Dossier Retour au dossier Pâturage

Chez Yannick Przeszlo à Beugnies (59)De déficitaire en fourrage, il devient excédentaire grâce au pâturage tournant

| par Pâturesens | Terre-net Média

Yannick Przeszlo, éleveur laitier du Nord, a modifié son système, déjà basé sur l'herbe, pour le rendre encore plus performant. Il est passé d'une gestion au fil au pâturage tournant dynamique. Moins de refus et d'astreinte, mais également une meilleure marge et productivité de l'herbe : la stratégie est gagnante.

Yannick Przeszlo, éleveur laitier en agriculture bio et pâturage tournant dynamique dans le NordYannick Przeszlo, éleveur laitier bio du Nord (59) mise sur l'herbe. Après avoir conduit son troupeau en pâturage au fil durant plusieurs années, il pratique aujourd'hui le pâturage tournant dynamique. (©Parc de l'Avesnois)

À l’occasion d’une porte ouverte coorganisée par Bio Haut-de-France et Pâturesens fin juin, Yannick Przeszlo a témoigné de la mise en place et de la conduite du pâturage tournant dynamique et des résultats générés sur sa ferme située à Beugnies (Nord).

Du pâturage au fil au pâturage tournant dynamique

En 2015, Yannick, qui exploite en agriculture biologique 56 ha dont 33 accessibles, souhaite vivre de son métier avec un minimum d’astreintes. Il fait partie des exploitations herbagères régulièrement rencontrées dans l’Avesnois. Depuis son installation, il pratique le pâturage au fil pour ses 35 vaches laitières, au sein des 5 paddocks présents sur la ferme.

Pâturage au fil : plus d'astreinte et de refus qu'en tournant dynamique.Mais face à l’astreinte que génère le déplacement du fil et l’accumulation systématique de refus en fin de printemps, il décide en 2016 de participer à une formation sur le pâturage tournant dynamique.

Tout juste sorti de la formation avec son nouveau plan de pâturage, Yannick décide de le mettre en place en modifiant ses clôtures. Il scinde alors ses 33 ha en 33 paddocks qui permettront d’alimenter ses vaches en 2 x 24 h et 100 % pâturage. En plus, il se dote d’un chemin grâce auquel il pourra démarrer le pâturage dès début février 2016.

Plan de pâturage au fil VS pâturage tournant dynamiqueLes 5 parcelles conduites au fil ont été entièrement redécoupées pour faire 33 paddocks d'1 ha. (©Parc de l'Avesnois)

En 1 ans, il passe d'acheteur net de fourrage à vendeur

Au cours la première année, Yannick a réalisé les modifications suivantes : une sortie précoce des animaux, qui représente un gain de 60 balles d’enrubannage sur la période février-mars, et un pâturage plus jeune et plus ras qui augmente la croissance de l’herbe, évite les refus et lui permet de faire plus de stocks.

Il augmente sa marge brute de 400 €/ha et devient beaucoup plus autonome en fourrage.Sur un an, cela représente un gain de productivité de 2 t MS d’herbe/ha de prairies. En 2019, celles-ci ont produit de 7 à 10 t MS/ha. Il est ainsi au même niveau que les systèmes dits "intensifs" qui réalisent des rotations coûteuses de prairie temporaire-maïs. Autre point important : il est passé d'acheteur de fourrage à vendeur. Une sacrée révolution !

Après trois ans de pratique, les chiffres parlent d'eux-mêmes : l'éleveur accroît sa marge brute de 400 €/ha, est devenu beaucoup plus autonome en fourrage et peut donc envisager de produire plus de lait.

Le défi de produire 70 % de son lait au pâturage

Maîtrisant bien le pâturage, Yannick décide de saisonnaliser la production et d’intégrer des animaux plus efficaces pour valoriser le pâturage. Il choisit d’acheter 13 Jersiaises pour remplacer ses Montbéliardes et les fait vêler à la mi-février.

De cette manière, il peut réaliser la reproduction 100 % au pâturage et cela lui réussit. En huit semaines, 80 % des vaches sont gestantes. Ces bonnes performances de reproduction lui permettent d’arrêter la traite pendant deux mois puisque toutes les vaches sont taries.

Et si c’était à refaire ?

Yannick répond qu’il « ferait tout pareil » mais plus tôt dans sa carrière. Parmi les choses à améliorer, il :

- investirait dans un parcellaire performant avec des chemins encaissés et plus de bacs d’abreuvement ;

- se procurerait des Jersiaises qui proviennent d’un élevage pratiquant le pâturage tournant dynamique ;

- agrandirait saisonnaliserait son cheptel pour valoriser toute l’herbe de printemps au pâturage.

