production cumulée des prairies permanentes se situe dans la norme au niveau national. Elle dépasse même de 8,5 % la pousse de référence (1989-2018) à la même période.

Mais des disparités régionales existent. « Deux tiers des régions du territoire sont excédentaires, avec toutefois des situations proches de la normale (Isop voisin de 110) pour trois quarts d’entre elles. Seule la Bretagne se démarque avec un indicateur Isop établi à 122 », note Agreste. 

En revanche, la région Grand-Est est en situation de déficit avec un Isop à 90. À l'intérieur de cette région, certains territoires sont en déficit comme l'Alsace par exemple (Isop à 82) alors que d'autres, comme la Champagne-Ardenne se situent dans la norme (Isop à 90). De même, certaines régions fourragères d’Auvergne Rhône-Alpes et de Paca sont en situation de déficit alors que la pousse cumulée globale est respectivement excédentaire et normale dans ces deux régions.

La pluie attendue avec impatience

Sur le terrain, les éleveurs sont nombreux à s'inquiéter de l'état de leurs prairies en ce début juin. Après avoir réalisé leurs foins avec souvent plus de 15 jours d'avance, ils attendent désormais la pluie pour espérer une repousse. 

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur :

Observatoire météo de Web-agri.fr


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


steph72
Il y a 31 jours
On est très mal barré s'il ne pleut pas cet été;
Rendement foin en baisse de 35% dans notre secteur,et il n'y a plus d'herbe depuis 15 mai;
Après un hiver pluvieux qui nous a empéché de semer les méteil,on risque de manquer de stock cet hiver;
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 30 jours
Nicolas pas de méteil cette année impossible de semer à l automne. Un seul créneau le 29 janvier 2020 ou l on a ses de l’orge alternatif ( magnifique) et 8 ha d avoine que l on à fait pâturer ou fauché. Sur le stock il en manque. Les réserves en eau ont pas l air trop mal donc malheureusement mais et sorgho au Max Pour la culture de l herbe de la qualité , du rendement en première coupe et ensuite ingérable avec lés coups de chaud
Répondre
Nicolas Hautot
Il y a 30 jours
Patrice. Tu as bien réussi t es méteil cette année ?
Ici pour l herbe j'ai réussi a faire du stock herbe ( pars que on a hiver idéal pour la pousse de herbe) Mais cela devient pénible la période de sec de plus en plus tôt.
Répondre
Patrice brachet
Il y a 31 jours
! À part cela il y’a 10 ans on gérait la pousse de l herbe. aujourd’hui cela devient ingérable : trop humide ; trop chaud et montée à l épis ultra précoces Troisième coupe presque impossible sans épis et tout cela le satellite ne le voit pas donc de l herbe oui mais la qualité....... Donc attention aux falks News
Répondre