Dossier Retour au dossier Sécheresse

LitièreDes plaquettes pour ne pas rester sur la paille !

| par | Terre-net Média

Pour économiser de la paille, quelques éleveurs ont choisi d'utiliser le bois de leurs haies en litière. Ces copeaux peuvent s'utiliser en sous-couche mais certains en font une litière complète.

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Avec la sécheresse estivale, la spéculation va bon train sur les fourrages et les prix de la paille flambent dans certains secteurs. Lorsqu'elle vient à manquer, il faut trouver des alternatives. Des éleveurs se tournent alors vers l'utilisation de plaquettes et copeaux de bois. C'est le cas du Gaec Vigier (Cantal) : « Nous avions un surplus de bois qui n'avait pas de valeur marchande. J'ai alors suivi une formation par le biais de la chambre d'agriculture pour connaitre les méthodes de coupe et d'entretien des haies. Sur l'exploitation, on utilise actuellement 250 m3 de plaquettes pour la litière des animaux. »

Alexia Deltreil, de la chambre d'agriculture du Cantal, explique : « La formation que nous proposons a pour but d'expliquer aux agriculteurs comment couper leurs haies et comment valoriser ce bois soit en énergie, soit en litière. L'agriculteur peut ensuite faire son inventaire bocager et estimer les volumes de bois récoltables sur l'exploitation de manière durable. »

Gain de temps et d'argent

Jacques Combourieu, éleveur allaitant à Malbo (Cantal) utilise des plaquettes depuis une dizaine d'années. « J'ai d'abord voulu les utiliser pour leur effet drainant. Je l'ai testé sur des petits veaux et je trouvais que la litière était plus saine. Je l'ai ensuite étendu aux vaches : ça a un effet tampon entre la litière et le sol. Aujourd'hui j'utilise une cinquantaine de m3 pour 38 vaches en sous-couche. Ça me permet d'économiser une vingtaine de tonnes de paille. Le premier mois de la mise en place des plaquettes, je ne paille pas du tout ce qui me fait gagner du temps. Pour ce qui est du fumier, je l'épand à l'automne et le retourne une fois en été car je ne pratique pas de compostage. »

Les économies vont de 250 € pour de la paille produite à plus de 3 000 € pour de la paille achetée et livrée cours de ferme.La chambre d'agriculture de l'Ain estime qu'une tonne de plaquettes remplace environ une tonne de paille. Elle a posé les chiffres : « Le coût de 10 cm de plaquettes étalées dans la stabulation pour 100 UGB pendant trois semaines est de 600 € (pour de la plaquette produite sur l’exploitation). Ce même apport de paille peut coûter entre 850 € (pour de la paille pressée sur l'exploitation) et 3 365 € pour de la paille achetée à 170 €/t. » Elle avertie cependant les éleveurs : « Il faut anticiper l'utilisation de la plaquette. En effet, pour qu’elle ait un bon pouvoir absorbant, il faut 3 à 4 mois de séchage et une plaquette de petite dimension : 2 à 3 cm maximum. »

En sous-couche ou en litière totale

En règle générale, la plaquette est utilisée en sous-couche. On l'étale sur 5 à 10 cm de hauteur et on la laisse sans paillage durant 2 à 3 semaines. Quand les animaux commencent à se salir, on démarre les apports de paille ou de plaquettes supplémentaires. Cette sous-couche permet de réduire la quantité de paille en surface grâce au pouvoir absorbant de la sous-couche. Néanmoins, si on souhaite être en 100 % plaquettes, il faudra trouver la bonne technique d'apport : elles peuvent passer dans certaines pailleuses ou il faudra utiliser un ancien épandeur.

Pour ce qui est de leur décomposition, les techniciens de la chambre de l'Ain expliquent : « La décomposition des plaquettes à la parcelle se réalise en moins d’un an. Le bois étant issu des haies, donc en grande partie de branches, et très majoritairement de feuillus, il n’y a pas de problème lié aux terpènes ou aux tanins (ces bois en contiennent peu ou pas), et il n’y a donc pas de risque d’acidification du sol (contrairement à l’utilisation de sciure, majoritairement issue de résineux et de troncs). »

Sur sa chaîne Youtube, Paysan Heureux a quant à lui partagé une vidéo de déchargement de copeaux. Il explique : « À 2 500 € le camion de paille, il faut chercher des solutions nouvelles pour les litières. J'ai donc commandé 90 m3 de copeaux, cela prend un peu de place. J'avais donc préparé une plate-forme pour le déchargement et pour que ce soit facile à reprendre avec mes engins. »

