Maîtrise des adventicesFrançois Coutant : « Avec Orbis, je désherbe en bio sans travailler le sol »

| par Nathalie Tiers | Terre-net Média

Le prototype de la désherbeuse à disques baptisé Orbis, et imaginé par un adepte de l'agriculture de conservation, a été testé en 2019. Dans le Maine-et-Loire, François Coutant a ainsi nettoyé un maïs bio derrière un couvert à base de seigle.

Orbis désherbe mécaniquement sans travailler le solL’agriculteur a attelé Orbis à un interface Précicam d’origine Carré pour le stabiliser, sachant que le guidage est assuré par GPS RTK. (©François Coutant) 

François Coutant a repris l’exploitation familiale en 2009, convertie en 2000 par son père en biologique. Elle compte une centaine de mères en race blonde d’Aquitaine et 120 ha répartis entre prairies et cultures (mélange triticale-pois, blé, maïs pour ensilage épi).

Décidé à arrêter le labour, le jeune homme teste différents outils et techniques afin de limiter le salissement des parcelles, le tout en travaillant le moins possible le sol : déchaumeur à disques ou à dents pattes d’oie, bineuse, herse rotative, herse étrille, rouleau Faca et couverts en inter-rang. « La herse rotative travaille trop le sol et remet des graines en germination, constate-t-il. Quant au binage, il ne permet pas d’utiliser un couvert en inter-rang. »

bien que tardif, le premier passage de l’Orbis le 25 juin a été efficace.Bien que tardif, le premier passage de l’Orbis le 25 juin a été efficace. (©François Coutant) 

En 2016, François Coutant adopte le strip-till pour travailler le sol par bandes de 20 cm de large afin d’y semer du maïs ou des céréales. « L’intérêt est d’avoir une bande très propre pour le semis de la culture, tout en préservant un couvert de trèfle ou de lotier dans l’inter-rang, indique-t-il. Ce couvert concurrence les adventices et redémarre après récolte avec la possibilité d’être pâturé. Le problème est qu’il concurrence aussi la culture, c’est pourquoi j’ai arrêté pour le moment l’utilisation de ces espèces. »

Orbis lacère les mauvaises herbes

En 2019, François Coutant a testé le prototype d’un nouvel outil imaginé par la société Roll’N’Sem dans le Lot-et-Garonne. Le fondateur, Denis Vicentini, est un adepte de l’agriculture de conservation. Il a déposé plusieurs brevets et obtenu des prix notamment au Sival d’Angers (Maine-et-Loire), pour son rouleau Rolls et sa désherbeuse Orbis, destinés respectivement à détruire les couverts et à désherber l’inter-rang en vignes et vergers. L’outil possède deux rangées de disques inclinés, orientées dans deux directions opposées. En glissant sur le sol, il arrache les jeunes adventices et lacère les mauvaises herbes plus développées. Dans sa version large destinée aux grandes cultures (à partir de 3 m), il peut travailler en plein ou uniquement dans les inter-rangs en relevant des éléments.

Orbis peut détruire les adventices sur le rang, mais aussi ralentir le développement du couvert dans l’inter-rang

Le 25 avril, l’agriculteur a enrubanné son mélange de féverole (écart de 50 cm sur les lignes de strip-till) et de seigle (de part et d’autre de la féverole avec un écartement de 17 cm). « Le seigle étant fragilisé par la fauche, explique-t-il, mon objectif fut d’utiliser l’Orbis quelques jours après pour détruire les repousses, puis d’effectuer un strip-till afin de semer le maïs sur les lignes de féverole. Le maïs est lui aussi semé à 50 cm d’écartement pour couvrir plus vite le sol. » L’exploitant est plutôt satisfait du résultat, même si l’arrivée tardive de l’outil sur sa ferme a décalé la date d’intervention prévue. « J’ai semé mon maïs le 15 mai et récupéré l’Orbis le 15 juin. Le seigle avait déjà sali la parcelle ; il avait même dépassé le maïs. Le 25 juin, je suis donc passé avec une faucheuse à l’avant pour couper le seigle au-dessus du maïs, et l’Orbis à l’arrière. Puis j’ai réalisé un second passage avec cet outil le 1er juillet pour un résultat efficace à 95 %. »

