Bilan fourragerVérifier les stocks : une étape obligatoire pour éviter les mauvaises surprises

| par | Terre-net Média

Le bilan fourrager est un calcul que tous les éleveurs connaissent. Il permet de s'assurer que les stocks de fourrages permettront de couvrir les besoins des animaux. Pour le calculer, il est nécessaire de prendre en compte l'organisation du cheptel, les stocks de l'an dernier, les achats éventuels, la récolte de l'année, les hectares de pâturage... Un calcul fastidieux qui peut être réalisé grâce aux outils en ligne.

Cuber les silos d'ensilage : une étape importante dans l'estimation des stocks du bilan fourrager Cuber les silos d'ensilage : une étape importante dans l'estimation des stocks du bilan fourrager. (©Watier-visuel)

L' institut de l'élevage le rappelle : « Le bilan fourrager, réalisé à intervalle régulier, permet de s’assurer de la bonne adéquation entre les stocks et les besoins de façon à anticiper les situations de déficit fourrager qui coûtent cher : un manque de fourrages détecté précocement peut se résoudre par des mesures "douces" étalées dans le temps. À l’inverse, un diagnostic tardif se règle avec des mesures plus radicales et plus onéreuses. » L'outil de calcul du bilan fourrager du Gnis est un document Excel relativement simple d'utilisation pour réaliser le bilan fourrager d'une exploitation.

Agriskippy l'explique dans une nouvelle vidéo sur sa chaine Youtube  : « Il faut cuber les silos pour savoir quelle quantité de nourriture on dispose, et les comparer aux besoins des animaux pour nous permettre de tenir jusqu'à la prochaine récolte d'herbe qui arrivera au printemps prochain.  »

Estimer les besoin des animaux et garder une certaine sécurité

Comme l'explique l'éleveur dans la vidéo ci-dessus, il est important d'évaluer les besoins des animaux à cette période pour vérifier que le stock suffira jusqu'à la prochaine récolte d'herbe au printemps. Il faut alors recenser tous les animaux selon leur catégorie : vaches, génisses de moins d'un an, d'un à deux ans, de plus de deux ans, veaux... C'est peut-être aussi l'occasion de faire un bilan du troupeau et de réformer les animaux les moins productifs.

Lors de l'estimation des besoins, il peut être pertinent d'être quelque peu pessimiste en supposant par exemple que le troupeau sera conduit en ration hivernale complète jusqu'au printemps (ne pas compter sur une mise à l'herbe précoce). Cela donne une certaine marge de sécurité pour faire face aux aléas éventuels. L'Idele affirme qu'un bon compromis serait de disposer, tous fourrages confondus, de deux mois de stocks excédentaires soit d’environ 1 t de MS de stock par UGB.

Évaluer les stocks de fourrages

Pour évaluer les stocks, il est nécessaire de connaître le nombre de balles de foin, de paille et d'enrubannage produites (ou achetées) et restant de l'an passé ainsi que le volume d'ensilage d'herbe ou de maïs. On fait la même chose pour ce qui a été produit (ou ce qui est à prévoir) sur l'année. Le pâturage entre aussi en compte (nombre de jours au pâturage plat unique ou complémenté et prévision du rendement).

Pour cuber un silo, il faut multiplier sa hauteur (prendre une hauteur moyenne pour les silos en taupinière) avec sa largeur et sa longueur et enfin le multiplier par sa densité. Le tableau ci-dessous donne une indication quant à la densité de l'ensilage de maïs (source : Gnis). Il est préconisé d'appliquer les mêmes valeurs diminuées de 10 % pour les ensilages d'herbe et de 20 % pour de l'ensilage mi-fané en brins longs.

Densité de l'ensilage de maïs

(kg de MS/m3)

Taux de MS
20 %25 %30 %35-40 %
Hauteur du silo1 m150175200225
1,5 m160185210230
2 m165190215240

En mettant face à face les besoins du troupeau et les disponibilités d'alimentation, l'excédent ou le déficit fourrager apparait clairement, d'où l'importance de réaliser ce bilan à plusieurs reprises dans l'année.

Antoine Thibault (Agriskippy) avait de son côté anticipé un manque de fourrage en achetant de la paille qu'il distribuera à ses génisses avec de l'aliment liquide pour remplacer le foin qui ira aux vaches afin de pallier le manque de maïs.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article