Paroles de lecteursHolistic Management : rendons à César ce qui est à César

| par | Terre-net Média

Selon plusieurs lecteurs, le Holistic Management n'a pas été inventé par Allan Savory, biologiste, éleveur et homme politique zimbabwéen, comme indiqué dans le reportage paru sur Web-agri, mais par un Français, André Voisin. De plus, cette technique de pâturage daterait des années 60. Toujours est-il qu'elle est connue jusqu'en Australie, où elle est largement pratiquée.

Visuel paroles de lecteurs holistic management « Il suffit de donner un nom anglais à une technique pour faire croire qu'elle est nouvelle », avance Francis.(©Morgane Hutin // Montage Terre-net Média) 

BenR : « Ce que ces éleveurs appellent le Holistic Management a été inventé par André Voisin dans les années 60. Penser qu'elle influence la gestion du pâturage en Australie me laisse pantois... Je ne connais pas très bien ce système mais ces deux agriculteurs ont choisi un compromis, le meilleur selon eux, pour optimiser leur production en jouant sur le temps de présence des animaux dans les prairies et sur celui nécessaire à la repousse de l'herbe. Et force est de constater que, d'après ce témoignage, ça marche ! »

Francis : « C'est marrant, il suffit de donner un nom anglais à une technique pour faire croire qu'elle est nouvelle. »

Titian : « Rendons à César ce qui est à César. Ça date des années 60 et sans anglicisme, cela vient d'un Français qui fut très longtemps ostraciser dans l'Hexagone. »

XavierB : « La description du cell grazing ne me semble pas vraiment la bonne. Cette pratique s'inspire, comme le Holistic Management, des travaux sur le pâturage rationnel des prairies d'André Voisin, appliqué à d'autres espèces et écosystème prairiaux (tropicaux dans ce cas). La reconstitution des réserves avant un retour des bêtes dans la pâture, tout comme le respect des organes contenant ces réserves, est un principe de base. Dire que faire des cellules induit des retours avant la phase optimale est donc lié à un mauvaise application des principes de pâturage tournant dynamique. La question du ou des points d'équilibre (temps de repos nécessaire par exemple), améliorant à la fois la croissance, la conservation des prairies et l'offre alimentaire (ingestion et qualité alimentaire suffisantes en fonction des performances zootechniques), reste en effet un domaine à étudier en fonction des espèces prairiales, des associations et des écosystèmes naturels. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article