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 10 RÉACTIONS


Patrice Brachet
Il y a 14 jours
Dans le cadre de compostage sur déchets végétaux il n y’a pas où peu d intérêt à par que l on perd du volume j avait essayé de retourner au chargeur on réduit la masse pour le reste.....Titian a raison quand il parle de faim d azote ;effectivement pendant quelques mois il semble que par rapport à un fumier pailleux c est pas cela mais quand cela démarre le retard est vite rattrapé . C est pour cela que nous épandons un maximum d effluents à l automne pour qu il soit efficace aux printemps suivant et jamais enfouis je précise
Répondre
titian
Il y a 14 jours
Une précision pas d'acidification avec de la matière organique qui reste en surface.
Le compost n'emmene pas grand chose, de la rationalisation dans la logistique, une accélération de la valeur fertilisante du moment contrebalancer malheureusement par des pertes dans le temps de maturation.
Répondre
hub
Il y a 15 jours
On est d'accord,vs prechez un convaincu ,toutefois d'apres mes sources ,en fonction des essences utilisées et de l'age du bois déchiqueté ,un compostage s'impose pr eviter des risques d'acidification et de décomposition plus longue et encore une fois tout est une question de dose et de rythme !!.. Sinon pour ce qui est de la litiere , en capacité d'absorption ,1 m3 de plaquette seche = 250 kg de paille , faites vos calculs!!
Répondre
titian
Il y a 15 jours
Hub comme te dit Patrice, c'est super pour le sol, mais le bénéfice pour le sol ne peut être appréhender que dans le temps...
La faim d'azote pas si grave ça dure apparemment que 3 mois, par contre le retour cumulé va être long, mais par contre ça joue le rôle d'eponge et c'est bien la "réserve" à éléments vivants du sol qui est aussi intéressante.
Je l'ai déjà dis, mais en approche A2C le chemin que prend la dégradation des matières organiques est tout aussi important que ce qui est souvent présenté comme le graal en agronomie classique : l'humus stable.
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 15 jours
Copeaux sciures plaquette ça coûte cher aussi cher que la paille et celui qui veut se lancer doit être prudent quand à son choix ceci étant dit l avantage majeur de joue au niveau du sol Si tu as des sols très compacts ou qui durcissent avec un apport régulier annuel tu vas améliorer ta structure et au bout de 10 ans( on travaille dans le temps)ton sol tu verras deviendra souple aéré et tu augmente ta RFU mais comme toujours faut être patient c est le maître mot de l agro écologie et de l agronomie en général une année pour démolir des années pour rattraper cdlt
Répondre
hub
Il y a 15 jours
Patrice, on parle de plaquettes !! la sciure et les copeaux c'est autre chose ,et effectivement , a long terme ca fait quoi ds les champs ?? En plus l'idée, c'est d'avoir la ressource sur la ferme sinon aucun interet,mais attention, le grappin coupeur et la déchiqueteuse c'est pas gratuit ,quand au camion qui visiblement ressemble plus a des plaquettes qu'a du copeaux, 30 euros /m3, 330kg/m3, en gros 100 euros la tonne, faut voir !!
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 15 jours
Steph comme je dis à Hub tu améliores les sols difficiles on est à 8% m o
Répondre
titian
Il y a 16 jours
Comme tu dis Patrice c'est super au niveau agronomique mais dans le temps, encore que...
Répondre
steph72
Il y a 15 jours
Pourquoi ça améliore plus la structure qu'un fumier composté?
Plus d'humus?

C'est peut la solution car on ne trouve pas de paille ou à des prix trop elevés,on laisse les vaches dehors pour faire des economies.
En 3 ans j'ai amélioré la structure de mes sols en apportant des bactéries et champignons dans mon fumier. Ca assénit la litière,réduit l'ammociac et l'acidité du fumier.
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 16 jours
Désolé je vais être un peu acide : Pour la vidéo on décharge sur sol propre car les déchets de bois captent très vite l humidité ! Et En bovins laitiers on favorise des mammites très difficiles à soigner ! Le fumier des sciures de pin 8 de pH ! Maintenant je m explique : sur sciure depuis 19 ans j ai tout essayé et attention aux stockage car là boue et la sciure ou copeaux ne font pas bon ménage ( j ai payé pour apprendre et mis longtemps à comprendre d ou venait mon problème avant de me pencher sur le stock des copeaux). Ce n est pas le produit miracle mais si vous avez une terre lourde difficile c est très agréable après quelques années mais comme toujours en agronomie faut pas être pressé
Répondre