[Témoignages] ACSIls testent les doubles couverts pour réduire le recours aux herbicides

| par Nathalie Tiers | Terre-net Média

La chambre d'agriculture des Pays de la Loire travaille sur la couverture permanente des sols avec les doubles couverts dans l'objectif notamment de réduire l'usage des désherbants. La réussite du couvert d'été s'avérant cruciale, elle teste des semis avant récolte à l'épandeur à engrais et au drone chez des agriculteurs en agriculture de conservation des sols (ACS).

Mathieu Arnaudeau et Fabrice Guillet Le semis au drone avant récolte vise à augmenter les chances de réussite du couvert d’été. Mathieu Arnaudeau (à gauche) et Fabrice Guillet (à droite). (©Nathalie Tiers)

C’est l’un des trois piliers de l’agriculture de conservation des sols (ACS). Chez les adeptes, l’implantation de couverts végétaux est indissociable du non-travail du sol et de la diversification de la rotation. Conseiller à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire, Mathieu Arnaudeau accompagne plusieurs groupes en ACS, notamment sur des bassins-versants en Vendée. « Nous travaillons sur la couverture permanente des sols en enchaînant un couvert d’été puis un couvert d’hiver, explique-t-il. Cela permet d’adapter au mieux les espèces aux saisons. Le couvert d’été a vocation à être restitué au sol. Le couvert d’hiver peut lui aussi alimenter le sol, ou être récolté en fourrage avant la culture de printemps, en fonction des besoins des exploitations. »

Semer le couvert avant la récolte afin de profiter de l'humidité résiduelle et de l'ombrage pour une bonne levée.

Le semis du couvert d’été est conseillé dans les 24 à 48 h après la moisson pour éviter le dessèchement du sol pénalisant la germination. Mais pour étaler la charge de travail et augmenter les chances de réussite, une nouvelle piste émerge : semer le couvert avant la récolte afin de profiter de l’humidité résiduelle et de l’ombrage pour une bonne levée. En 2019, Philippe Chupin (Gaec Le Preuilly à Chavagnes-en-Paillers) a testé le semis à la volée dès le 24 juin avec son épandeur à engrais (largeur 24 m), de plusieurs mélanges à base de sorgho, phacélie et moha.

Découvrez les résultats du semis à la volée avant moisson 2019 chez Philippe Chupin en images. Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

Les semences ont été enrobées dans une bétonnière (avec talc et sucre de canne) pour les alourdir et améliorer leur répartition. « L’objectif était que le couvert soit levé à la moisson, mais ça ne s’est pas passé comme ça sans doute à cause de la canicule, raconte-t-il. Le couvert a finalement explosé après 13 mm d’eau fin juillet. Et il y a eu moins de salissement là où il s’est bien développé. »

10 ha semés au drone dans le blé

En 2020, une expérimentation de plus grande ampleur a été mise en place. Chez Philippe Chupin, 10 ha de couverts ont été semés le 18 juin (deux semaines avant récolte) dont 5 ha avec l’ épandeur à engrais et 5 ha avec le drone RDM AG. À 30 km de là, chez Fabrice Guillet (Gaec Monchemin à Poiré-sur-Vie), 5 ha ont été semés le même jour au drone, et 5 ha seront semés en direct 24 à 48 h après la moisson (semoir Kuhn SD3000). Le mélange est composé d’espèces à petites graines pour faciliter la germination (lin, trèfle d’Alexandrie, moha, sorgho fourrager, phacélie, radis fourrager, moutarde d’Abyssinie).

« L’objectif est de comparer le semis à la volée au drone ou à l’épandeur, et le semis avant ou après récolte, annonce Mathieu Arnaudeau. Nous allons suivre les levées, réaliser des comptages par espèce et des pesées de biomasse. Nous allons aussi surveiller le salissement des parcelles. Outre la réussite des couverts, nous devons également estimer le temps nécessaire et le coût des différentes méthodes. » Ainsi, le drone nécessite un investissement (financier et formation au pilotage) ou la programmation d’une prestation. « Cela réduit l’autonomie de l’agriculteur », estime Philippe Chupin. En revanche, il permet d’économiser le temps passé à l’enrobage des semences.

Drone trémie semencesLe drone peut embarquer 10 kg de semences sachant que la densité choisie pour l’essai est de 17 kg/ha d’un mélange de sept espèces pour un coût estimé à 40-45 euros/ha. (©Nathalie Tiers)

Éviter le désherbage avant le semis d’hiver

À l’automne, les deux agriculteurs implanteront un second couvert pour l’hiver prenant le relais du couvert d’été. Chez Philippe Chupin, cette opération est prévue en semis direct avec un semoir Bertini à disques, suivi d’un roulage pour casser la végétation du premier couvert. Le mélange composé de seigle, féverole d’hiver et trèfle squarrosum sera également restitué au sol (destruction par glyphosate et roulage) avant le maïs semé en 2021. « Je recherche des sols couverts en permanence, souligne cet adhérent de l’Apad1. Avec près de 50 % de sables, mes terres sont séchantes. Avec l’ACS, j’ai amélioré la portance, supprimé l’érosion, augmenté la matière organique et réduit les pesticides. Je n’utilise pas d’insecticide et très peu de fongicide ; une demi-dose suffit sur les blés car ils sont moins malades. Avec le couvert d’été, j’évite aussi le désherbage avant le semis d’hiver. »

