MaïsIntégrer le binage en complément du désherbage chimique du maïs

| par | Terre-net Média

Semé à fort écartement, le maïs se prête bien au désherbage mécanique. Le binage permet d'obtenir de bons résultats lorsqu'il est combiné à un programme chimique ou associé au passage d'autres outils en agriculture biologique.

Binage du maïsLe binage est plus facile à réussir sur semis tardif que précoce et présente de meilleurs résultats en zone continentale qu'océanique. (©Terre-net Média) Le désherbage mécanique du maïs n'est pas réservé qu'aux conduites en agriculture biologique. Arvalis rappelle d'ailleurs : « Le binage est une pratique exigeante mais d'une bonne efficacité si les conditions favorables sont réunies (flores, climat). » L'institut dresse d'ailleurs les conditions de sa réussite :

ParcelleÉviter les parcelles trop caillouteuses, les fortes pentes (devers)
Flore adventiceLe binage est efficace sur la plupart des dicotylédones annuelles, intéressant sur les adventices résistant aux herbicides, notamment le ray-grass. Il est d'autant plus efficace que les adventices sont à un stade jeune. Pas d'effet (contre-effet) sur les vivaces
Préparation du solSol bien nivelé, sans grosses mottes, ni résidus en surface
Semis de maïsSemis rectiligne, compatibilité semoir-bineuse (même nombre de rangs)
Stade du maïsDe 4-5 à 8-10 feuilles, bineuse équipée de protèges plantes si stade jeune
Vitesse travail6 à 10 km/h sur stade développé, une vitesse élevée permet d'obtenir un buttage sur le rang (projection de terre)
Réglage agressivitéSelon type de dents (rigidité), inclinaison et type de soc
Réglage profondeurTravail superficiel 3-4 cm maxi - ne pas favoriser les germinations ultérieures et préserver les racines du maïs
MétéoTemps sec après l'intervention
RéactivitéSi nécessaire renouveler l'opération avant 8-10 feuilles (couverture inter-rang)

Identifier les adventices du maïs

D'après les différents essais de l'institut, lorsque les dicotylédones dominent, c'est la stratégie « désherbage combiné » chimique (en prélevée ou post-levée) puis mécanique qui permet d'obtenir les meilleures efficacités. La deuxième intervention chimique de rattrapage peut également être remplacée par un binage réalisé juste avant recouvrement de l'inter-rang, vers 8-10 feuilles.

Pour les situations où les graminées dominent, le désherbage mécanique devra être fait précocement puis suivi d'un dernier passage chimique en plein ayant une meilleure rémanence sur les levées tardives d'adventices.

Sur les parcelles à forte infestation de vivaces, l'institut du végétal appelle à la vigilance : « En présence de chardons, le binage peut permettre de supprimer des plantes mères, mais il lève aussi la dormance apicale et provoque le démarrage de pousses sur les drageons accélérant ainsi la multiplication végétative. Sur rumex, plusieurs passages répétés peuvent affaiblir les plantes alors que sur liseron, la technique est inefficace, voire impossible en présence de tiges développées. »

Des équipements pour améliorer le binage

Pour améliorer la performance du binage, d'autres équipements peuvent être utilisées comme des doigts Kreiss, une herse-peigne à l'arrière ou des disques de buttage pour contrôler le salissement sur le rang. Pour plus de précision, il est également possible de s'équiper de systèmes de guidage : roue traceuse, caméra, palpeur sur le sang, système GPS avec correction RTK...

Pour compléter le programme de désherbage du maïs, la houe rotative et la herse étrille peuvent également être utilisées, notamment sur des adventices non levées ou très jeunes. En bio, ces outils sont indispensables et complémentaire de la bineuse. Arvalis préconise d'ailleurs de : « multiplier les interventions pour obtenir un résultat satisfaisant : plusieurs passages successifs à 3-4 jours après le semis, jusqu’à 3-4 feuilles du maïs, suivis d’un ou plusieurs passages de bineuse selon les conditions. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


web
Il y a 14 jours
toujours de la pub pour le chimique
Répondre