[Paroles de lecteurs] SécheresseLes étés se suivent et se ressemblent... malheureusement !

| par | Terre-net Média

2018, 2019, 2020 et... ? Les années se succèdent tout comme les sécheresses, estivales notamment. Pas étonnant si cet été aussi, ces dernières ont été au centre des discussions des lecteurs de Web-agri.

paroles de lecteurs web agri secheresse ete 2020 « Sans eau, adieu veau, vache, cochon... », résume Jmb67. (©Terre-net Média)

Patrice Brachet propose « un remède efficace » pour le moins extrême : « Arrêter la production laitière, la meilleure façon », selon lui, « de contrer le changement climatique ». « Si le lait était payé à sa juste valeur », cela vaudrait le coup d'après l'éleveur de chercher des solutions mais « là, c'est de l'esclavage » !

Vu le prix du lait, ça ne vaut pas le coup de chercher des solutions !

Remède radical : « arrêter le lait ou la viande »

steph72 rétorque : « Tu parles du lait mais en viande, c'est une cata aussi !! Avec des prix au rabais et plusieurs années de sécheresse de suite, les producteurs sont dégoûtés. Il va y en avoir des cessations d'activité !!! » Il poursuit : « Nos rendements en foin ont chuté de 30 %. Dans les prairies sur les coteaux, on voit même la terre et ce n'est pas prêt de repousser. (...) S'il ne vient pas d'eau en septembre, c'en sera terminé pour la saison de pâturage qui n'aura duré que deux mois et demi... Comme quoi ne miser que sur l'herbe devient trop aléatoire, voire dangereux, même en allongeant les rotations. Mieux vaut se tourner vers la luzerne et/ou le méteil, complétés par des céréales. »

Une saison de pâturage de 2,5 mois !

« Dans notre zone, l'herbe, c'est fini depuis juin », se lamente Patrice Brachet.

« (...) Les systèmes fourragers les plus simples demandent certes moins de travail et simplifient l'organisation mais ils sont aussi plus exposés aux excès climatiques. Mieux vaut en être conscient avant de se lancer et garder un stock de sécurité et un peu de trésorerie au cas où », conseille Lau.

Les systèmes fourragers les plus simples sont plus exposés aux aléas climatiques.Jmb67 est, lui aussi, fataliste : « Sans eau, adieu veau, vache, cochon... »

La sécheresse a été le sujet de préoccupation des lecteurs de Web-agri tout l'été :

Le "tout herbe", « c'est fini » !

Jonathan ironise : « (...) Au menu de mes vaches cet été, de l'herbe rôtie, voire grillée !! Au mieux, elles pourront revenir pâturer à partir du 15 septembre. La bouffe pour les animaux devient un véritable casse-tête (...) et, en plus, il faut acheter la paille... »

Au menu de mes vaches cet été, de l'herbe rôtie, voire grillée !!

« Même en pâturage tournant dynamique, quand il ne pleut pas, il n'y a pas d'herbe ! », déplore kami

« Moi, j'arrive en PTD à garder le pâturage de nuit mais il ne représente qu'un quart de la ration. Sur la ferme, le maïs équivaut à 10 % de la SAU mais constitue mon assurance sécheresse. Les exploitations exclusivement herbagères sont depuis quelques années en grande difficulté », précise Franck15.

La sécheresse m'a coûté 40 €/1 000 l de lait.

« Les aléas climatiques sont de plus en plus marqués et précoces au printemps. Chez nous, depuis quatre ans, la sécheresse nous coûte 40 €/1 000 l de lait ! », constate débutant.

Et sur Facebook :

posts facebook paturage tournant dynamique et secheresse ete 2020 (©Page Facebook de Web-agri) 

Le maïs, une « assurance sécheresse »

titian est du même avis que Franck15 : « Comme le millet et le sorgho, le maïs est une plante très efficiente pour l'eau et pousse même avec 30°C contrairement aux graminées de prairies ».

Une plante très efficiente pour l'eau.

« Dans notre région, les premiers maïs semés vont produire 12 t de MS contre à peine 6 t pour l'herbe, donc il vaut mieux essayer d'optimiser les maïs avec une bonne fertilisation et des semis précoces », juge débutant.

Ou alors cultiver du méteil, de l'avoine ou de la luzerne

« (...) Nous avons toujours connu plus ou moins des sécheresses estivales, il a donc fallu qu'on s'adapte, détaille Massol. Nous cultivons 10 ha de méteil, que nous enrubannons les mauvaises années et que nous moissonnons sinon, et de la luzerne soit en association multi-espèce pour obtenir un fourrage équilibré, soit pure en semant de l'avoine à l'automne pour effectuer une grosse coupe au printemps. L'objectif : avoir constitué 80 % du stock de fourrage et de paille auto-produit sur la ferme au 20 juin. Toutefois, cette année est aussi compliquée qu'en 2003 et nos laitières sont au régime hivernal depuis mi-juillet. »

« (...) Petit conseil : semer l'avoine dès fin août et fertiliser un peu, vous aurez un beau pâturage pour l'automne. (...) », recommande Patrice Brachet.