Chez Fabrice Guillet, le couvert d’hiver sera un méteil (céréale, vesce velue, trèfle squarrosum, pois fourrager) récolté avant maïs pour l’affouragement des 190 vaches laitières. L’implantation est prévue à l’aide d’une rampe de semis à la volée à l’avant du tracteur, suivie d’un léger déchaumage à la bêche roulante Compil. « En augmentant les chances de réussite du couvert d’été, je prépare l’après-glyphosate, indique-t-il. L’objectif est d’implanter mes 100 ha de méteil en culture dérobée sans désherbage. Le méteil augmentant mon autonomie alimentaire, je pourrais à l’avenir faire davantage de maïs grain ou épi pour garder les fanes au sol. Nous avons un méthaniseur depuis deux ans et nous devons veiller à ne pas décarboner nos sols. »

Un semis au drone également sur maïs

La chambre d’agriculture des Pays de la Loire teste aussi le semis de couverts dans le maïs. Le 18 juin, le drone a survolé 3,5 ha avec un mélange de vesce velue (15 kg/ha), trèfle incarnat et trèfle d’Alexandrie (5 kg chacun). Le binage prévu au Gaec Monchemin ainsi que l’irrigation devraient favoriser l’installation. « La récolte du maïs en ensilage est de plus en plus précoce et les parcelles sont susceptibles de se salir avant le semis d’hiver, souligne Mathieu Arnaudeau. La céréale pourra être implantée directement dans ce couvert. » Cette technique demande toutefois une vigilance dans le choix des désherbants du maïs dont la rémanence peut compromettre le développement du couvert.
N.B : 1. Apad : Association pour la promotion d'une agriculture durable.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 74 RÉACTIONS


Patrice Brachet
Il y a 38 jours
Derrière maïs épi avec le corona Maschio c est du simplifié on peut faire du direct aussi mais la non
Répondre
PàgraT
Il y a 38 jours
En simplifié ou SD ?
Répondre
Pipo
Il y a 38 jours
un bon point sur le fait de ne pas vouloir imposer aux autres. Cela dit, pour ce qui me concerne, rien ni personne ne m'impose quoi que ce soit (facilement) je ne respecte déjà absolument pas les «obligations» de la PAC, les «restrictions» préfectorales et autres c... bureaucratiques. Si je devais un jour respecter tout ça, je serai dans l'obligation soit d’arrêter de travailler soit de quitter le pays pour travailler ailleurs. NI l'une ni l'autre solution ne me feront plaisir mais je suis un sanguin, faut vraiment pas me faire ch****
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 38 jours
Pipo je ne suis qu un simple éleveur laitiers qui a fait beaucoup de c... dans sa carrière et quand découvre quelques choses qui marche j aime faire partager. ( j aurait aimé qu à une epoque on fasse pareil pour moi ) je défends une globalité mais je ne forcerai jamais quelqu’un vers ce que je pratique cela par pur respect d autrui. Ceci étant dit je vais vous parler de mon orge : semis le 29/01/20 récolte hier 64q/ha. Fumure 150 kg d urée en février et 30 litres de foliaire (21N 42So2). Protection : vitamine C 70g souffre liquide 6l bore molybdene 3 l gefimer 0,8l kelpack 2l Toutes les données sont à l hectare gefimer et kelpack sont des substrats d algues la surface totale 10 ha ( mais je ne suis qu un éleveur)
Répondre
titian
Il y a 37 jours
Quelques graines à la volée derrière maïs grain pour 15€ /ha sont très vite rentabilisé par de l'N récupéré et une structure sol amélioré...

Dans mon cas rien que les 40 L / Ha de gnr économisé par le non travail du sol me paye déjà une bonne partie d'un couvert plus "évolué".
Répondre
Pipo
Il y a 37 jours
un couvert c'est avant un cout... apportez donc la preuve d'une quelconque rentabilité... ( bon courage)
Répondre
titian
Il y a 37 jours
Drôle de façon de calculer, n'y a t'il pas des économies réalisées grâce aux couverts et pas seulement en SD.
Cherchez un peu vous allez trouver, j'affirme même de la rentabilité rapide sur une moyenne durée.
Répondre
Réaliste
Il y a 39 jours
Coût 45€/ha x2 soit près de 100€/ha pour économiser 1 glypho. Avec des orges à 4 ou 5 ou même 6T/ha à 130€ vous voyez bien que ce n'est pas viable. Ici tout est dit dans la dernière phrase de l'article "nous avons un méthaniseur depuis 2 ans". Donc quand on a une autre source de revenus et qu'il faut remonter la mo à n'importe quel prix là évidemment ça change la donne. Sinon c'est encore un essai non transposable pour une ferme classique.
Répondre
Pipo
Il y a 39 jours
Voyez mr Brachet , (j'avais déjà lu des articles vous concernant), vous n'étiez donc pas un inconnu pour moi ce qui n'est à mon avis pas le cas de la majorité des commentateurs. Et savoir que vous êtes éleveur et donc que vous disposez de matières organiques animales permet déjà de démolir le raisonnement Konrad, bourguignon et compagnie. ( désolé je ne peux absolument pas les sentir) . Dans les régions (grandes ou moyennes) à forte dominante céréalière/ grandes cultures la propagande AC/bio n'a absolument aucun echo. étonnant non ?
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 39 jours
Pipo pourquoi un tel déficit ? Tout simplement éleveurs qui voulaient peter plus haut que leur cul ! On a tout changé sans tout bouleverser on soigne les plantes et le sol et on n apporte aucun complément minéral aux animaux depuis 2,5 ans c est un ensemble. Après on pense ce que l on veut et je me fou du regard des autres. Pour Konrad je connais je fais la bise à Shara cingla Julien senez parle de moi et Frederique Thomas m envoie des journalistes et j habitait à 30 km de Lucien Seguy qui nous a quitté pendant le covid. Tout cela pour dire que je bosse pour me sortir de la m... et du mieux possible pour info mon meilleur ami est traditionnel si cela peut te rassurer simplement j aime partager
Répondre