Dossier Retour au dossier Pâturage

Prairie multi-espècesBien choisir son mélange de semences

| par | Terre-net Média

Semer une prairie multi-espèces, oui mais lesquelles choisir ? Parmi plus d'une vingtaines d'espèces fourragères, les combinaisons sont infinies. L'intérêt d'un mélange de semences se raisonne selon le type de sol, l'utilisation de la prairie et le comportement des espèces entre elles.

prairie multi-espèces mélange de semencesLes espèces de légumineuses peuvent s'associer. Le trèfle hybride est complémentaire du trèfle blanc en sol humide, tandis que que le lotier corniculé ou le sainfoin sont intéressants sur sols pauvres superficiels et séchants. (©Terre-net Média)

L’Association française pour la production fourragère (Afpf) vient d’éditer le guide 2014 de préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France. Résultats d’une synthèse nationale, ces quelques pages présentent les particularités des espèces de graminées et de légumineuses fourragères.

Le choix des espèces à mélanger tiendra compte des objectifs de l’éleveur (prairie de fauche ou de pâturage, longue ou courte durée, valeurs nutritives pour les animaux…), des conditions pédoclimatiques (sol hydromorphe, profond, à alternance hydrique, séchant calcaire ou séchant acide,…) mais aussi du comportement de chacune des espèces au sein du mélange : précocité au démarrage, agressivité et pouvoir couvrant, pousse estivale,…

Pas plus de 30 kg/ha

« Il est possible d’associer jusqu’à six, voire huit espèces différentes dans une même prairie, mais mieux vaut ne pas descendre en-dessous d’un taux d’incorporation de 5 % », explique Pascale Pelletier d’Arvalis-Institut du végétal. « Ces mélanges complexes sont surtout utiles dans les parcelles très hétérogènes avec, par exemple, une zone séchante en hauteur et une autre plus humide en fond de vallée. »

Le coût d’un mélange de semences, acheté en sac déjà mélangé ou à mélanger soi-même, oscille entre 170 et 200 € HT par hectare. Il est recommandé de ne pas dépasser une dose de semis de 30 kg de graines à l’hectare sous peine de gaspillage, quel que soit le type de sol. « Avant la dose ou la date de semis (fin d’été ou printemps), les conditions d’implantation sont primordiales, avec un lit de semences très fin et un rappuyage avant et après le semis. On doit pouvoir marcher sur la terre sans laisser de marque avec ses pieds », rappelle l’experte en fourrage chez Arvalis.

Un choix variétal étendu

« Le choix des espèces est primordiale, mais il ne faut pas occulter le choix des variétés et leur adaptation aux conditions pédoclimatiques. Chez certaines espèces, la gamme variétale est très étendue », fait remarquer Michel Straëbler du Gnis. C’est par exemple le cas des festuloliums, une famille de graminées, issues de croisement entre le ray-grass et la fétuque, qui couvrent une large palette de comportements et d’adaptations aux conditions climatiques, aux modes d’utilisation et à la durée de culture.

La différence de potentiel génétique est conséquente entre une variété récente et une autre inscrite au catalogue il y a plusieurs décennies. « Une praire temporaire s’implante pour plusieurs années, alors autant choisir des variétés récentes et inscrites au catalogue français plutôt qu’européen, généralement mieux adaptées à nos conditions de milieu », conseille Michel Straëbler. Les valeurs agronomiques des variétés inscrites depuis 2010 sont consultables sur le site Herbe-book.org

Préconisations our les mélanges de semences pour prairies longues duréePréconisations pour les mélanges de semences pour prairies longue durée. En vert foncé : espèces à privilégier dans le mélange ; En vert clair : espèces d'accompagnement (rôle peu productif) ; En jaune : espèces peu adaptées. Voir le guide de préconisation pour en savoir plus. (©Afpf) 

L’Association française pour la production fourragère : Afpf

L’Afpf fut créée en 1959 sous l’impulsion du Gnis, d’Arvalis, de l’Inra et de l’Institut de l’élevage, pour favoriser les échanges de connaissances et d’expériences sur la prairie et les cultures fourragères entre tous les acteurs des filières herbivores, qu’ils soient chercheurs, conseillers, éleveurs, fournisseurs, enseignant ou étudiants.

« Nous publions de nombreux articles dans la revue Fourrages et les 135 membres de l’association se réunissent chaque année pour échanger sur les dernières thématiques de recherche », explique son président Bernard Amiaud, enseignant chercheur à l’Université de Lorraine.

Prochain rendez-vous autour du thème : "Concilier productivité et autonomie en valorisant la prairie" les 25 et 26 mars 2014 à l’Inra de Versailles.

www.afpf-asso.org


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 6 RÉACTIONS


bbra
Il y a 1294 jours
www.capflor.inra.fr
en vous inscrivant vous entrez directement en contact avec le concepteur Vladimir GOUTIERS (INRA de Toulouse, même si sa compétence est nationale).
Il vous donnera une habilitation individeuelle, mais franchement il anime vraiment les groupes (habitlitation supérieure qui vous donne droit à plus de paramétrages du modèle + VG peut se déplacer dans le cas d'un groupe pour présenter l'outil, animer le groupe, affiner la demande, mutualiser les commandes mélangens et semis + suivi des semis).

si vous voulez me contacter : 06 52 79 56 76
Répondre
jessy boby
Il y a 1237 jours
moi j'ai semer il y a plus d'un moi du mélange suisse , sans dactyle !
Répondre
capflor
Il y a 1007 jours
Il faut demander une création de compte sur: www.capflor.fr et laisser un message expliquant que l'on souhaite engager une collaboration. Il est important d'essayer de se regrouper entre plusieurs éleveurs pour constituer un groupe technique sur la thématique des prairies à flore variée, on gagne en efficacité de cette manière.
Bien cordialement,
Répondre
reef
Il y a 1295 jours
Bonjour,

si cela est toujours d'actualité, je suis intéressé. Je suis dans l'Yonne (89).

Comment faire pour vous contacter ?

Merci.

Cdlt


Répondre
BBra
Il y a 1522 jours
L'inra de Toulouse, unité mixte de recherche : Agroécologie et innovation sur le territoire (AGIR) développe une application participative accessible à tous les agriculteurs qui permet de tenir compte d'une complexité locale pédoclimatique, mode de conduite et/ou résultat souhaité pour optimiser des mélanges prairiaux à flore variée. L'application s'appelle CAPFLOR et est accessible en ligne après habilitation auprès de Vladimir GOUTIERS son concepteur. Ce dernier accompagne des groupes d'éleveurs qui veulent se lancer dans la mise en oeuvre de ces prairies à flore variée implantées en TCS et adaptées qui fournissent touyte l'année et sont programmées pour au moins 6 ans.
Répondre
Le nomade
Il y a 1777 jours
j' aimerai recuperer ces articles si c'est possible
Répondre