Dossier Retour au dossier Pâturage

Revue des réseauxAvec la pluie, « c'est plus la déprime que le déprimage » pour les éleveurs

| par | Terre-net Média

Le début de ce mois de mars s'inscrit dans la continuité d'un automne et d'un hiver pluvieux. La mise à l'herbe 2020 s'annonce compliquée cette année : certains éleveurs ont débuté leur déprimage mais doivent s'adapter à cette pluie incessante en limitant la présence dans les paddocks voire en rentrant de nouveau leurs animaux. Pour d'autres, pas question de sortir leur troupeau, ce qui leur fait dire : « c'est plus la déprime que le déprimage » !

Cette journée de jeudi est une nouvelle fois marquée par des précipitations abondantes, MeteoNews attend « sur les deux-tiers nord du pays, souvent une vingtaine de millimètres, mais localement entre 30 et 40 mm ».

Le mois de février a été très pluvieux excepté sur le sud de la France. Dans son bilan mensuel, Météo France indique que « les cumuls de pluie ont souvent été excédentaires de plus de 30 % sur la moitié nord du pays et de plus de 50 % sur les Alpes du Nord. De la Normandie aux frontières du Nord, la pluviométrie a affiché une fois et demie à deux fois et demie la normale, voire près de trois fois en Meurthe-et-Moselle, en région parisienne et dans la Somme. ». 

Si certains éleveurs avaient pu commencer le déprimage dès le mois de janvier en raison de la douceur, ces abondantes précipitations les obligent à s'adapter. 

Ainsi, Aurélien, éleveur dans le sud du Morbihan, membre du groupe facebook "La page des producteurs de lait", poursuit son déprimage débuté en janvier mais doit le limiter. La semaine dernière, 35 mm sont tombés : « on continue le pâturage avec une très courte durée dans les paddocks pour ne pas dégrader : 11 h à 15 h. »

Léa, éleveuse dans le Finistère, « jongle avec les paddocks » mais doit rentrer ses vaches car « ça se gâte » au niveau de la portance.

Sur Twitter, Cédric, éleveur laitier dans le haut-anjou, publiait le 17 février des images de la première sortie de ses vaches : 

Mais suite au 40 mm tombés le week-end du 29 février-1er mars, il doit se résoudre, le 2 mars, à les laisser en stabulation pour au moins deux semaines : 

Même situation pour Vincent Luherne, éleveur de vaches laitières dans le Morbihan. Elles sont sorties au 10 février mais depuis 10 jours maintenant, elles restent en stabulation

Lire aussi les conseils de Shane Bailey de Pâturesens pour préparer les pâtures et lancer la mise à l'herbe du troupeau.

Mais pour de nombreux éleveurs, le déprimage est tout simplement impossible tant les sols sont gorgés d'eau. Nicolas, éleveur dans la Manche, réagit sur "La page des producteurs de lait" : « Nous, c'est le temps qui nous déprime ». Même discours pour Christian dans le Finistère nord : « C'est plus la déprime que le déprimage ». Sur un ton humoristique, Seb, éleveur dans la Creuse, explique que ses vaches devraient rester en bâtiment jusqu'à la mi-avril :

Sur Twitter, Agriskippy montre en image que l'herbe a bien poussé, mais pour y accéder, c'est une autre histoire ! 

Et cela ne semble pas être au programme des prochains jours. Selon Frédéric Decker, météorologue chez MeteoNews, « ce temps bien agité va globalement perdurer la huitaine à venir, rarement interrompu en dehors d'une courte pause samedi ».

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur :

Observatoire météo de Web-agri.fr


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


PàgraT
Il y a 231 jours
800 mm depuis septembre dont 260 depuis le 1er janvier ! La mise à l'herbe devra attendre ! Jamais vu autant de flotte !
Répondre