Conseils de nutritionnisteStress thermique et acidose : le lait et le TB prennent un coup de chaud

| par Cabinet de nutrition BDM | Terre-net Média

Vous avez chaud ? Vos vaches laitières aussi ! Et on leur demande simultanément de mener à bien une gestation, de produire du lait, et pour les génisses de terminer leur croissance. Alors comment adapter l'alimentation pour minimiser l'impact de ce stress ? Quelles mesures prendre ? Julie Vallet, consultante indépendante en nutrition pour le cabinet BDM, les détaille pour vous.

Vache laitière alimentationDurant l'été, il peut être préférable d'humidifier la ration avec 1 à 2 l d'eau/VL et d'ajouter 250 g/VL de bicarbonate de sodium. (©Terre-net Média)

Les vaches souffrent davantage de la chaleur que du froid. Le THI, Temperature Humidity Index, permet de situer à quel point elle peut être perturbée par l’élévation d’une température combinée à une humidité élevée. On remarque alors qu’une vache peut être perturbée dès 22°C ! Et ce, même si sa température corporelle se situe autour de 38,5°C et celle de son rumen 40°C.

Indice tempéature-humidité pour les vaches laitièresIndice température-humidité pour les vaches laitières. (©DR) 

Stress thermique

Index

THI

Fréquence respiratoire

Temp rectale

Stress léger

68<THI<71

> 60/min

> 38,5°C

Stress modéré

72<THI<79

> 75/min

> 39,5°C

Stress grave

80<THI<89

> 85/min

> 40°C

Stress sévère

     THI>90

> 120/min

> 41 °C

L’adaptation à cet environnement demande un réel effort aux animaux. Ils évacuent la chaleur corporelle par les voies respiratoires, provoquant une alcalose respiratoire. Ceci entraîne une baisse du bicarbonate disponible naturellement chez l’animal, et favorise donc l’acidose ruminale. Ce phénomène est accentué par la transpiration et les pertes urinaires, il faut veiller au confort du bâtiment et à l’accès à l’eau. Enfin il résulte de tout ceci une baisse de l’ingestion, une dégradation des performances et diverses conséquences sanitaires. En pratique, qu’observe-t-on ?

L’alcalose respiratoire entraîne l’acidose

Les vaches salivent moins, mangent moins, à cause de la chaleur elles économisent des déplacements, et ruminent moins. D’autre part, elles boivent plus. Dans la transpiration et les urines, elles perdent du potassium, du sodium. En même temps, le rythme respiratoire augmente, donc le CO2 expiré, ce qui crée une alcalose respiratoire et le bicarbonate sanguin se déstocke. Tous ces phénomènes cumulés expliquent ce phénomène d’acidose.

Quelles solutions alimentaires ?

  • Distribuer la ration le soir, ou en plusieurs repas, pour limiter les pics de fermentation ruminale.

  • Diminuer la part des concentrés si la ration n’est pas mélangée.

  • Ajouter 1 à 2 l d’eau/j/vache si la ration sèche trop vite.

  • Ajouter 250 g de bicarbonate de sodium/j/vache dans la ration.

  • Distribuer du sel, 80 à 120 g/j/VL.

Lait : baisse de production et de TB

Les vaches hautes productrices (VLHP) et fraîches vêlées sont les plus sensibles au stress thermique, mais les taries et les génisses souffrent aussi ! En effet, le stress thermique affecte le développement des cellules sécrétoires au moment du tarissement, ce qui pénalise le démarrage de la lactation. Ainsi, les VLHP peuvent perdre 1 à 4 kg de lait (moyenne en France 2,4 kg) et jusqu’à 3 points de taux butyreux (TB).

  • Il faut tout d’abord travailler la Baca (balance sanguine en anions et cations), apporter oxyde de magnésium et carbonate de potassium, de façon à atteindre 300 à 350 mEq/kg MS.

  • Il faut également redensifier la ration en énergie, mais faire attention à l’énergie acidogène, dès que l’ingestion baisse. Mieux vaut privilégier l’amidon lent (maïs, pomme de terre...) car la flore amyolytique utilise l’amidon pour produire de l’acide propionique, principal acide gras volatil, ceci favorise l’acidification du pH du rumen ce qui le rendra moins absorbable ; un amidon plus lent limitera cet effet.

  • Favoriser les apports azotés assimilables dans l’intestin, type PDIA.

  • Choisir des fourrages de très bonne qualité, et très digestibles.

  • Apporter de la cellulose plus digestible (de la pulpe de betterave par exemple)

  • S’assurer que la ration est distribuée dans un endroit propre, frais, ombragé, surtout si cette dernière est à base d’ensilage (distribuer le soir de préférence).

  • L’objectif final est de maintenir le pH ruminal proche de 6,2, car 60 % des bactéries du microbiote ont un optimum de fonctionnement à ce pH.

De l'eau et encore de l'eau

Par fortes chaleurs, une vache peut boire jusqu’à 200 litres d’eau par jour ! L’eau doit être accessible sans que la vache n’ait trop à se déplacer.

  • Vérifier le débit suffisant (12 à 15 l/min), installer un compteur d’eau sur le circuit afin de le valider.

  • Valider le nombre et la taille des points d’eau : 7 cm d’abreuvoir/vache, faciles d’accès, notamment en sortie de traite.

  • Plus que jamais, il faut s’assurer de la qualité de l’eau, sa propreté, sa fraîcheur.

Conserver ses vaches en état

Le statut antioxydant fonctionnant au ralenti durant cette période, le risque de cellules somatique et de mammites augmente. Les dépenses énergétiques d’entretien augmentant (pour gérer la thermorégulation), il faut garder un œil sur l’état corporel des animaux. Il faut également être plus vigilant sur les risques de boiteries et fourbures.

La reproduction elle aussi est touchée : les vaches en situation d’acidose ruminale sont plus difficiles à féconder. Le stress thermique est responsable de 10 % de taux de non-retour après l’IA1 chez la vache laitière, et on a une augmentation des inséminations non fécondantes. La mortalité embryonnaire et les avortements augmentent également. D’autre part, il y a un effet délétère sur la mobilité des spermatozoïdes et sur leur résistance à la congélation.

  • Reportez l’insémination avec groupage de chaleurs et semences sexées à une autre période.

  • Evitez les transferts embryonnaires durant cette phase de stress.

Mis à part l'alimentation, il faut soulager les animaux en leur procurant un environnement ombragé et aéré. Pour le confort des vaches, si elles sont au pré, choisir des pâtures avec plusieurs point d’eau et un accès à l’ombre quel que soit le moment de la journée. Dans les bâtiments, il peut être judicieux d’installer un système de brumisation, ou mieux d’aspersion, et des ventilateurs, jouer avec l’ouverture des portes, des faîtières et des bardages mais surtout limiter les temps d’attente des animaux avant et après la traite, vérifier le nombre de places à l’auge et de couchage.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article