Dérobées estivalesCinq manières de faire du stock fourrager et de la protéine l'été

| par Cabinet de nutrition BDM | Terre-net Média

Semer des dérobées derrière les céréales est un bon moyen de constituer un stock fourrager et protéique pour le troupeau. Moha, colza fourrager, millet perlé, sorgho fourrager, ray-grass/trèfles : le BDM décrypte chaque éventualité pour vous aider à faire le bon choix.

Aussitôt la moisson finie, il faut éliminer les chaumes afin de semer les dérobés. Pour un mélange RGI-trèfles annuels, le semis se fait à 1 ou 1,5 de profondeur et la graine doit être rappuyée au rouleau Aussitôt la moisson finie, il faut éliminer les chaumes afin de semer les dérobées. Pour un mélange RGI-trèfles annuels, le semis se fait à 1 ou 1,5 cm de profondeur et la graine doit être rappuyée au rouleau (©Terre-net Média) D ans de nombreuses régions, les moissons d’orge ont commencé. Il est temps de penser aux dérobées d’été pour réussir leur implantation. Nous sommes dans les jours les plus longs et il y a encore de la fraîcheur au sol pour optimiser les levées.

Il faut d'abord se poser les bonnes questions : avez-vous besoin de stock fourrager appétant pour le troupeau en production ou pour les génisses ? Avez-vous assez de protéines dans vos stocks fourragers du printemps ?

Les dérobées d'été présentent de nombreux intérêts en élevage : elles assurent du stock (avec en général des rendements importants à l'hectare), constituent un fourrage appétant souvent entre 25 et 30 % de MS, ce qui convient parfaitement pour inciter les ingestions à l'auge (elles se mélangent facilement avec les autres ingrédients de la ration). Ce sont des fourrages jeunes et très digestibles qui permettent une dilution de l'amidon et donc une meilleure valorisation de celui-ci pour une meilleure santé du troupeau. En association avec des légumineuses, les dérobées donnent un niveau de protéines élevé à l'hectare.

Choisir des espèces selon ses objectifs

De la plus rapide à la plus lente dans leurs cycles végétatifs optimum, voici la liste des dérobées estivales possibles :

- Le moha (+ trèfle d'alexandrie )

ImplantationDisponibilité

Potentiel de rendement

(t MS/ha)

Dose de semis

(kg/ha)

Fumure

(U/ha)

RécolteValeurs alimentaires
très rapide, adapté à tous types de solsentre 70 et 90 jours après semis3 à 5 t MS/ha25 kg en pure ou 20 kg de moha + 10 kg de trèfle d'Alexandrie30 à 40 U d'N en trifoliés selon prévisions de pluie ou nonpâturage ou enrubannage, voire foin dans certaines régions du Sud

En pure : 0,65 - 0,7 UFL, 11 % MAT

Associé : 0,75 UFL, 14 % MAT

Le moha s’épanouit très bien lors d’implantation précoce avec des jours très lumineux. C’est l’espèce la plus résistante au sec, il lui suffit de 15 mm de pluie à la levée pour réaliser son cycle. C’est un fourrage moyen au niveau des valeurs alimentaires mais très appétant pour les animaux.

Conseil du nutritionniste : Très bien pour les besoins nutritifs de vos génisses ou animaux en croissance.

- Le colza fourrager

ImplantationDisponibilité

Potentiel de rendement

(t MS/ha)

Dose de semis

(kg/ha)

Fumure

(U/ha)

RécolteValeurs alimentaires
très rapide, adapté à des sols plutôt portants (pâturage)entre 70 et 90 jours après semis4 à 5 t MS/ha8 à 10 kg/ha avec un semoir à céréales espacé de 15 à 25 cm
profondeur : 2 cm
environ 80 U d'N et selon les quantités de réserve en MO, voir pour du P et Kprivilégier le pâturage au fil (2 à 4 h/j) ou en affouragement0,8 - 0,85 UFL, 17 à 20 % MAT

Le colza fourrager est une culture facile à réussir. Il demande peu de travail du sol mais est un peu plus exigeant sur la fumure.

En culture d’été, il n’y a normalement pas besoin de réaliser de désherbage car sa pousse est rapide. Par ailleurs, en cas d’attaque d’altises, il est parfois nécessaire de réaliser un insecticide. Dans ce cas, il faut que le traitement ait lieu 15 à 20 jours avant la consommation par les animaux.

Pour la consommation du colza fourrager, il faut limiter celui-ci à 40 % de MS de la ration du fait de son haut niveau d’azote soluble, de sa teneur en sucres (15-17 %), de sa richesse en eau et de l'odeur qu’il peut donner au lait.

Conseil du nutritionniste : Idéal en pâturage au fil pour les vaches laitières (c’est très lactogène) ou pour des vaches allaitantes en pré-engraissement. Et si le temps le permet, pourquoi pas en ensilage sur un silo de maïs ensilage ou dans un silo en additionnant de la pulpe de betteraves sèche à raison de 150 kg/t d’ensilage brut afin de limiter les pertes en jus.

