Paroles de lecteursL'enrubannage d'herbe prend du galon dans les commentaires

| par | Terre-net Média

Passage du fourrage au rotocut, presses à chambre fixe ou variable, petites ou grosses machines, herbe enrubannée ou ensilée : l'article d'Arvalis-Institut du végétal paru sur Web-agri, donnant des conseils pour réussir son ensilage, a amené les lecteurs à se poser beaucoup de questions, et à échanger leurs avis et leurs expériences sur les différentes techniques de récolte et de conservation de l'herbe.

paroles de lecteurs enrubannage d herbe « Le poids des balles joue énormément sur le coût de l'enrubannage, estime Tintin. Par ailleurs, en comptant le film, le transport, etc., on double le coût à la tonne de MS ! (©Arvalis-Institut du végétal // Création Terre-net Média)

Patrice Brachet : « Passer le fourrage au rotocut assure une coupe nette sans défaut et donne, dans le cas d'une luzerne, un produit idéal pour la rumination des vaches. De plus, une mauvaise coupe met la mélangeuse distributrice à rude épreuve ! Chez nous, le pressage et l'enrubannage sont réalisés par une entreprise et nous ne faisons que rentrer les bottes. Un jour, le prestataire a commis une erreur et désactivé les couteaux. 800 bottes minimum étaient concernées et on y a laissé notre bol mélangeur ! Et je ne parle pas de la consommation de GNR, (...) ni de la baisse de l'ingestion des vaches, donc de la production laitière !! La différence était flagrante entre les bottes bien coupées et celles qui ne l'étaient pas... »

Extraits des commentaires de l'article :
Chantiers de récolte − Réussir l'enrubannage d'herbe

Intérêts et inconvénients de Passer le fourrage au rotocut

Steph72 : « Pour utiliser un rotocut, il ne faut pas de cailloux ! »

Tintin : « Le poids des balles joue énormément sur le coût de l'enrubannage. L'entreprise avec laquelle je travaille dispose d'une presse à chambre variable et des couteaux. Elle arrive à me faire des balles de 860 kg avec un taux de MS de 60 %, soit 520 kg de MS par balle. Un autre entrepreneur, équipé d'une presse combinée Kuhn, sort des balles de 550 kg, l'équivalent de 330 kg de MS par balle, pour le même prix !!! Si on compte le film d'enrubannage, le transport, etc., on double le coût à la tonne de MS !! »

Patrice Brachet : « D'accord avec toi Tintin et aussi avec Steph72 mais la mélangeuse n'aime pas les cailloux non plus. Effectivement, je pense que la chambre variable tasse plus et pourtant les spécialistes de l'ensilage préconisent la chambre fixe !! »

Presse à chambre fixe ou variable ?

Nicolas Hautot : « Si la chambre fixe est privilégiée, c'est pour sa solidité dans le temps. Un entrepreneur avait une chambre variable et faisait énormément d'enrubannage mais il dépensait 10 000 € par an en réparations ! »

Titian : « Pour ma part, j'hésite encore entre enrubanner et ensiler mon méteil. L'avantage de l'enrubannage : sa souplesse en termes de stockage et d'utilisation. Et pour l'ensilage, son coût abordable et sa facilité de distribution, pris en sandwich dans l'ensilage maïs. »

Pourquoi pas ensiler l'herbe ?

Nicolas Hautot : « Dans ma région, les ensileuses pour l'herbe et le méteil poussent comme des champignons. »

Patrice Brachet : « Dans mon secteur, Nicolas, il faut chercher longtemps avant de trouver une ensileuse. Beaucoup d'éleveurs qui en possédaient sont partis à la retraite, ou ont jeté l'éponge. Les entreprises ont donc une charge de travail importante et n'interviennent que rarement à la date souhaitée. Quant aux Cuma... »

Voir également le Paroles de lecteurs :
L'or vert, ce n'est pas l'ensilage d'herbe mais l'enrubannage

Nicolas Hautot : « Moi, je loue maintenant une benne auto-chargeuse. Ainsi, j'avance à mon rythme et je peux mélanger les parcelles dans le silo pour avoir un ensilage régulier l'hiver. Car les chantiers d'ensilage d'herbe deviennent plus compliqués que ceux de maïs ! (...) »

Les petites machines valent-elles mieux que les grosses ?

Patrice Brachet : « Je connais un entrepreneur, pas loin, qui a deux petites machines et dans la région, c'est lui le plus efficace car il n'y a jamais de perte de temps. Par contre, c'est sûr, personne ne se retourne en le croisant sur la route ! On ne peut pas tous faire des chantiers comme dans certaines vidéos ! (...) »

Nicolas Hautot : « Je ne comprends pas en effet l'intérêt, pour les ETA, d'avoir de grosses machines qui passent leur temps à attendre en bout de champ. À attirer le client sans doute, pour dire que ça plaisante pas chez eux. Ou alors cela permet que le matériel soit polyvalent et ensile les maïs. (...) »

Retrouvez un autre Paroles de lecteurs sur un sujet similaire :
Quand l'herbe délie les langues

Les lecteurs prennent des nouvelles des méteils de Patrice

Jonathan : « Salut Patrice. Comment sont tes méteils à l'heure actuelle ? Les nôtres manquent d'eau et ne sont pas terribles pour l'instant. »

Patrice Brachet : « Merci Jonathan, ils ne sont pas trop mal. La densité est bonne mais ils boiraient bien un coup. »

Steph72 : « Quand comptes-tu enrubanner ton méteil Patrice ? Moi, cette année, je vais privilégier la qualité plutôt que le rendement. L'an dernier, le triticale était épié à la récolte et le rendement du maïs derrière a été pénalisé. Le froid les a aussi bien affectés mais on va pas pleurer car les RGI ont beaucoup plus souffert par endroit. (...) »

Patrice Brachet : « Steph, le repère, c'est première fleur des pois. C'est la logique, toutefois la situation de chacun peut être différente. En ce qui nous concerne, je ne sais pas répondre pour l'instant car les légumineuses font la loi et on va gérer en fonction d'elles. Si la météo le permet, j'aimerais ne pas recommencer le même calvaire que l'année dernière pour la fauche : deux passages, le premier à 50 cm et le deuxième à une hauteur normale. Vu le comportement des légumineuses (après traitement bio je précise), je pense couper un peu plus tôt que d'habitude. »

Titian : « J'ai quelques pois en fleur, mais je vais attendre encore un peu. D'ailleurs, il me semble que M. Brachet sème des variétés tardives. »

Patrice Brachet, à l'honneur dans un Paroles de lecteurs : De nouveaux adeptes du méteil, dont Patrice Brachet loue souvent les vertus ?

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article