Dossier Retour au dossier Pâturage

PâturagePlus que le coronavirus, c'est la sécheresse qui inquiète les éleveurs

| par | Terre-net Média

Si la saison de pâturage semble bien entamée pour les éleveurs, tous ne sont pas logés à la même enseigne. Tandis que l'hiver particulièrement doux a favorisé la pousse de l'herbe, le manque d'eau dans certains secteurs pénalise la repousse et certains tirent la sonnette d'alarme.

Avec des températures supérieures aux valeurs saisonnières, « l'hiver 2019-2020 se place au 1er rang des hivers les plus chauds sur la période 1900-2020 », note l'Idele. Températures + précipitations au rendez-vous, les conditions ont permis un démarrage précoce de la végétation. Une bonne nouvelle pour le pâturage, même si dans certains secteurs, l'excès d'eau a compliqué la mise à l'herbe.

Chez Vincent dans le Morbihan par exemple, les transitions se sont enchaînées puisque les vaches sont sorties pour la première fois au 10 février mais ont dû vite rentrer à cause de la pluie abondante. Elles ne sont ressorties qu'en mars et depuis l'éleveur attendait le retour de la pluie avec impatience pour les repousses. C'est chose faite :

Pour d'autres en revanche, c'est bien plus compliqué. Chez Pierre dans l'Allier, la dernière pluie remonte à début mars. « On a quasiment rien eu depuis et il continue de geler », témoigne-t-il dans une vidéo postée sur sa chaîne Youtube. Ses vaches en sont à leur premier tour de pâturage mais il n'y a aucune repousse en vue pour le second tour. « D'habitude, c'est comme ça au mois d'août, pas au mois d'avril, désespère l'éleveur. La sécheresse m'inquiète plus que le covid-19 ! »

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Et il n'y a pas que dans l'Allier que l'eau commence à se faire rare. Météo France publie plusieurs cartes sur les anomalies de précipitations depuis le début de l'année 2020. En mars et surtout en avril, on distingue bien le manque de pluie par rapport à la normale :

Sur la page Facebook de Web-agri, beaucoup d'éleveurs témoignent comme Florian : « Dans le 43, pareil : à peine 45 mm depuis le 1er janvier, c'est la cata ! ». Selon Jacques, « les lacs collinaires vont être la norme dans les fermes du centre et du sud de la France. » De son côté Alain pense qu'« on est reparti comme en 2019... Un peu plus tôt avec peut-être à cette période une réserve plus importante... »

Sur Twitter aussi, les éleveurs partagent leur peine. Chez Olivier en Ille-et-Vilaine par exemple, l'orage n'a fait que passer et les 2 mm ne suffiront pas :

En Picardie, se sentant démuni, Vincent se lance carrément dans une danse de la pluie :

Un peu plus chanceux en Provence, Romain est quant à lui sous la pluie : « Là, on est à peu près à 30 mm », annonce-t-il fièrement. « C'était très sec, l'eau était attendue. J'ai semé pas mal de prairies en mars et pour celles déjà en place, il faut que ça repousse. »

De son côté, Étienne dans la Sarthe emploie les grands moyens puisqu'il va lancer l'irrigation de ses parcelles :


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


laurent du 79
Il y a 24 jours
la sécheresse 'est juste un manque d'eau ... on a eu les pieds dans l'eau tout l'hiver et un mois après on passe en alerte sécheresse !
Si on manque d'eau en France tous les étés depuis plus de 20 ans c'est juste à cause d'une très mauvaise gestion des pluies, des rivières et des eaux usées ...
Si tout le monde avait le bon sens de faire comme les agriculteurs, des réserves d'eau l'hiver (particuliers, villes, industriels, etc ...) pour végétaliser en épargnant les nappes phréatiques l'été on ne parlerait jamais de sécheresse ! Oui la végétation utilise 70% des pluies mais c'est quand elle ne le fait pas que le climat se dérègle !
ça peut paraitre anodin mais en Nouvelle Aquitaine la consommation d'eau potable et industrielle, dans les nappes phréatiques, correspond exactement aux prélèvements agricoles, donc si cette eau était recyclée pour l'arrosage (conformément au code de l'environnement) on diviserait par deux les prélèvements estivaux.
Idem pour les ruissellements urbains, la Nouvelle Aquitaine compte 781 200 hectares artificialisées (9.3% du territoire) avec une pluviométrie moyenne de 700mm par an on obtient 5 milliards de m3 d'eau douce exploitable pour des usages non domestiques comme l'arrosage. 5 milliards de m3 c'est 3 fois la consommation TOTALE de toute la région (potable agricole et industrie) qui n'est que de 1.5 milliards, c'est 10 fois les prélèvements agricoles estivaux dans les nappes phréatiques (500 millions de m3) , c'est à dire qu'au lieu d'irriguer 400 000 hectares on pourrait en irriguer 4 millions donc la TOTALITÉ de la Surface Agricole Utile de la Nouvelle Aquitaine sans prélever une goutte dans les nappes phréatiques ...

