Alternative à la pailleLa balle de riz en litière, vous connaissez ?

| par Nicolas Mahey | Terre-net Média

La balle de riz en litière commence à se faire connaître comme une alternative à la paille. Saine et confortable, elle est appréciée pour sa légèreté qui la rend facile à mettre en ½uvre.

Balle de riz en botteSurtout utilisée en logettes, la balle de riz est également adaptée aux aires libres. (©Terre-net Média)

« Nous avons 160 taureaux dont 90 dans une stabulation sur balle de riz, témoigne Joël Paget, responsable de la taurellerie EVA Jura à Crancot (Jura). On a découvert ce matériau en 2003. Avant, le bâtiment était paillé quotidiennement et curé tous les mois. Aujourd’hui, on épand une couche de 15 cm au départ puis un godet chaque semaine, soit 90 m³ par mois. On est passé d’une heure d’entretien par jour à une heure par semaine ! On cure à 45 jours. Huit jours avant, on rajoute de la paille : le fumier se tient mieux. Le prix a augmenté mais c’est un matériau qui reste économiquement intéressant. »

La paille de riz : une alternative à la paille de blé

La balle de riz est la première enveloppe du grain de riz, écartée lors du décorticage en usine. Longtemps négligée, elle est aujourd’hui valorisée en litière. On la trouve en vrac, en ballots, en pellets.

Les glumes de riz ne peuvent pas être séparées du grain à la récolte. Cette opération a lieu en usine. La balle de riz est ainsi disponible toute l’année et stockée à l’abri des ravageurs. Sa haute teneur en silice la rend particulièrement résistante aux mycotoxines. Elle est également très peu inflammable. Sa densité est faible : 120 kg/m³ en vrac. Légère et souple, elle est confortable et garde les animaux très propres. La température de la litière en balle de riz monte moins qu’en paille.

Repères économiques :
Le prix de la balle de riz se situe entre 80 et 140 €/t selon l’éloignement avec le fournisseur. Un ballot pèse 400 kg. Livraison : 12 t en vrac, 24 t en ballots. On estime à 6 m³ (725 kg) la quantité de balle de riz nécessaire pour remplacer 1 t de paille.

La qualité sanitaire de ce matériau peu poussiéreux limite aussi les problèmes respiratoires, de mamelles et de pieds. Son taux de d’absorption élevé lui confère une bonne capacité d’assèchement des jus.

C’est une litière facile à mettre en œuvre qui s’utilise principalement en pur. En logettes, elle est ajoutée quotidiennement et ébousée. En aire de couchage libre, une première couche d’une épaisseur de 15 à 20 cm est répartie. Sa légèreté la rend très facile à manipuler. Elle peut cependant se révéler difficile à répartir uniformément ; les animaux s’en chargent généralement eux-mêmes une fois étalée grossièrement.

Elle est le plus souvent apportée directement au godet. Son entretien est facile : habituellement un ajout léger en moyenne trois fois par semaine. Un passage de herse ou de cultivateur à 30 jours permet de prolonger son utilisation. Économies de gasoil et gain de temps sont mis en avant par les éleveurs l’ayant adoptée.

Volumineuse, la balle de riz nécessite de la place pour son stockage. Côté fumier, celui-ci est souple et sollicite peu de matériel. Les analyses font ressortir un pH supérieur à 7 et une teneur en azote comparable à celle d’un fumier pailleux. La teneur en phosphore est plus élevée. Il se dégrade rapidement.

On parle justement de ces différentes alternatives à la paille dans l'épisode 5 du podcast Le quart d'heure agricole :


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Patrice brachet
Il y a 35 jours
Je ne veux pas avoir l air d un .... mais au début de notre galère on a essayé. En élevage laitier c est peut-être un peu mieux que la paille mais sûrement moins bien sur la sciure après des que c est un peu sale les mamelles deviennent très difficiles à nettoyer ( ça colle) un produit comme les autres du moment que c est pas trop cher. A l époque je payais que le transport.
Répondre