Dossier Retour au dossier Pâturage

[Paroles de lecteurs]Sécheresse : toujours gagnant de miser sur le pâturage d'été ?

| par | Terre-net Média

Avec les étés secs de plus en plus fréquents suite au réchauffement climatique, les éleveurs lecteurs de Web-agri se demandent quel sera l'avenir du pâturage estival, dans certaines régions du moins. « Pas d'eau, pas d'herbe alors pas la peine » de se risquer à semer des espèces productives pour cette période, résume notamment steph72.

paroles de lecteurs web agri paturage estival « Cette année, par chez nous, deux mois de pâturage seulement ! », témoigne un lecteur. (©Pâturesens // Création Terre-net Média) 

Titian s'étonne : « Du trèfle violet, ah bon ? » Il estime que « (...) relire un peu André Voisin en apprend plus que suivre aveuglément certains conseils ».

« 2,3 vaches/ha, soit 43 ares/VL au printemps !, s'exclame pour sa part SPEA 44. On arrive largement à faire autant, voire mieux, sans avoir recours à ces flores d'été. Il suffit de miser sur les prairies permanentes adaptées au pâturage... »

Patrice Brachet intervient : « De nos jours, on a des spécialistes pour tout sauf pour trouver une solution améliorant durablement notre quotidien. (...) Il nuance cependant : « Les commentaires permettent d'échanger entre éleveurs, cela vaut aussi les spécialistes dans les articles que les lecteurs commentent, même si l'on n'est pas toujours sur la même longueur d'onde... »

 « Sans eau, rien ne pousse » de toute façon !

Au-delà des doutes soulevés ci-dessus, Massol lance, résigné : « S'il n'y a pas assez d’eau, rien ne pousse, ce n’est pas la peine de se casser la tête ! »

titian confirme : « La température, et donc l'irrigation, ont aussi une grande importance pour les prairies. »

steph72 est du même avis : « Pas d'eau, pas d'herbe alors pas la peine de miser sur le pâturage d'été dans beaucoup de régions françaises, sauf en Bretagne et Normandie où il pleut souvent sans faire très chaud. Cette année, par chez nous, deux mois de pâturage seulement ! D'où l'utilité de faire du stock, de maïs et d'enrubannage notamment ! »

plutôt un pâturage de fin de printemps ?

Plus que du pâturage d'été, Patrice Brachet préfère donner « une combine pour un pâturage de fin de printemps : semer de l'avoine d'hiver en mars à 200 kg/ha en pur ou à 150 kg/ha associé à du trèfle d'Alexandrie ». « Vous aurez un mois de pâturage de qualité en juin début juillet, assure-t-il. Patrice recommande toutefois de « ne pas se laisser dépasser  » ! Car « s'il pleut ou si l'on irrigue, le mélange repousse ». « J'avais un copain bio qui voulait allonger la durée de pâturage de ses bêtes et par rapport aux essais que j'ai effectués, je lui ai conseillé ce mélange. Ça marche et la mise de fond n'est pas importante. » Autre avantage selon lui : « En cas de pluie au mois d'août, on peut semer pour un pâturage d'automne. Les vaches adorent et le coût est moindre également. » « Aujourd'hui, mon copain ne regrette rien (...) », insiste-t-il.

Massol renchérit : « Pas de dérobée d’été et malgré le réchauffement climatique, nous avons gagné un mois de pâturage en 15 ans. Cette année, les vaches ont pâturé du 12 mars au 15 juillet et normalement, elles recommenceront du 15 septembre au 30 novembre. Les génisses et les bœufs, eux, pâturent même du 1er avril au 1er novembre ! »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


L'au 44
Il y a 95 jours
Bonjour
Le stock sur pied c est bien pour les v taries, les génisses et les boeufs
Pour les laitières l herbe d été qui rouille et qui sèche c est pas terrible pour
Faire plus de 20 l par vache. ..mais on va se plaindre c est déjà ça ,et ça ne coûte pas cher!
Répondre
Moty
Il y a 95 jours
Meme si dans le grand ouest nous sommes avantagés, la manière de valoriser l'herbe à son importance. Chaque élevage peut faire + ou - de stocks sur pieds.
Que ce soit aprés fauche précoce ou aprés paturage. L'herbe paturée aujourd'hui peut être de l'herbe qui a poussé en Mai.
Répondre
Massol
Il y a 95 jours
Les génisses et les bœufs pâture jusqu’à Noël donc neuf mois par an
Répondre