Gestion des prairiesOptimiser l'exploitation des surfaces prairiales avec le hersage

| par MO | Terre-net Média

Le hersage des prairies permet d'améliorer la morphologie de la végétation afin d'optimiser la productivité et ainsi obtenir une flore gazonnante, c'est-à-dire d'une même hauteur et dense afin de limiter les refus.

Hersage des prairiesL’idéal est de herser deux fois par an : en fin d’hiver pour aplanir et aérer le sol, stimuler l’activité des vers de terre, étaler les taupinières et enfin favoriser le tallage puis en été pour profiter de la chaleur et ainsi d’une bonne minéralisation, étaler les bouses et arracher les stolons de l’agrostis stolonifère. (©Gnis)

Pour avoir une prairie de même hauteur et dense et éviter les touffes, l'utilisation de la herse est utile. Lorsque la terre est relativement humide, les éléments horizontaux de la herse permettent de coucher les graminées simultanément, et d’étaler les taupinières. Les parties blanches de la base de la tige reçoivent ainsi plus de lumière, les plantes tallent davantage et « gazonnent ».

Le passage des éléments verticaux de la herse permet de fendre la matière organique accumulée en surface. L’aération provoque une relance de l’activité des vers de terre qui vont dégrader la matière organique et par leurs galeries, drainer et aérer le sol. Les éléments fertilisants se retrouvent mieux répartis en profondeur, ce qui favorise les plantes aux racines profondes.

Les dents de la herse arrachent les plantes à enracinement superficiel comme le pâturin annuel, la renouée des oiseaux, les agrostides au profit des plantes à racines profondes comme le ray-grass anglais, le dactyle et la fétuque élevée.

L’idéal est de herser deux fois par an. Le premier passage est à réaliser en fin d’hiver pour aplanir et aérer le sol, stimuler l’activité des vers de terre, étaler les taupinières et enfin favoriser le tallage. Le deuxième passage se fera en été pour profiter de la chaleur et ainsi d’une bonne minéralisation, étaler les bouses et arracher les stolons de l’agrostis stolonifère, graminée de faible valeur qui inhibe les autres plantes et sécrète des toxines anti germinatives.

 

N.B : D'après un communiqué du Gnis.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags :


A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


chrislait
Il y a 206 jours
je suis bien d'accord, c'est une belle connerie !!!!!!!!!!!!!!!
Répondre
Franck2294
Il y a 206 jours
Je vois pas l'intérêt de ce type de matériel et de pratiques quand on sait qu'après 3 études menées par ARVALIS, La Chambre d'Agriculture et l'Institut de l'élevage aucun résultat positif n'en ressort. Il faudrait peut-être s'informer avant d'écrire un article plutôt que d'écouter les supers conseils des constructeurs.
https://www.arvalis-infos.fr/systeme-fourrager-faut-il-aerer-ses-prairies@/view-18144-arvarticle.html#2
Répondre