En mettant en œuvre ces changements, Yannick (qui peut déjà tirer un revenu important de sa ferme de 53 ha) pourra conforter ses résultats et dégager encore plus de temps pour sa famille.

Retrouvez tous les articles écrits en collaboration avec Pâturesens grâce au tag Pâturage de précision

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 24 RÉACTIONS


Maec
Il y a 3 jours
Toujours pas de chiffre...
Chargement, ebe ....
Répondre
Moty
Il y a 6 jours
Oui, quand il ne pleut pas, ça ne pousse pas. Ceci est valable partout quand ça dure trop longtemps ou qu'il fait trés chaud. Pour cette raison , en fonction de notre zone géographique , chacun doit adapter son système. Convaincu depuis seulement qq années au paturage tournant dynamique, j'atteste que ça répond.
Le paturage d'aujourd'hui correspond à la pousse de juin ou de mai. Pour moi, il faut commencer tôt les fauches, pour étaler les repousses ( fin avril, début mai ).
Chaque année est bien différente de la précédente, il faut se dire que juillet et aout ça ne pousse pas. J'essaie d'avoir le maximum de stocks sur pieds debut juillet à faire si possible paturer
Répondre
Massol
Il y a 6 jours
N’empêche que en pâturage tournant dynamique tu gagnes 20 a30% de productivité à l’hectare quand ca pousse évidement .chez nous quatrième année d’expérience et cette année encore 5 tours avec 70jours de pâturage exclusif contre 15 avant avec la même surface puisque je n’ai que 22ha accessible pour 66vaches (50%jerzey,25%kiwi,25%holstein ) .mais depuis 15 jours comme les copains les laitières sont au régime hivernal ,les génisses par contre pâtures a100% de avril à noël quoi qu’il arrive .Mes voisins qui sont mais dépendant ,n’ont que leurs yeux pour pleurer en regardant leur culture crever à petit feu tous les jours .nous avons vécu ça en 2003 ,ou le mais seme en mai est né en septembre .on c’est dit plus jamais ça .maintenant à ce jour 80%de stock autoproduit sur la ferme fourrage ,paille et méteil autosuffisant .pour finir on espère les traditionnels orages du 15 août pour recommencer à pâturer à partir du 15 septembre à 1tier voir 2 tiers de ration jusqu ´à mi novembre .le climat change vous devrez en tenir compte et vous adapter,c’est juste l’histoire de l’humanité depuis la nuit des temps .je crois juste que l’ on peux faire des conneries mais jamais deux fois la même et il n’y a pas de problèmes il n’y a que des solutions.bon courage à tous.
Répondre
gillesdu01
Il y a 6 jours
Pâturage tournant ou pas , quand il ne pleut pas et sous des chaleurs excessives le résultat est le même , y'a rien à becter .... Si tu n'as pas un peu de stock c'est nuits blanches assurées .....
Répondre
titian
Il y a 6 jours
En effet Guillaume l'accompagnement de conseillers et surtout les échanges sont intéressants, mais surtout ne jamais perdre de vue que c'est toujours le paysan qui essuie tout les plâtres.
Répondre
steph72
Il y a 6 jours
exactement,et ça fait 2 mois que les vaches sont en parcours;
Le paturage toute l'année c'est valable pour la Normandie,Bretagne et Nord 53
Le Mais ne fera pas des miracles en rendement chez nous mais il assure les stocks.
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 6 jours
L année dernière Titian m a dit ; il ne faut jamais mettre tous les œufs dans le même panier et il avait raison ! Massol tu n as pas forcément tords ! Mais attention l Aveyron c est pas la Sarthe ou pire le Perigord je suis un fervent défenseur de l herbe sous toutes ses formes mais à partir de juin c est fini ! Après on peut espérer une hypothétique repousse mais chez nous....... bon week-end à vous
Répondre
Guillaume
Il y a 6 jours
attention l article est fait par paturesens...c est pas neutre!
donc il faut relativiser quand il ne pleut pas pendant plus de 30 jours et que les températures dépasses les 30 degrés il ne faut plus compter sur le pâturage . c est plutôt du parcours.
Répondre
Lau
Il y a 7 jours
Bonjour
Bon article mais attention à ne pas être trop nombreux à se spécialiser sur le lait de printemps qui finit dans les tours de déshydratation. .. soyons prudents
Répondre
debutant
Il y a 7 jours
chez nous les premiers mais semes vont faire 12 t de ms donc ça roule l herbe meme en bonne terre 6t le grand max pour cette annee .Donc il faut en faire de façon raisonne et essayer d optimiser celui ci par une bonne fertilisation et des dates de semis assez precoces en fonction de l annee
Répondre