Rien ne pousse sauf la luzerne !

titi est dans la même situation : « Chez nous, tout est cramé !! Rien ne pousse sauf la luzerne, réputée pour sa résistance aux conditions sèches. »

« La luzerne m'a en effet permis de faire quatre coupes avec des rendements corrects, là où mes voisins n'en ont réalisé que deux avec du ray-grass italien », appuie Qwerleu

Même le sorgho, « il a fallu l'arroser »

Même le sorgho, « il a fallu l'arroser cette année », témoigne titian. « Au final, je suis pas certain que cette culture soit plus efficiente en eau à la tonne MS produite qu'un maïs. Avec l'avantage "multicoupe" par contre, on peut mieux bénéficier d'un retour des pluies alors qu'en maïs, elles n'auront plus aucun impact. »

« Je n'ai pas de sorgho multicoupe, mais des monocoupes BMR qui tardent à monter, même ceux qui ont reçu un tour d'eau, explique Moty. Pourtant ils paraissent beaux. Le sorgho fourrager reste une culture difficile à maîtriser tous les ans. »

Prions Sainte Pluie pour avoir quelques bottes en septembre...

Jmb67 revient avec son slogan qui rime avec "sorgho" : « Pas d'eau, pas sorgho ! » « J'en ai semé début juin et deux mois après, la moitié seulement était sortie et mesurait 20 cm de haut. Impossible alors de faire une coupe mi-août en région Aura. Le broyeur pour nettoyer en priant Sainte Pluie pour avoir quelques bottes fin septembre. »

« Un maïs semé dans le sec s'en sort mieux ! », lance Patrice Brachet.

« Il faut arrêter de croire aux plantes miracles face à la sécheresse (...) », prévient entre2o.

En 2019 aussi, la sécheresse inquiétait fortement les lecteurs de web-agri : Après les réseaux sociaux, la détresse des éleveurs sur Web-agri

Diminuer l'effectif du troupeau ou le chargement

Si misérable pense que « dans certaines régions, l'élevage laitier va devenir impossible avec le réchauffement climatique », il se montre plus nuancé : « Le mieux est de diminuer l'effectif du troupeau, quitte à produire moins mais en étant plus autonome. »

« Ou de baisser le chargement à l'hectare dès le printemps », suggère Capitaine, ce sur quoi Patrice Brachet le rejoint.

La gestion du pâturage, c'est très compliqué...

Autre piste avancée par Moty :  « À partir de fin mai, on peut allonger la durée de retour sur les paddocks. La gestion du pâturage, c'est compliqué, mais il faut anticiper. »

L'irrigation, « la meilleure sécurité fourragère »

Poly, lui, juge que « l'irrigation, dénigrée par beaucoup, reste la meilleure sécurité fourragère possible ». « Il faut avancer sur le stockage de l'eau et optimiser son utilisation au maximum, insiste-t-il. Sur mon exploitation, depuis trois ans, l'irrigation sauve le bilan fourrager plombé par une production d'herbe catastrophique et en dents de scie. »

Patrice Brachet met en garde : « Entre les "anti" et les dégradations en tout genre, être irriguant aujourd'hui est un sacerdoce ! »

Être irriguant aujourd'hui, un sacerdoce !

steph72 renchérit : « Et dans certaines régions qui ne peuvent pas irriguer, c'est la désertification agricole !! »

Jeuneagri ajoute : « Et pendant ce temps, les communes continuent d'arroser les fleurs... »

Quant aux retenues collinaires qui font débat, « ce n'est que du bon sens », estime Oups. « Les pays qui en manquent doivent nous prendre pour des tarés de laisser partir toute cette eau...  »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


laurent du 79
Il y a 95 jours
Quand on veut des pluies il faut mettre des plantes qui "consomment de l'eau", notre problème vient des céréales qui sèchent en début d'été, c'est très bien pour la moisson mais une catastrophe pour le climat ! plus il fait chaud plus la végétation transpire, donc évacue la chaleur et provoque des pluies, c'est ce que font les forets depuis des millénaires mais le blé fait exactement le contraire : il se met à sécher au moment ou on voudrait évacuer la chaleur et avoir des pluies. L'idée n'est pas d’arrêter le blé mais d'implanter un couvert végétal juste après la moisson (ou même avant, pendant le dernier binage). Le maïs étant la plante idéale puisque totalement en phase avec les forets de feuillus avec la même consommation d'eau donc le même impact sur le climat !
En Nouvelle Aquitaine l'irrigation à partir des nappes phréatiques représente 1% des pluies, on accuse systématiquement l'irrigation alors que le problème est ailleurs : le détournement massif et illégal de l'eau douce par les assainissements collectifs qui ne recyclent pas l'eau dans les sols. Taper systématiquement sur l'agriculture à propos de l'eau a permis de détourner l'attention des contribuables mais du coup aucune ville n'est aux normes ...
Si tout le monde avait le bon sens de faire de faire comme les agriculteurs, des réserves d'eau l'hiver (particuliers, villes, industriels, etc ...) pour épargner les nappes phréatiques l'été on ne parlerait jamais de sécheresse !
Répondre
laurent du 79
Il y a 95 jours
les sécheresses ne sont pas une fatalité quand elle sont précédées d'inondations massives ... c'est juste une mauvaise gestion de l'eau de pluie par une administration qui a 20 ans de retard et des villes qui se servent des rivières pour évacuer leur pollutions dans la mer via les rivières.

En climatologie, on part du principe que la végétation ne consomme pas d'eau mais apporte des pluies, et ça change toute la compréhension du dérèglement climatique.
Depuis plus de 30 ans les vrais climatologues disent bien qu'il n'y aura pas moins d'eau mais une dégradation de la répartition annuelle des pluies : inondations l'hiver et sécheresse l'été, exactement le scénario qui s’installe durablement (depuis 20 ans ... ) en France.



je publie mes recherches sur
https://www.mediaterre.org/actu,20200503184212,1.html
https://www.mediaterre.org/actu,20200810121408,1.html
http://pasdeclimatsanseau.unblog.fr/2020/08/26/inondations-de-lhiver-prochain/
Répondre