Produits phytos- 44 % de pesticides vendus en 2019

| AFP

Les ventes de pesticides ont reculé en France de 44 % en volume en 2019, après l'envolée des ventes intervenue en 2018 (+ 18 %), a annoncé mardi le gouvernement.

Epandage Les quantités totales de substances actives vendues en usages agricoles, hors produits de biocontrôle, ont diminué de 44 % entre 2018 et 2019. (©Terre-net Média)

Les quantités vendues de glyphosate, désherbant controversé, « diminuent de 35 % (- 3 358 tonnes) entre 2018 et 2019 après avoir augmenté de 11 % (+ 999 tonnes) entre 2017 et 2018 », ont précisé les ministères de la transition écologique et de l'agriculture dans un communiqué conjoint.

Le gouvernement français avait promis fin 2017 que cette molécule serait interdite « dans ses principaux usages » dans un délai de trois ans, sans attendre les cinq ans décidés au niveau européen.

« Ces évolutions à la baisse compensent totalement l'augmentation des ventes en 2018, intervenue juste avant la hausse de la redevance pour pollution diffuse intervenue au 1er janvier 2019 », a indiqué le gouvernement dans son communiqué.

« Un coup de com' », a réagi l'association Générations futures, qui s'est étonnée de voir des tendances exprimées en volumes « alors que l'indicateur de suivi du plan est le Nodu, basé sur le nombre de doses » et des résultats basés « sur des données non consolidées ».

Selon ces « données provisoires », les quantités totales de substances actives vendues en usages agricoles, hors produits de biocontrôle, ont diminué de 44 % entre 2018 et 2019 (- 28 078 tonnes), après avoir augmenté de 18 % entre 2017 et 2018 (+ 11 870 tonnes), a indiqué le gouvernement, qui estime que ces résultats « permettent de constater les premiers effets des mesures engagées (...) depuis 2018 afin de réduire l'utilisation des produits phytosanitaires ».

Concernant les quantités de produits vendus considérés comme « les plus préoccupants », dits CMR (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques), elles ont diminué « de plus de 50 % en 2019 par rapport à 2018 », a précisé le gouvernement.

À l'inverse, la part relative des produits de biocontrôle, alternatives aux pesticides chimiques, « continue à augmenter, ce qui illustre une substitution progressive et continue des substances les plus dangereuses par ces produits », ont affirmé les autorités.

La Cour des Comptes avait épinglé le 4 février dernier la politique de réduction des pesticides agricoles menée par l'Etat, laquelle avait donné jusque là des résultats « très en deçà des objectifs » en 2018, malgré un budget considérable, de quelque 400 millions d'euros (dont 71 millions prélevés sur la redevance pour pollutions diffuses).

Depuis le Grenelle de l'environnement fin 2007, qui avait fixé un objectif de réduction de 50 % de l'usage des pesticides de synthèse en 10 ans, les deux plans successifs mis en œuvre, Ecophyto 1 et 2, ont abouti à des échecs. En avril, le gouvernement a donc lancé un plan Ecophyto 2+.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 37 RÉACTIONS


abeille
Il y a 112 jours
bravo,vous prenez un peu plus soins de la terre et des plantes et aussi des gens qui sont autour de vous et par la meme occasion vous vous mettez moins en danger...,sinon,vous voulez quand meme pas une medaille pour çà?????
Répondre
Arnaud
Il y a 113 jours
Mais où est l’ami Abeille?? Pas de commentaire ?
Répondre
Réaliste
Il y a 114 jours
Quand ça augmente à cause du cuivre pour les bio GF est là ouin ouin sales paysans empoisonneurs. Et quand ça baisse (presque de moitié quand même !) les mêmes de GF sont là ouin ouin le gouv ment sur les chiffres. Ah ça Biocoop et les autres financeurs de GF en ont pour leur argent de la pleurniche !
Répondre
hub
Il y a 114 jours
A ce rythme la, les objectifs de l'UE d'une diminution de 50% de pesticides vont etre atteints avant 2030, comme quoi c'est possible ....
Répondre
Romain95
Il y a 115 jours
Moi je n'ai aucun doute que les agriculteurs ne travaillent sérieusement avec du bon sens... Mais ils n'ont pas tous pris conscience de l'évolution de notre monde dont la diminution des pesticide (je n'ai pas marqué suppressions de tous les pesticides) est un enjeu majeur: biodiversité, pollution de l'eau, santé publique...
Ce n'est pas parce que nos grands-parents, nos parents produisaient comme sa que l'on doit pas se remettre en question...
Répondre
Détritus
Il y a 115 jours
Ces tonnages de phytos sont probablement justes. Comme le fait que les agris qui les utilisent le font très professionnellement. Quand il y’a besoin ils en mettent quand c’est inutile ils ne font pas.
Ça explique ces variations d’utilisations. Et ouais les agris c’est pas des beubeus. Ils réfléchissent un peu. Ils n’ont pas intérêt à entraîner des pollutions sur les terres qu’ils ont reçues de leurs parents, grands parents et qu’ils vont donner à leurs enfants.
Pas non plus intérêt de causer des problèmes avec la nourriture qu’ils produisent. Les gars ont est bons!!! On a un certain bon sens!!! On travaille sérieusement!!! On est pas des guignols!!! N’en doutez pas et continuez sans hésiter, droit devant sans vous retourner pour écouter des bêtises et vous faire faire n’importe quoi !!!
Répondre
Reg
Il y a 115 jours
Évidemment, il ne peut y avoir qu'une baisse des pesticides, puisque il n'y a pas eue de maladies en 2019.En revanche en 2020,c'est l'explosion des traitements et maladies de toutes sortes.
Répondre
Romain95
Il y a 114 jours
L'objectif n'est pas de forcément supprimer tous les produits mais d'en réduire la moitié l'utilisation. Je pense que dans ton cas tu as déjà fait des efforts et je pense que l'on est d'accord pour dire que pour certains ils n'ont rien changer à la recette du gâteau...
Répondre
Romain95
Il y a 115 jours
Je ne pense pas être excessif dans mes propos, d'accord sur le fait que les antibiotiques ont baissé.
Je peux juste affirmer que depuis 2008 (mise en place de la RPD), les ventes de phyto n'ont pas baissé et juste fluctué en fonction des années (variation des fongicides en fonction de la climatologie). Je suis conscient que beaucoup d'agriculteurs font des efforts en plus de ce qui passe en bio et qui se convertisse à l'agroécologie mais je pense qu'il y a encore beaucoup d'effort à faire. Et ces efforts sont autant du côté des agriculteurs(à produire encore plus de qualité), des consommateurs(à acheter les produits locaux ou nationaux et à payer le faible surplus) et à nos représentant politique de moins nous prendre pour des c... (pourquoi il n'assumerais pas le fait par exemple que le glyphosate permet de baisser le coût de production tout en produisant de la qualité comme dans l'agroécologie).
Répondre
maxens
Il y a 115 jours
enfin, 10 ans sans une année avec pression maladie ou mauvaises herbes, ou insectes ravageurs...j'ai pas souvenir que cela ait exister, et je n'ai quand même pas pléthore de stock pour une non utilisation pendant 10 ans, faut pas exagérer non plus. Je veux juste souligner le libre arbitre que doit avoir l'agriculteur, tel que je conçois le métier, avec un minimum de compétence, et certains drogués à la coop ou le technicien passe faire l’ordonnance le lundi, sans se mouiller non plus car il suit le guide technique de sa firme éditer 6 mois avant ...
Répondre