Dossier Retour au dossier Pâturage

Sécheresse et pâturageLe topping pour faire face à une pousse de l'herbe insuffisante

| par | Terre-net Média

Si la pousse de l'herbe est insuffisante pour subvenir aux besoins du troupeau et que le chargement instantané du lieu de pâturage est conséquent, opter pour le topping peut s'avérer un choix judicieux. Cette technique venue de Nouvelle-Zélande consiste à faucher l'herbe dans le paddock avant le passage des vaches. Avec le temps sec du mois de mai, plusieurs éleveurs ont décidé de la tester.

Avec le temps sec du mois de mai, qui s'est accompagné de gelées blanches au moment des Saints de glace et d'un vent d'est asséchant, Antoine Thibault, agriculteur dans l'Eure, a constaté que son herbe ne poussait plus. « J'ai fait un peu trop pâturer mes vaches, nuit et jour, et maintenant, il faut que je laisse l'herbe se reposer sinon les vaches vont l'épuiser. J'aurais dû diminuer la pression pâturage avant », reconnaît l'éleveur normand sur Twitter. Ses animaux ne sortent donc plus depuis le 28 mai. Cette semaine, il a décidé de tester le topping pour remédier à son problème, il s'agit de couper les reflux, de les mettre en andain et de les faire ensuite pâturer par ces vaches. 

Cette technique du topping, venue de Nouvelle-Zélande, est aussi pratiquée par plusieurs de ses collègues bretons. Vincent Luherne, éleveur dans le Morbihan, lui répond qu'il a opté pour la même technique au regard du peu d'herbe qu'il lui restait. Olivier Sourdin, éleveur en Ille-et-Vilaine, se veut rassurant en partageant une vidéo de son topping effectué au mois de mai, en précisant que cela lui a garanti « une pousse de l'herbe homogène et de qualité ». 

Alors cette technique est-elle recommandée dans le cas d'un manque d'herbe ? Pour Paturesens, « si la pousse de l’herbe est insuffisante pour subvenir aux besoins du troupeau et que le chargement instantané du site de pâturage est conséquent, le topping est alors une bonne option ». Cela permet de « préfaner les plantes ce qui réduit l’amertume des zones de refus, les animaux viennent donc à augmenter leur ingestion de matière sèche et à consommer la quasi-totalité de la biomasse disponible ». Et les avantages de la technique ne s'arrêtent pas là, elle permet : 

  • Une dynamique de pousse homogène
  • Une réduction du surpâturage entre les zones de bouse
  • Un gain de rendement herbager.
Pour en savoir plus sur la pratique et lire les conseils de Paturesens sur le sujet : Gérer ses excédents pour aborder l'été plus sereinement

Une condition est cependant nécessaire à la réussite du topping : un bon déprimage pour « entretenir un niveau de gaine bas ».

En revanche, avec l'intervention mécanique nécessaire pour mettre en œuvre cette technique, le coût de la tonne de matière sèche d'herbe augmente. C'est ce qu'on mis en avant plusieurs éleveurs sur la Page des producteurs de lait en réponse à Pascal, éleveur ayant décidé de tester cette technique pour gérer les refus et l'épiaison. 

Et vous, que pensez-vous de cette technique ? L'avez-vous déjà testée ? N'hésitez pas à partager votre point de vue dans les commentaires.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


laurent du 79
Il y a 168 jours
Casser les barrages, bloquer la construction de réserve, couper l'irrigation, ne pas recycler l'eau des villes , se servir de l'eau douce pour évacuer la pollution des villes, évacuer les ruissellements en aval au lieu de les retenir en amont des bassins versants ... Techniquement on ne pouvait pas faire pire dans un pays qui manque d'eau de façon récurrente et exponentielle tous les étés, alors que la consommation TOTALE ne représente que 2.5% des pluies ...
Pendant l'été 2019, comme tous les ans, on a battu des records ... le 29 avril 2020, Madame Emmanuelle Wargon, Secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a demandé au préfets de prendre des mesures pour anticiper la sécheresse ... C'est déjà trop tard, nous sommes entrés dans une phase irréversible ! Une sécheresse s'anticipe au moins un an avant pour pouvoir remplir les réserves l'hiver ...

https://www.sudouest.fr/2020/05/14/secheresse-53-departements-a-risque-cet-ete-7484681-10618.php

https://www.mediaterre.org/actu,20200503184212,1.html
Répondre
Moty
Il y a 168 jours
Je pratique depuis qq années. Etant sur zones séchantes, cette technique aide à passer le petit manque d'herbe à paturer de fin mai jusqu'au 15 - 20 juin.
Si on a fauché et récolté beaucoup debut mai , ce qui est bien dans les surfaces accessibles, on a souvent un petit manque ( en fonction des conditions pédo-climatiques ). Ainsi, avoir des paddocks un peu plus avancés pour le topping permet de laisser suffisamment de temps de repousse au reste. Et voici la pluie , donc c'est bon ça va pousser
Répondre
Jean francois Rauffet
Il y a 168 jours
Je l ai déjà pratiqué ,il faut faucher en andains pour limiter le salissement de l herbe et au moins 12 a 24 h avant pour augmenter l l'appétence.
L inconvenient c est d avoir un tracteur mobilisé si on pratique pas mal .
Répondre