Paroles de lecteursComme base des rations des vaches laitières, les méteils valent-ils le «coût» ?

| par | Terre-net Média

Certains lecteurs de Web-agri ne jurent que par les méteils, parce qu'ils ont une bonne valeur alimentaire et sont bénéfiques à la santé des vaches laitières. D'autres sont moins enthousiastes à cause des rendements aléatoires et du prix de revient justement, même s'ils leur reconnaissent quelques avantages. Et si la clé était de n'en semer que dans les zones adaptées à cette culture ?

paroles de lecteurs web agri meteilsSelon steph72, « il faut regarder la marge et pas seulement le rendement ! » (©BTPL // Création Terre-net Média) 

Maec annonce : « Cette année, je fais un essai de méteil : avoine, féverole, pois et vesce. Objectif : faire du stock fourrager. »

Les rendements peuvent être très variables...

Guillaume met en garde : « Attention tout de même, les rendements des méteils peuvent être très variables. On passe facilement du simple au double ! Voir à rien du tout comme à l'automne 2019 !! ». Puis, il demande : « Qui a déjà fait un mélange avoine+trèfle ou avoine+vesce ? Avec quel volume et quelle valeur ? »

« d'excellents fourrages »

Sans répondre à ses questions, steph72 contre-argumente : « (...) Les méteils sont d'excellents fourrages qui ramènent de la protéine et des fibres. Ils améliorent la rumination des vaches et limitent les problèmes sanitaires du troupeau. Il faut donc regarder la marge et pas seulement le rendement ! On n'a pas tous la chance d'avoir des sols riches... »

Patrice Brachet apporte, lui, des réponses à Guillaume : « Un de mes collègues cultive de l'avoine et du trèfle en association. Un super produit !! Mais tu ne dépasses pas les 5-6 t car il faut faucher l'avoine à épiaison. Par contre, les MAT et les UF sont au rendez-vous ! C'est mieux qu'un RGI + trèfle incarnat. » Il précise : « Dans son mélange, c'était du trèfle squarosum. »

Les MAT et UF sont au rendez-vous !

Les conseils de Patrice Brachet, monsieur "méteils"

Patrice Brachet répète : « Les méteils sont de super produits !! » Il recommande cependant aux éleveurs de « ne pas oublier qu'il faudra toujours de l'énergie » ! Autre conseil pour ceux-ci qui sont en double culture : veiller « à la date de semis de la deuxième ! » Car, « cela peut être très pénalisant. » « Bref, c'est comme pour tout, il y a des règles à respecter pour que cela marche », résume-t-il. Il invite aussi à « être attentif aux densités ». « Là, on peut gagner gros sur les coûts de semences, estime l'agriculteur. Ensuite, il y a des régions où la féverole ou le pois ne poussent pas. Alors mieux vaut ne pas s'entêter... » Patrice rappelle : « Le méteil étant un mélange de céréales et de protéagineux, il faut surveiller et anticiper d'éventuelles maladies. L'idéal pour les prévenir : renforcer les défenses de la plante. » Enfin, « pas besoin en général de désherber à condition de ne pas semer trop tôt. » Son « dernier conseil :  si, pour une raison ou une autre, les méteils ne fonctionnent pas chez vous et si vous réussissez en herbe, faites-en ! On voit tellement de méteils qui ne ressemblent à rien !! »

Méteils ou maïs ?

Maec poursuit, toujours au sujet des méteils, mais sur un axe un peu différent : « Le reportage parle du remplacement du maïs par du méteil. Et par la betterave fourragère ? Pourquoi l'article n'en parle pas ? »

Le maïs a-t-il du plomb dans l'aile ?

Hiber lance, un brin provocateur : « (...) Faudrait-il comprendre que le lobby du maïs a du plomb dans l'aile et que les supers techniciens mentent comme des arracheurs de dents ? »

titian n'est pas du tout d'accord : « Je fais des méteils, un peu du sorgho fourrager et je suis pas prêt de laisser tomber le maïs ! C'est vraiment une plante fantastique !! Beaucoup de biomasse et de grains produits avec pas grand chose !!! Toutefois, c'est comme pour tout, mieux vaut ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Les récoltes au printemps sont parfois très compliquées... »

Au contraire, c'est une plante fantastique !

Bosval approuve : « Dans certaines régions comme la mienne, en Seine-Maritime, les maïs supportent bien le changement climatique. Avec une bonne fertilisation, dans des sols fertiles, je déplafonne même des rendements en ensilage coupe haute !! C'est l'assurance d'obtenir un fourrage énergétique à moindre coût/tonne de MS. » Il reconnaît néanmoins les qualités du méteil : « L'incorporation d'un méteil dans la ration des vaches est bénéfique pour l'animal, c'est pourquoi cette culture doit être mise en avant. Il faut juste ne pas la généraliser dans les zones où son intérêt est moindre. Par exemple, près de chez moi, les surfaces fourragères ont explosé au détriment de cultures de vente à bon potentiel. »

« Méteils, méteils et toujours méteils... »

Gat se « permet alors d'intervenir dans le débat » : « Je cultive des méteils depuis plus de 10 ans sur mon exploitation située dans le Maine-et-Loire. Après avoir essayé plusieurs mélanges, le plus intéressant chez moi aujourd'hui est le seigle forestier + vesce avec des valeurs de MAT de 16,8 au printemps. Et cela permet de libérer les terres vers le 15-20 avril pour pouvoir faire un maïs irrigué derrière sans que celui-ci soit pénalisé. »

Momo rétorque : « Méteils, méteils et toujours méteils... Bon, OK, il y a moyen d'obtenir une bonne valeur alimentaire mais les céréales immatures existent aussi et là, en termes de coût, c'est carrément moins !! 120 kg de triticale et autant d'avoine reviennent à 50 €/ha à peine. On les sème à l'épandeur et hop !! Voilà un truc qui fait du stock fourrager !!! Je rajoute ensuite 15 kg de trèfle pour récolter la prime de 180 €, soit environ le coût de l'ensemencent total. Vu les prix des méteils, je préfère rester comme je suis ou produire de l'herbe même si c'est risqué avec le réchauffement climatique... »

Et les céréales immatures ?

Pour clore la discussion, Jmb67 incite chacun à être plus nuancés : « Chacun doit s'adapter et faire ses essais. Aucune exploitation ressemble à une autre. La météo, le sol, l'altitude, l'exposition sont des paramètres à prendre en compte. Mais les expériences des uns peuvent aider les autres à trouver des solutions qui conviennent à leur exploitation. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Céline CLEMENT
Il y a 6 jours
Bonjour Patrice, c'était juste un petit clic d'oeil puisque vous parlez souvent du méteil et de ses intérêts sur Web-agri. Il ne se voulait pas du tout péjoratif mais tout le contraire. Il s'agissait plutôt de souligner comme vous le dites d'ailleurs vous-mêmes les débats et partages d'expériences enrichissants entre éleveurs sur Web-agri. Tels est l'objectif de ces Paroles de lecteurs dans lesquels vos propos sont souvent repris pour cette raison-là. Bonne journée !
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 8 jours
Non je ne suis pas le Monsieur méteils simplement des passionnés qui partagent en toute franchise leur expérience bonnes et mauvaises. Nôtre économie de marché fait que plus personne n a le temps de discuter heureusement que web agri et la ! Des fois on se chiffonne mais il y’a énormément de partage Merci
Répondre