Un test prévu sur céréales

L’agriculteur voit comme principal avantage de l’outil sa polyvalence : en fonction de la pression exercée par les éléments, du stade des plantes et du nombre de passages, il est possible à la fois de détruire un couvert ou des adventices sur le rang, et de ralentir un couvert dans l’inter-rang. C’est pourquoi il prévoit de semer à nouveau du trèfle ou du lotier dans les inter-rangs de 33 cm de ses prochains couverts. « En 2021, indique François Coutant, au stade 7-8 feuilles du maïs, je passerai une deuxième fois avec l’Orbis, dans l’inter-rang cette fois-ci et avec une pression plus faible afin de freiner le développement du trèfle ou du lotier. Je veux le préserver pour qu’il redémarre après maïs, mais il doit rester dans sa bande pour limiter la concurrence. »

François Coutant, polyculteur-éleveur à Maulévrier, dans le Maine-et-Loire, teste le prototype Orbis depuis un an.François Coutant, polyculteur-éleveur à Maulévrier, dans le Maine-et-Loire, teste le prototype Orbis depuis un an. (©Nathalie Tiers) 

Employé en l’absence de couvert, Orbis entre dans le sol sur 1 cm environ, estime l’adepte du non-travail du sol. « En agriculture biologique, le semis direct pur et dur est impossible », souligne-t-il. Cette année, l’agriculteur va le tester début avril sur ses céréales (semées à 17 et 33 cm d’écartement en alternance) dans l’objectif, selon les cas, de supprimer les adventices ou de freiner l’expansion du couvert de lotier dans l’inter-rang. De son côté, Denis Vicentini prévoit l’amélioration de son invention avec une fonction hydraulique pour régler l’écartement et l’agressivité, ainsi que l’ajout d’éléments de roto-étrille pour parfaire le désherbage sur le rang.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 49 RÉACTIONS


cagne
Il y a 206 jours
une machine de ce genre peut-elle etre adaptée pour la culture maraichaire?
Répondre
Cabeillade
Il y a 214 jours
Bein voilà, pour être en bonne santé il faut manger de la viande et des légumes. Nous sommes complémentaires, pas la peine de faire des catégories.
Répondre
hub
Il y a 214 jours
Bravo et tout ca en autonomie complete ? Pour ton info aujourd'hui ,il y a plus de gens a mourrir de sur et mal nutrition que de sous nutrition ....
Répondre
et+
Il y a 214 jours
et ce n'est que pour la partie engraissement!,faut encore rajouter ce que mange la vache pour faire un bon broutard qui lui aussi est souvent bien complémenté!
Répondre
!!!
Il y a 215 jours
Ok cabeillade
1000 T de blé meunier
150 T de colza
120 T d’orge
Et de nombreux fourrages pour sortir 190 T de viande bovine (carcasses) et 2 UTH
Ce message a été signalé 2 fois
Répondre
Cabeillade
Il y a 214 jours
Je confirme, j'ai déjà 400 salades sous serre qui vont partir en "engrais vert" vu que les marchés de plein vent ont été supprimés. Je suis également en attente de pièces pour les outils et de produits pour les cultures, qui arriveront probablement trop tard pour la saison. Si ça continue comme ça, on va effectivement avoir un gros problème à l'automne, ou même avant !
Répondre
Pipo
Il y a 212 jours
je n'ai aucun problème de pq , et au pire j'ai du rumex au coin du bois. Bonne journée «aie».
Répondre
Pipo
Il y a 214 jours
Il y a 2 problèmes : l'immédiat et le futur à quelques mois (à partir de l'automne) . L'immédiat pour les produits frais et périssables et le futur parce que les produits qui ne sont pas récoltés ET transformés aujourd'hui ne seront pas disponible dans quelques mois. Le risque de pénurie alimentaire est presque plus grand pour l'automne que dans l'immédiat ( quoi que...). Ensuite, pour nous agriculteurs, selon nos productions, il y a aussi des problèmes d'approvisionnement en amont. En engrais, en Semences et surement aussi pour certains en phytos. Perso il me manque de l'engrais liquide pour mon maïs, ainsi qu'environ 30% de mes semences.
Répondre
hub
Il y a 214 jours
C'est clair,j'ai l'impression que jusqu'ici pas grand monde n'a mesuré l'ampleur du phénomene mais si demain plus personnes ne bossent en aval ,on fait comment avec nos produits ???
Répondre
aie
Il y a 213 jours
"pipo" doit souvent avoir chaud au fesses de trop rester le cul sur son tas de blé,c'est peut lui qui à dévaliser le papier pq des supermarchés,pauvre "pipo"
Répondre