- Le millet perlé

ImplantationDisponibilité

Potentiel de rendement

(t MS/ha)

Dose de semis

(kg/ha)

Fumure

(U/ha)

RécolteValeurs alimentaires
très rapide, adapté à tout type de solentre 80 et 110 jours après semis5 à 7 t MS/ha25 kg en pure30 à 40 U d'N en trifoliés selon les prévisions de pluiepâturage ou enrubannage0,7 - 0,8 UFL, 11 % MAT, 30 % cellulose brute

Le millet perlé est une espèce très résistante au sec, qui aime les implantations dans les jours longs et lumineux. Il faut limiter les semis après le 14 juillet qui seront pénalisants pour les levées et la réussite de votre fourrage.

Conseil du nutritionniste : C’est un fourrage grossier qui conviendra très bien pour vos génisses de 2-3 ans ou des vaches allaitantes en entretien.

- Les sorghos fourragers multicoupes type Sudan grass et hybride

ImplantationDisponibilité

Potentiel de rendement

(t MS/ha)

Dose de semis

(kg/ha)

Fumure

(U/ha)

RécolteValeurs alimentaires
rapide, adapté à tout type de solentre 80 et 110 jours après semis8 à 10 t de MS/ha sur 2 à 4 exploitations/an20 à 25 kg/ha30 à 40 U d'N en trifoliés selon les prévisions de pluiepâturage : > 50 cm pour le Sudan grass et > 70 cm pour l'hybride
ou affouragement
ou enrubannage
0,8 - 0,85 UFL, 17-18 % MAT, 23 - 25 % cellulose brute

Les sorghos multicoupes sont des fourrages très appétants, digestibles et riches en valeurs alimentaires. Un peu plus lents dans leurs cycles de pousse, ils permettent de gros rendements au final avec une très bonne capacité de repousse.

Par ailleurs, il faut absolument faire attention à la hauteur de ces fourrages pour les conduites pâturages et affouragement (+ 50 cm pour le Sudan grass et + 70 cm pour l'hybride) afin de limiter tout risque d’intoxication à l’acide cyanhydrique. Celui-ci peut paralyser vos animaux dans l'heure qui suit l'ingestion du fourrage. Les symptômes sont une paralysie nerveuse et respiratoire. Une alimentation avec de l’amidon diminue la vitesse de formation de l’acide dans le rumen mais ne sauvera pas vos animaux. En récoltant en enrubannage avec 1 à 2 jours de ressuyage au sol, le taux d’acide c. est complètement dissous, plus aucun risque. En cas de doute faites plutôt ce choix pour préserver la santé de vos animaux !

Conseil du nutritionniste : Des valeurs comme un ensilage d’herbe qui conviendront bien à des animaux plus exigeants comme les vaches laitières, les vaches allaitantes ou les femelles à l’engrais associés à des céréales.

- Le RGI alternatif + trèfles annuels

ImplantationDisponibilité

Potentiel de rendement

(t MS/ha)

Dose de semis

(kg/ha)

Fumure

(U/ha)

RécolteValeurs alimentaires
rapide, adapté à tout type de solentre 90 et 100 jours après semis5 à 7 t MS/ha en 2 coupes12 kg RGI 2N + 12 kg trèfles annuels (mélange)30 à 40 U d'N en trifoliés pour les besoins d'automneSelon les conditions de portance : en pâturage ou enrubannage à privilégier pour la récolte du printemps0,8 - 0,9 UFL, 15 - 18 % MAT, 23 - 25 % de cellulose brute

Le RGI alternatif est plus sensible aux fortes chaleurs (seuil de pousse max : 25°C) et a besoin d'une certaine pluviométrie pour bien s’implanter et faire du rendement. D’où l’intérêt de l’associer à des trèfles annuels (incarnat, alexandrie, squarrosum, perse, micheli) pour optimiser le rendement et les valeurs alimentaires en sortie d’été, où ils s’en sortent mieux (jours plus longs et plus secs). Les dates de semis à privilégier pour ces semis sont à partir du 10-15 août selon les régions de France.

Par ailleurs en associant des trèfles annuels vous pourrez limiter vos besoins en apport d’azote au printemps suivant (généralement de 30 à 35 % en moins par rapport à une conduite de RGI pur).

Conseil du nutritionniste : Les valeurs alimentaires de ce fourrage sont très bonnes, très digestibles. Il reste un fourrage très appétant et le seul non gélif pour l’hiver. Excellent pour faire du lait à vos VL, VA et engraisser vos animaux.

Réussir l'implantation aussitôt la moisson finie

Une fois la stratégie choisie, il est important de bien réussir la préparation du sol, et le semis. Pour cela, il faut intervenir tôt après la moisson pour préserver de la fraîcheur dans le sol.

Souvent, l’élimination des pailles et des chaumes par des outils à dents et/ou à disques est suffisante pour élaborer le semis. Vous conserverez un sol compact qui est favorable aux levées des petites graines et souvent moins consommateur de temps et de carburant.

Le semis se fait à une profondeur de 1 à 1,5 cm pour les  graines de moha, millet, sorghos fourragers et RGI–trèfles annuels et au maximum à 2-2,5 cm pour le colza fourrager. Il faut ensuite rouler pour avoir un bon contact terre/graine et ainsi avoir le maximum de pieds au m 2 et une levée régulière.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article