Dossier Retour au dossier Pâturage

[Climalait] Réchauffement climatiqueChoix des fourrages et gestion des stocks seront stratégiques en Ille-et-Vilaine

| par Emilie Durand | Terre-net Média

Dans le sud de l'Ille-et-Vilaine, les fourrages restent la clef de voûte du bon fonctionnement des exploitations laitières face au changement climatique, selon les résultats du programme Climalait, mené dans plusieurs régions de France.

Vaches prim'holstein au paturageAvec le réchauffement climatique, la saison de pâturage dans le sud de l'Ille-et-Vilaine s’allongerait au début du printemps et à l’automne, « mais avec une rupture marquée en été ». (©Terre-net Média)

Sans adaptation face au changement climatique, la ferme modèle du sud de l’Ille-et-Vilaine, imaginée par les éleveurs eux-mêmes dans le cadre du programme Climalait(1), devient très vite « déficitaire en maïs et en herbe conservée ».

La ferme choisie dispose de 88 ha de SAU dont 64 ha de SFP : 27 ha de maïs avec ou sans dérobée, 4 ha de luzerne et 33 ha de prairies de graminées. Le troupeau est constitué de 65 vaches laitières (8 000 kg de lait), avec un taux de renouvellement de 30 % et des vêlages à 26 mois. L’alimentation repose sur l’ensilage de maïs, l’ensilage de graminées, de luzerne et de l’herbe pâturée.

Avec le réchauffement climatique, « il manque 50 tMS d’ensilage de maïs, 7 tMS d’ensilage de graminées et 5 tMS d’ensilage de luzerne ». Pire encore : « La production d’herbe des prairies n’est pas suffisante pour couvrir les besoins des animaux au pâturage, dès la mi-juin et jusqu’à la fin octobre », entraînant la consommation durant l’été du stock fourrager constitué au début du printemps. 

Des mises à l'herbe plus précoces

Plus globalement, les éleveurs ont donc imaginé des solutions, durables ou conjoncturelles, pour faire face à cette situation qui pourrait se présenter d’ici une cinquantaine d’années. Certaines sont plus classiques que d’autres comme implanter de la betterave à distribuer ou à faire pâturer, utiliser de la paille dans la ration des génisses, voire déléguer l’élevage de génisses, implanter des légumineuses type trèfle violet plutôt que de la luzerne, cultiver du maïs à double fin (grain/ensilage), développer le sorgho à la place du maïs.

Dans le cas de la ferme modèle, les éleveurs ont fait des choix bien spécifiques avec un ajustement des surfaces et des rations « pour retrouver un équilibre ». Les vaches ont été mises à l’herbe plus tôt au printemps et une partie du surplus d’herbe a été ensilée afin de compenser le déficit d’herbe disponible pour le pâturage des génisses en septembre. Quant à la SFP, elle a été réduite de 7 ha (- 3 ha de maïs, - 1 ha de luzerne et - 3 ha de prairies de graminées) au profit de l’herbe.

Pâturage : le cycle de production de l’herbe évolue

Les simulations réalisées dans le cadre du programme Climalait mettent en évidence une évolution de la répartition de l’herbe disponible au cours de l’année, comme dans d’autres régions. Ainsi, le démarrage en végétation apparaît de plus en plus précocement, tandis que le creux de production en été s’accentue et se prolonge. La reprise de la pousse de l’herbe à l’automne intervient de plus en plus tard. Aussi, la saison de pâturage s’allonge au début du printemps et à l’automne, « mais avec une rupture marquée en été ».
N.B : 1. Climalait est un programme de recherche initié par le Cniel et mené par le Cniel, Arvalis, l'Idele, le réseau des chambres d'agriculture, Météo France, l'Inra et le BTPL.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 7 RÉACTIONS


Poly
Il y a 17 jours
Je ne suis pas toujours d'accord avec Mr Brachet mais là il a raison sur toute la ligne. Diversifier les assolements et les rations et développer l'irrigation comme filet de sécurité me parais être la meilleure solution face au réchauffement climatique. Et pour cela il faut si préparer dés aujourd'hui.
Répondre
Yohann
Il y a 12 jours
Ok merci je vais t envoyer mon mail
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 12 jours
Yohan voici mon mail : gaec.des.escures@wanadoo.fr. Ou tu m envoie ton portable ou je te réponds par mail
Répondre
Yohann
Il y a 12 jours
J'aurais voulu savoir quel est le traitement que tu effectues pour éviter les maladies du meteil ?
Quelle fertilisation?
MERCI
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 12 jours
Yohan dans la mesure où je peux il n’y a pas de souci cdlt
Répondre
Yohann
Il y a 12 jours
Bonsoir Patrice j aurai des question à te poser à propos du meteil
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 18 jours
Je suis sûrement un vieux c. Un marginal mais jamais je n affirmerait que le trèfle violet c est mieux que la luzerne en face d une pénurie d eau ! Simplement et malheureusement il faudra faire comme dans le sud trouver des alternatives et peut-être penser irrigation en vue de stockage estival par contre battez-vous pour des retenues c est maintenant qu’il faut y penser et non dans 10 ans car là cela fera un tollé. !!?
Répondre