[Sondage] PâturageL'accessibilité du pâturage est essentielle pour le rendre rentable

| par | Terre-net Média

D'après un sondage de Web-agri, 19 % des éleveurs font pâturer leurs vaches dans des parcelles peu accessibles. Outre la situation géographique comme les plaines en pente ou marécageuses, certaines pâtures peuvent gagner en accessibilité par l'aménagement de chemins.

L'aménagement des chemins d'accès au pâturage limite les risques de boiterie et le salissement de la mamelleSans stabilisation, le chemin d'accès au pâturage risque de se détériorer au fil du temps. (©Franck Jaulhac)

À l'heure actuelle, les éleveurs sont nombreux à avoir mis les vaches dehors, malgré une météo qui a fortement retardé la mise à l'herbe. Tournant, dynamique, au fil ou libre : à chacun sa méthode de pâturage. Néanmoins, pour les plus techniques, l'aménagement des parcelles constitue un élément clé de réussite. Cela passe par le montage des clôtures mais aussi par l'accessibilité des paddocks.

Un sondage réalisé sur Web-agri du 27 mars au 3 avril 2018 révèle que près d'un tiers des éleveurs ont à leur disposition des parcelles bien groupées et accessibles. 37,4 % considèrent que leur parcellaire est plutôt accessible. En revanche, 19 % ont des pâtures peu accessibles et 13 % ne font pas du tout pâturer leur troupeau.

Aménager des chemins : un coût vite rentabilisé

Pour limiter les risques de boiteries ou de salissure de la mamelle et pour fluidifier la circulation, il est conseillé de créer des chemins stabilisés. Cette stabilisation permet de conserver le chemin propre et portant même en conditions humides. L'empierrement (cailloux et/ou tout venant) est la solution la plus fréquemment utilisée, recouvert ou non de sable. Dans le cas où les parcelles se succèdent le long du chemin, l'Institut de l'élevage préconise d'aménager des chemins d'accès plus larges en début de réseau qu'en fin du fait de la moindre fréquentation du terrain : de 4 à 5 m à la sortie du bâtiment, 3 à 4 m pour 50 vaches sur le chemin principal (5 m pour 100 vaches) et 2 à 3 m pour le chemin secondaire desservant les parcelles éloignées.

Le Civam a édité une plaquette « Aménager des chemins : une nécessité » dans laquelle on retrouve quelques éléments de coût. À titre d'exemple, il faut compter 6 €/m2 pour un chemin en cailloux et tout venant, 15 €/m2 pour des cailloux, du tout venant et du béton sur 10 cm et 19 €/m2 si on remplace le béton par du bitume.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article