Mettez le villes aux normes et on ne manquera plus jamais d'eau !
https://www.mediaterre.org/actu,20200503184212,1.html
Répondre
Baptiste
Il y a 62 jours
Momo, c’est vrai qu’il faut comparer ce qui est comparable le covid19 par rapport à une sécheresse dû au réchauffement climatique nous apparaîtra certainement comme une plaisanterie face à plus grave catastrophe me semble t’il...
Ce que relate ces agriculteurs n’est malheureusement que la partie immergée de l’iceberg mon chère Momo. La partie sous l’eau beaucoup plus importante laisse songeur... Et cet agriculteur a raison de nous sensibiliser tous et toute et de faire porter l’attention à ce sujet ! Et par la même occasion d’être inquiet par ces sécheresses si nous ne changeons rien.
Je m’explique :
A +5 degrés de réchauffement climatique depuis l’ère industrielle (1880), (sur quoi l’ont tends ces dernières années) les scientifiques estiment que l’agriculture ne serait plus possible sur terre.
Autrement dit, nous sommes actuellement dans une phase d’extermination massive de la vie sur terre, c’est la nouvelle la plus importante scientifiquement que nous l’on a apporté, c’est pour dire.. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est le GIEC (Groupement Intergouvemental d’études du climat) qui rassembles tous les domaines scientifiques pour en dresser un constat de l’implication du réchauffement climatique sur les espèces.
Je te conseille de te renseigner à ce sujet, car pour cet agriculteur, les sécheresses et le dérèglement climatique sont une réalité, et j’en parle souvent auprès des agriculteurs de Bretagagne qui le voient évidemment et sont forcément obligé de s’adapter ! Les tribus autochtones en Amazonie n’ont pas eu besoin de le prouver pour le ressentir, car ils font attention et vivent en harmonie à la nature et ont bien vu qu’un réchauffement se passait depuis de nombreuses années. (dû aux émissions de gaz à effet de serre dû à la transformation d’énergie : voitures, avions, centrales, réacteurs, tracteurs, bateaux : tout cela participe activement à ce réchauffement : mais aussi la consommation d’énergie des bâtiments (chauffage, électricité) etc etc...
Répondre
Baptiste
Il y a 62 jours
Momo, c’est vrai qu’il faut comparer ce qui est comparable le covid19 comparée à une sécheresse dû au réchauffement climatique passera forcément par une , à +5 degrés de réchauffement climatique depuis l’ère industrielle (1880), les scientifiques estiment que l’agriculture ne serait plus possible sur terre.
Autrement dit, nous sommes actuellement dans une phase d’extermination massive de la vie sur terre. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est le GIEC (Groupement Intergouvemental d’études du climat) qui rassembles tous les domaines scientifiques pour en dresser un constat de ce qui se passe.
Répondre
MOMO
Il y a 75 jours
comparer le covid avec la secheresse y a pas un soucis non?
bref tu pleure que tu ne vas pas avoir assez de bouffe pour tes vaches,tu pleure que tes céréales sont merdiques et ensuite tu parle avec une lueur dans les yeux de ta future moisson qui sera bien evidemment merdique bref ta pas 50 solutions sacrifie tes plus mauvaises parcelles de céréales passe les dans l'ensileuse au stade patteux/laiteux evidemment ça donne un manque a gagner mais tu securise tes stocks et de plus si tu estime ça a 30qtx le cout n'est pas encore affolant et si ça se trouve y a une petite assurance recolte qui traine que du benef....
Répondre