Dossier Retour au dossier Pâturage

Pousse de l'herbe40 % des régions fourragères désormais déficitaires

| par | Terre-net Média

Dans sa note mensuelle, Agreste relève un ralentissement notable de la pousse cumulée d'herbe en juillet 2020. La quasi-absence de précipitations dans certaines régions aggrave la situation. Ainsi, « plus de 40 % des régions fourragères sont déficitaires, 25 % sont même en déficit important », alerte l'organisme de statistiques du ministère de l'agriculture. Ce sont toujours les régions du quart nord-est qui sont les plus touchées.

Production cumulée d'herbe au 20 juillet 2020Pousse de l'herbe au 20 juillet 2020. En rouge : déficit important (75 % et moins) ; en orange : déficit faible (de plus de 75 % à 90 %) ; en vert : normal (de plus de 90 % à 110 %) ; en vert foncé : excédent (plus de 110 %). (©Agreste-Isop-Météo France - Inra)

« Au 20 juillet 2020, la production cumulée des prairies permanentes ralentit », note Agreste dans son bilan mensuel pour le mois de juillet. « Elle est estimée à 90 % de la production cumulée de référence à la même période. Plus de 40 % des régions fourragères sont désormais déficitaires, 25 % présentent même un déficit important. »

Ce sont les régions du Grand-est et des Hauts de France qui sont les plus touchées, comme indiqué déjà dans le bilan de juin 2020. Le retard de pousse s'amplifie : la pousse cumulée en juillet en pourcentage de la pousse annuelle de référence est de 44 % dans les Hauts de France (contre 76 % pour la référence) et 51 % en Grand Est (contre 72 % pour la référence).

D'autres zones sont aussi en déficit désormais : « la Bourgogne-Franche-Comté, la Normandie et les Pays de la Loire où les retards de pousse sont marqués (en recul de 12 à 17 points par rapport à la référence selon les territoires) ».

Face à cette situation, le ministère de l'agriculture a d'ailleurs autorisé l'utilisation des jachères pour les éleveurs de 47 départements touchés par la sécheresse.

Retrouvez le témoignage d'un éleveur touché par le manque d'herbe : Éleveur sarthois, A. Doguet souffre pour ses vaches sonnées par la sécheresse

À l'inverse, certaines régions sont marquées par une pousse cumulée dans la norme (Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie) voire même en fort excédent comme en Paca. 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 8 RÉACTIONS


hub
Il y a 40 jours
Les cours n'augmenteront plus ,ca fait 30 ans qu'ils stagnent !! Faut s'adapter , ne rien attendre de quiconque ,viser l'autonomie complete, aucun achat exterieur, comme avant en somme !!
Répondre
jean-marc
Il y a 40 jours
tu rêves ! c'est un changement radical de politique qu'il faut.
Répondre
Raph
Il y a 40 jours
Bonjour au lieu d'acheter du fourrage a ceux qui ont décider d'arrêter l'élevage produisont moins les cours remonteront automatiquement
Répondre
Jmb67
Il y a 41 jours
Pour ma part, il faudra vendre des vaches et produire moins de lait, et trouver un travail ailleurs........
Répondre
jean marc
Il y a 40 jours
vive la mondialisation! vive la souveraineté alimentaire!
tout le monde se fiche de ce qui se produit en France. même si l'agriculture française ne produit plus rien c'est pas grave y en a ailleurs.
pas de blé=pas d'augmentation des cours y en a ailleurs
au moment ou l'écologie est si "importante" s'il y a rien ils en trouvent ailleurs
mais par contre pour plumer le paysan avec des cours au plus bas et toutes les charges qui augmentent pire que jamais
Répondre
Harrie03
Il y a 41 jours
Je suis a plus de 25000€ d'achat de fourrage pour 60 vaches laitières encore une année de plus pour travailler pour rien ! Mais tout le monde s'en fou tant que ils ont à manger et a boire ! Ils préfère donner au minimum sociaux que de donner a ce qui les nourri ,! Ils ont déjà oublié que pendant le confinement sans nous ils serait tous morts de faim !
Répondre
steph72
Il y a 41 jours
J'estime l'achat de fourrages au minimum à 10 000 e ,une partie du revenu qui y passe.
iL y aura moins d'animaux l'annee prochaine
Répondre
jean marc
Il y a 41 jours
3eme année de sècheresse et tout est normal? faut se rendre sur le terrain et arrêter de se baser sur des cartes. ici tout est grillé! on a des fourrages pour passer l'hiver mais pas le reste de l'été et l'automne.
Répondre