Dossier Retour au dossier Maïs fourrage

Fertilisation du maïs fourrageLa disponibilité des éléments varie selon les engrais de ferme

| par | Terre-net Média

La majeure partie de l'azote absorbé par le maïs provient des engrais de ferme. Moins d'un tiers de l'azote contenu dans un fumier épandu en sortie d'hiver sera valorisé par le maïs de l'année.

Fumier de bovin épandagePlus de 80 % des parcelles de maïs fourrage reçoivent une fumure organique. (©Terre-net Média)

Les maïs sont des cultures particulièrement intéressantes pour valoriser les engrais de ferme. « Les besoins en azote du maïs s’expriment essentiellement de la mi-juin à fin août et sont en grande partie satisfaits par l’azote des engrais de ferme apportés pendant l’interculture », explique Bertrand Carpentier d’Arvalis-Institut du végétal. Il en est de même des besoins en phosphore et en potassium.

Tous les types d’engrais de ferme peuvent être épandus avant le maïs à condition de suivre les périodes conseillées pour l’épandage de chaque produit (et de respecter la réglementation sur les épandages !). La principale condition à respecter est de ne pas apporter de doses d’engrais de ferme fournissant des quantités d’azote minéral supérieures aux besoins des maïs.

12,5 kg N / tonne de matière sèche

Les quantités à épandre peuvent varier de 20 à 50 t/ha pour les fumiers de bovins, de 10 à 20 t/ha pour les composts et de 3 à 10 t/ha pour les fumiers de volailles. Les caractéristiques physiques des fumiers et composts (teneur en matière sèche, densité, cohésion et frottement interne) varient beaucoup d’un produit à l’autre.

Dans la plupart des situations, la gestion des engrais de ferme sur maïs pourra se faire comme suit :

  1. Apport d’une dose d’engrais de ferme satisfaisant les besoins en phosphore et en potassium du maïs, sauf en cas de retournement d’une prairie. Prendre en compte l’apport de phosphore d’une éventuelle fumure starter appliquée au semis.
  2. Epandage d’une dose d’engrais minéral azoté complémentaire de l’azote apporté par l’engrais de ferme : prendre en compte l’apport d’azote d’une éventuelle fumure starter appliquée au semis.
Les besoins totaux en azote (plante entière) et les exportations en P2O5 et K2O des maïs figurent dans le tableau ci-dessous.

 

Besoins totaux en N

Exportations en P2O5

Exportations en K2O

Maïs Fourrage

Chaumes restitués

12.5 kg/tMS

4.2 kg/tMS

11.9 kg/tMS

Maïs Grain

Cannes restituées

2.2 kg/q

0.7 kg/q

0.5 kg/q

Source : Arvalis-Institut du végétal

Composition moyenne des effluents de bovins (unité/tonne brute)

 

% MS

N total

N ammoniacal

P2O5

K2O

Aire paillée

20 à 25

4 à 6

0,5

1,5 à 4

6 à 10

Fumier raclé

15 à 20

3 à 5

0,4

1,5 à 3

3 à 8

Lisier (U/m3)

4

2

5

Source : Les bonnes pratiques d’épandage du fumier et du lisier (Synagri, CA Bretagne)

Eviter le fumier frais avant le semis

Eviter toute application de fumier frais dans les trois mois qui précédent une implantation de maïs car la remobilisation de l’azote du sol mise en jeu pour la dégradation du fumier frais épandu trop près du semis peut nuire à l’installation et à la croissance du maïs (« faim d’azote »).

Arvalis conseille d'appliquer les fientes, les fumiers stockés de volailles, les lisiers de bovins, les lisiers de porcs et les lisiers de volailles le plus près possible du semis, voire après le semis (lisier de porcs ou de volailles sur maïs). Le lisier apporté au stade 6-8 feuilles est très bien valorisé par le maïs. Pour limiter les pertes d’azote (ammoniac) par volatilisation, il est conseillé de l’incorporer dans le sol par binage ou mieux de l’injecter dans l’inter-rang.

Un coefficient azote plutôt bas pour le fumier

Pour l’azote, les effets des engrais de ferme l’année de l’apport dépendent du type d’effluent et de la date d’épandage. Ainsi l’azote apporté par un fumier de bovins épandu au printemps (4 à 5 unités par tonne de produit frais) est valorisé à 30 % par le maïs. Ainsi la disponibilité de l’azote est plus élevée avec un fumier mou raclé (25 à 35 %) qu’avec un fumier compact d’aire paillée (15 à 30 %). Les effets constatés les années suivantes dépendent de la régularité des apports. Les effets d’un retournement de prairies sont à prendre en plus.

Avant maïs, les composts présentent peu d’intérêt car les fumiers frais ou les lisiers sont mieux valorisés. En raison de la réorganisation de l’azote vers des formes stables en cours de compostage, l’effet direct des composts est faible (Coefficient d’équivalence azote d’un compost de bovin est de 5 à 10 %, mais 100 % pour le P et le K). Néanmoins, lorsque les apports sont réguliers, les arrière-effets sont importants. Les composts favorisent un bon fonctionnement du sol et sont à gérer comme un amendement, permettant de mieux répartir la matière organique sur l’ensemble de l’assolement.

Phosphore et potassium très disponibles

Pour le phosphore et le potassium, l’apport des engrais de ferme peut se substituer en partie ou en totalité à l’apport par les engrais minéraux. Par rapport au phosphore minéral, l’efficacité l’année de l’apport du phosphore des engrais de ferme est de l’ordre de 70 % pour les composts de fumier de bovins, 80 % pour les fumiers de bovins, 95 % pour les lisiers et fumiers de porcs.

Après un an de présence dans le sol, le phosphore des engrais de ferme a le même effet sur l’enrichissement du sol que les engrais phosphatés solubles dans l’eau. Le potassium contenu dans les engrais de ferme a exactement la même efficacité que celui contenu dans les engrais minéraux. Il aura donc le même rôle que la même quantité de potassium apportée à la même période par un engrais minéral.

N.B : Sources : Arvalis-Institut du végétal / Les bonnes pratiques d'épandage du fumier et du lisier (Synagri, CA Bretagne)

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


mado
Il y a 1081 jours
l'agriculture qui exploite une terre qui jouxte mon lotissement est entrain d'épandre du lisier de bovins desséché.
Est-il autorisé d'épandre cette puanteur à moins de 100 m des habitations ?
Répondre