Pâturage de précisionLe drone remplacera-t-il bientôt l'herbomètre ?

| par | Terre-net Média

Le drone pourrait s'avérer l'allié idéal des éleveurs herbagers de demain pour mesurer la densité d'herbe présente dans leurs prairies. Les recherches sont en cours.

Drone agricole pour mesurer l'herbe dans les prairiesEn quelques minutes, le drone pourrait générer une carte de biomasse de l'herbe présente dans chaque paddock. (©Terre-net Média)

Les drones ont pris leur envol dans l’agriculture : cartographier le parcellaire, préconiser des apports d’azote, ou même lâcher des trichogrammes contre la pyrale du maïs,… Les applications des drones agricoles sont variées et de nombreuses pistes restent encore à explorer. « Nous avons acquis un drone pour le blé et le colza, puis nous avons lancé la réflexion sur les mesures d’herbe à la ferme expérimentale de Derval qui travaille sur le pâturage en traite robotisée », explique Alain Airiaud, directeur technique agroenvironnement de la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique (44).

Survoler les prairies en quelques minutes

HerbomètreHerbomètre (©CA Picardie)

Connaître avec précision le nombre de kilos d’herbe disponibles dans chacun de ses paddocks est l’une des clés du pâturage tournant dynamique. La densité de fourrage est habituellement mesurée à l’herbomètre ou estimée « à la botte » voire « à l’œil ». Elle pourrait dorénavant être mesurée par un drone qui survole l’ensemble des prairies à une vitesse d’environ 3 ha par minute. L’idée enthousiasme le chercheur : « Générer des cartes de biomasse d’herbe avec un drone redonnerait une dimension "techno" à la gestion du pâturage ».

L’herbomètre est un plateau en plastique coulissant sur un axe gradué qui mesure la densité d’herbe à l’hectare selon la résistance de l’herbe compressée par le poids du plateau. Mais l’outil a ses défauts : les mesures de densité et leur équivalence en kilos de MS/ha peuvent être assez variables selon le type de flore et les saisons. De plus, l’utilisation de l’herbomètre demande du temps. En théorie, il faudrait réaliser une quinzaine de mesures en zigzag dans chaque paddock une fois par semaine. Résultat : bon nombre d’herbomètres restent dans un coin de la laiterie durant tout le printemps !

Mesurer la valeur alimentaire sur pied ?

« Nous sommes dans une première phase de recherche, rappelle Alain Airiaud. Dans trois fermes expérimentales, nous avons pu mesurer l’an dernier une bonne corrélation entre la cartographie prise par le drone d’Airinov et les mesures de pousse réalisées à l’herbomètre. Nous entamons cette année une deuxième phase d’étude pour tester ces corrélations sur 120 micro-parcelles avec différents espèces herbagères et une lecture à la fois de la hauteur d’herbe et de la biomasse présente.

En filmant, le drone réalise une carte de « réflectance », c’est-à-dire qu’il évalue la lumière renvoyée par les plantes (du vert à l’infra-rouge). Reste aux chercheurs à concevoir un modèle mathématique capable de mettre en relation ces données (variables selon les espèces du couvert végétal) avec la densité et la biomasse foliaire, ou encore avec le taux de chlorophylle. D’autres voies de recherche sont en cours, comme la fertilisation de précision des prairies, voire même l’estimation de la valeur alimentaire de l’herbe sur pied.

Capter la réalité du besoin

Néanmoins, les drones-herbomètres présentent-ils un réel intérêt pour les éleveurs herbagers ? Alain Airiaud reste pragmatique : « nous devons aussi jauger de l’intérêt de cette technologie et capter la réalité du besoin des agriculteurs, car rien ne sert de développer des innovations inutiles. Mais si on se projette à quatre ou cinq ans, on peut imaginer une acquisition d’un drone en commun à plusieurs fermes ou une offre de prestation extérieure sur des élevages proches pour générer des cartes de biomasse ».

Carte de chlorophylleExemple d'une carte aérienne de la quantité de chlorophylle par m2 sur une parcelle de blé en avril. (©Airinov) 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article