Paroles de lecteursAvec la pluie, pas simple la mise à l'herbe !

| par | Terre-net Média

Cette année, les précipitations importantes et régulières compliquent la mise à l'herbe des bovins lait et viande, comme en témoignent de nombreux commentaires de lecteurs de Web-agri. Le principal problème : le manque de portance des sols, qui ne peuvent plus absorber l'excès d'eau. « Ça va être la cata pour ceux qui n'ont pas trop de stock fourrager », craint notamment Patrice Brachet, éleveur en Poitou-Charentes.

paroles de lecteurs exces d eau prairies « Ce n'est pas facile de lâcher les animaux puis de devoir les enfermer à nouveau. Ils ne comprennent pas ! », s'exclame Patrice Brachet. (©Terre-net Média) 

Patrice Brachet : « Je ne suis pas expert en la matière (ne pouvant plus faire pâturer) mais dans ma région, la météo va compliquer la mise à l'herbe pendant un certain temps. À part quelques sols bien portants, ça va être un massacre ! Vous émettez des doutes et là, on vous répond : "C'est pas grave, on va labourer" !!! Dommage pour la vie du sol et si par la suite, le soleil brille trop, on criera famine parce que le maïs ne pousse pas ! »

Bou21 : « Oui sur le papier, enfin sur l'ordi, vivons avec notre temps. Avec la météo de m... que nous avons tous les printemps, ce n'est pas simple. L'an dernier, j'ai perdu une bête de pneumonie à cause des douches froides régulières que les vaches ont prises. Où est le bénéfice de les mettre dehors précocément ? Pour l'instant, je préfère faire de l'affouragement en vert. »

Patrice Brachet : « Quand je lis l'article, je me dis que les autres éleveurs ont les mêmes problèmes que moi. Ce n'est pas facile de lâcher les animaux puis de devoir les enfermer à nouveau. Ils ne comprennent pas ! »

Chrislait : « Un commentaire positif :  le mien...  Depuis que j'ai mis en place le pâturage dynamique, ça va beaucoup mieux. L'erreur que je faisais était de rentrer les vaches dans des paddocks de tailles différentes et avec des hauteurs d'herbe trop faibles (15 cm). Souvent, je manquais d'herbe en pleine saison mais depuis que je rentre les animaux à 18 cm, c'est mieux ! »

Économe : « N'importe quoi ?! Dans l'ensemble, ce n'est pas faux mais j'ai lu beaucoup de petites bêtises dans cet article. 1,5 cm ? Dans ce cas-là, on sort les bêtes en juillet, pas avant. Éviter de surpâturer ? Au contraire, un bon déprimage, c'est une prairie bien rasée. Et j'en passe... »

Hautot Nicolas : « Je commence le pâturage dynamique. Niveau installation, c'est du boulot ! Mais vu la météo cette année, où il pleut sans arrêt, je suis très content d'avoir tout fixer. »

Jmb67 : « Je viens de mettre les vaches dehors (2 heures maxi) : herbe à 6 cm et paddocks de 0,4 à 0,5 ha pour 80 vaches. C'est ma première année d'expérience. Dans 21 jours, ce sera quitte ou double : soit ça marche, soit je me prends une gamelle. Actuellement, la portance me semble limite... »

Patrice Brachet : « Chez moi, même un tracteur avec des pneus de 710, c'est juste. »

« Ça va être la cata pour ceux qui n'ont pas de stock fourrager »

Chrislait : « Ce n'est pas du pâturage dynamique que je fais, trop contraignant, mais plutôt du pâturage tournant. Cherchez sur internet les fiches techniques du Gab/Frab. Je ne suis pas en bio, mais je suis très satisfait de m'être formé avec eux. » 

Hautot Nicolas : « 0,6 ha pour 100 vaches pendant environ 4 heures. J’ai un paddock en plus. Ce sont des couverts pâturés qui allongent ma rotation et permettent une pousse plus rapide, sans trop abîmer mes herbages. Ça ne me fait pas peur de clôturer une parcelle pour six mois. Il ne faut pas avoir honte de se former. »

Patrice Brachet : « Nicolas, vous devez avoir un sol qui porte mieux que dans mon département. Depuis décembre, il est tombé à peu près 900 mm d'eau. Les sols n'en veulent plus. Pire, certaines céréales crèvent. Ça va être la cata pour ceux qui, malheureusement, n'ont pas trop de stock fourrager. Pour mes méteils, après le traitement biostimulant, ça va mais on a 15 jours de retard. Heureusement que l'on est en semis direct sinon, on n'aurait pas pu passer. Ces jours-ci, plusieurs collègues n'ont pu faire le premier apport d'azote qu'avec un épandeur derrière un quad ! Et encore, c'est loin d'être top ! »

Jmb67 : « Chez nous, environ 300 mm depuis janvier. Les premières parcelles sont marquées. Aujourd’hui, c'est la chaleur dont nous avons besoin pour faire redémarrer la pousse de l'herbe. »

Hautot Nicolas : « On est à 500 mm depuis janvier. Mais à causse du manque de chaleur, on a presque trois semaines de retard par rapport à l'an dernier au niveau de la pousse de l'herbe. Pour faire pâturer un couvert, on est obligé de semer en direct car les sols ne sont pas assez portants. Lundi, j'ai semé en direct mes couverts de légumineuses dans mes céréales pour faire pâturer dès que l'herbe ne sera plus suffisante après la moisson au mois d'août. »

Steph72 : « En ce moment, le pâturage abîme les prés. Avec un tracteur, ce n'est même pas la peine. On verra les ensilages dans quelques semaines, ça risque de faire encore plus de dégâts que les pattes des vaches... »

Patrice Brachet : « Dans ma région, à quelques exceptions près, ça ne peut pas le faire, sinon on détruit tout ! »

Pierre Genest via Linkedin : « Retard partout même pour valoriser l'herbe. »

Tomy : « Pour ma part, dans le sud de la Bretagne avec des VL dont la ration est à 90 % du pâturage, c'est difficile en ce moment mais ça passe. Le plus délicat, ce sont les chemins. »

Éleveur de vies : « Restons malgré tout optimistes. Les beaux jours arrivent. Le pâturage va pouvoir recommencer. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article