Betteraves fourragèresLes résultats d'essais 2017 annoncent du rendement et de l'énergie

| par | Terre-net Média

Les résultats d'essais 2017 de la betterave fourragère publiés par l'ADBFM annoncent de bons rendements. Cependant, la classification des variétés a changé avec l'ajout d'une nouvelle catégorie concernant la teneur en MS.

La betterave fourragère permet de produire une grande quantité de fourrage énergétique pour les animauxLa betterave fourragère permet de produire une grande quantité de fourrage énergétique pour les animaux. (©J.Greffier/ADBFM)

L'ADBFM (Association pour le développement de la betterave fourragère monogerme) publie comme chaque année ses résultats d'essais sur l'évaluation des variétés de betteraves fourragères. Elle témoigne d'ailleurs que la culture « a le vent en poupe » puisque les surfaces ont augmenté de plus de 20 % en cinq ans.

L'association rappelle que la betterave fourragère est une espèce rustique qui s'adapte aux conditions climatiques difficiles. Les rendements en témoignent avec plus de 19,6 tonnes de MS/ha en moyenne sur les essais réalisés. Cela correspond à une production énergétique de 22 000 UF/ha (pour une valeur de 1,15 UF/kg de MS). Grâce à une sélection génétique continue, notamment sur la teneur en matière sèche, les variétés sont désormais classées en trois catégories définies par l'ADBFM :

« - Moyennement riche en MS : ce sont des betteraves polyvalentes pouvant être pâturées, distribuées entières ou en morceaux aux animaux ;

- Riche en MS : ces betteraves sont plus productives (MS/ha) et se conservent mieux. Il est préférable de ne pas les donner entières aux animaux ;

- Très riche en MS : ces nouvelles variétés sont les plus productives en termes de MS/ha. Leur teneur élevée en sucres solubles, dont le saccharose, limite leur utilisation à des rations bien adaptées. »

Le second axe d'amélioration travaillé par la sélection concerne la tolérance aux maladies (rhizoctone brun et rhizomanie). Il s'avère que les variétés tolérantes à ces maladies sont plus performantes en conditions de pression parasitaire (le rendement varie de + 19 % en pression modérée jusqu'à être deux fois supérieur aux variétés sensibles en pression forte).


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article