Dossier Retour au dossier Maïs fourrage

Transfert grain vers fourrageComment estimer le prix lors d'une transaction de maïs sur pied ?

| par Arvalis-Institut du végétal | Terre-net Média

Dans certaines régions, les conditions estivales ont pénalisé les rendements de l'ensemble des productions fourragères. Ainsi, de nombreux éleveurs sont à la recherche de parcelles de maïs à acheter sur pied pour compléter leurs stocks fourragers. Pour les éleveurs comme pour les producteurs de maïs grain, Arvalis donne quelques éléments afin de conduire une négociation commerciale satisfaisante pour les deux partis.

Cette année, des parcelles initialement prévues en maïs grain seront finalement ensilées pour compléter les stocks fourragers.Cette année, des parcelles initialement prévues en maïs grain seront finalement ensilées pour compléter les stocks fourragers. (©Arvalis-Institut du végétal) La détermination du prix du maïs sur pied destiné à être récolté en fourrage par l’acheteur peut se faire avant la récolte. La méthode de calcul habituellement proposée repose sur le principe d’équivalence entre le produit de la vente du fourrage sur pied et le produit qui aurait été obtenu par le producteur s’il avait récolté son maïs en grain. L’hétérogénéité des situations liées aux conditions climatiques 2019 rend l’estimation du prix sur pied plus délicate à réaliser.

Retrouvez d'ailleurs, l'avis de Michel Moquet d'Arvalis sur la campagne 2019 de maïs : « Beaucoup d'aléas, des maïs desséchés et un rendement inférieur »

Pour des maïs dont le cycle de végétation est assez proche de la normale, et qui présentent au moins 1 500 grains au m² et avec un niveau de remplissage des grains correct, nous proposons ci-dessous une méthode à suivre. Cette méthode n’est pas un barème officiel mais un guide de négociation se basant sur des éléments pratiques pour estimer la transaction au prix le plus juste.

1ère étape : estimer le rendement au champ

Le seul examen de l’appareil végétatif peut être trompeur. Un développement végétatif moyen peut parfois cacher un nombre de grains correct, notamment si la culture a bénéficié de pluies bien placées par rapport à la floraison. À l’inverse, un développement apparemment normal des plantes ne garantit pas un bon niveau de rendement grain, par exemple dans le cas de semis tardifs avec déficit hydrique à la floraison et pendant le remplissage des grains.

Pour déterminer le rendement de la parcelle, le moyen le plus fiable reste la pesée, voire le cubage du maïs ensilé, associé à une analyse du taux de matière sèche.

L’estimation du rendement au champ peut également se faire sur pied en se basant sur le nombre de grains au mètre carré, premier facteur de variation du rendement. Le comptage des grains est possible dès trois semaines après la floraison femelle, et ce jusqu’à la récolte. Pour une estimation convenable du nombre de grains, il faut réaliser les mesures dans plusieurs zones représentatives de la parcelle.

- nombre d’épis par m² → comptage sur au moins 3 x 10 mètres linéaire
- nombre de grains par épi → comptage sur au moins 3 séries de 20 épis consécutifs

Une estimation du rendement la plus proche de la récolte est toujours préférable. La grille d’estimation du rendement plante entière au stade récolte fourrage est le résultat de nombreuses années de pesées au champ. Elle prend en compte le développement de l’appareil végétatif et un niveau de remplissage des grains correct.

Grille d'estimation du rendement plante entière au stade récolte fourrageGrille d'estimation du rendement plante entière au stade récolte fourrage (©Arvalis-Institut du végétal)

2e étape : évaluer le prix de la tonne de matière sèche sur pied

Il convient ensuite d’évaluer le produit brut par hectare qui correspond au prix payé au producteur (net de séchage) multiplié par le rendement. À ce produit brut, il faut ajouter une compensation en éléments fertilisants, suite à l’enlèvement des pailles, l’implantation éventuelle d’un couvert (selon la réglementation locale) et déduire les frais non engagés par le vendeur, à savoir la récolte des grains et le broyage des pailles, le transport. Dans cette méthode, la récolte plante entière et les frais de mise en silo sont à la charge de l’acheteur. Pour un plus juste prix, on aura intérêt à utiliser des références locales actualisées.

Enfin, le vendeur aura intérêt à prendre en compte la qualité du maïs qu’il vend, ce que l’acheteur ne manquera pas de vérifier. Un maïs « normal » riche en grain, entre 30 et 35 % MS plante entière, avec un appareil végétatif bien développé, avec des feuilles vertes (au moins 0,91 UFL par kg de MS) se négociera plus cher qu’un maïs pauvre en grains et/ou à faible développement.

Détermination du prix du maïs sur pied destiné à être récolté en fourrageDétermination du prix du maïs sur pied destiné à être récolté en fourrage. (©Arvalis-Institut du végétal)


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Poly
Il y a 29 jours
La méthode de calcul est bien et paraît équitable mais avec aucun prix en face on est bien avancé. Quelle coût prendre pour la partie tige du maïs qui sera exporté ?
Répondre