Dossier Retour au dossier Sorgho

SorghoUne culture aux multiples atouts

| par | Terre-net Média

Le sorgho est une culture assez rustique et économe en intrants. Grain ou fourrager, il présente de nombreux atouts en alimentation animale. Charles-Antoine Courtois, chargé de développement pour l'association Sorghum ID, nous donne plus détails.

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo.

« Peu consommatrice en intrants, la culture du sorgho est assez simple. Elle a surtout besoin d'azote, mais peu de phosphore et de soufre. Côté phytos, un voire deux herbicides sont nécessaires. Elle ne requiert ni insecticide, ni fongicide », présente Charles-Antoine Courtois, chargé de développement pour l'association Sorghum ID. De plus, elle est très résistante à la sécheresse. « Seule étape à ne pas négliger dans la conduite de cette culture : le semis, dans un sol fin et propre »,  ajoute-t-il. Le sorgho fait partie « d'une très grande famille ». On peut distinguer deux catégories principales : le sorgho grain et le sorgho fourrager.

Créée en 2016, Sorghum ID représente « l'interprofession du sorgho à rayonnement européen. Elle relie tous les maillons de la filière : des semenciers aux utilisateurs finaux ». Plus d'informations sur le site web de l'association.

Le grain représente environ 60 000 ha en France, principalement cultivé en Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. Sa culture se développe aussi dans le Centre et le Poitou-Charente pour « allonger les rotations ». Il existe le sorgho grain « blanc destiné à l'oisellerie et le roux utilisé en alimentation animale comme une céréale classique ».

Ce dernier présente une composition chimique assez similaire à celle du maïs, avec toutefois un « taux de protéines légèrement supérieur ». Il peut ainsi entrer dans la composition des concentrés énergétiques, en complément des fourrages et des sources azotées. « Contrairement au blé, il doit être broyé finement pour être bien digéré », selon le guide Sorgho grain, de la culture à la valorisation, réalisé par Sorghum ID. La présence de tanins constitue « un vieil a priori, commente Charles-Antoine Courtois. Aujourd'hui, ce n'est plus d'actualité. La sélection permet de proposer, depuis près de 30 ans, des variétés dépourvues de tanins et donc très digestibles ».

Comparaison de la composition moyenne des maïs et sorgho
Composition (% MS)SorghoMaïs
Amidon*75,175,8
Protéines*10,68,7
Matière Grasse*4,14,5
Parois*8,39,3
Sucres totaux0,81,9
Calcium0,040,05
Phosphore0,320,30
Lysine0,250,28
Méthionine0,360,35
Met + Cys0,380,43
Tryptophane0,120,06
(*) Source enquêtes maïs et sorgho français Arvalis/FranceAgriMer (2009-2013). Les autres sont issues des tables Inra-AFZ 2004.

Plus rustique au niveau climatique, le sorgho fourrager est adapté à toutes les régions françaises (20 000 ha). Dans cette catégorie, on distingue « le mono-coupe et le multi-coupe. Le premier s'assimile à un maïs ensilage, il se récolte avec une ensileuse classique et mesure généralement 3 à 4 m de haut », poursuit Charles-Antoine Courtois.

Le sorgho fourrager multi-coupe correspond plutôt à « une herbe améliorée, entre 1 et 2 m de haut. Il peut être coupé 3 à 4 fois/an, en revenant toutes les 4 à 6 semaines suivant les conditions météo ». Il peut être exploité sous différentes formes : pâturage, distribution en vert, conservation par voie humide et par voie sèche.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Patrice Brachet
Il y a 30 jours
Un semencier nous a proposé un sorgho multi coupe à 0,9ufl on va l essayer derrière méteil sur des parcelles non irriguées en sol très profond et surtout en argilo très séchant à suivre !
Répondre