Les forumeurs en parlentRobot et pâturage à Derval : illusion ou réalité ?

| par | Terre-net Média

Après trois années d'expérimentation, la ferme de Derval a réussi à fermer le silo de maïs au printemps avec un niveau de production de 27,5 kg/VL/J dans un système en traite robotisée. Sur les forums, certains éleveurs sont perplexes tandis que d'autres trouvent qu'il s'agit là d'une expérience intéressante.

L’article sur le 100 % pâturage avec un robot de traite à la ferme expérimentale de  Derval en Loire-Atlantique fait réagir les éleveurs sur les forums de Web-agri. Cet article annonce que l’élevage obtient un coût alimentaire de 43 €/1.000 litres en ration 100 % herbe.

Vaches laitière pâturage robotLe but d'une station expérimentale n'est-il pas de tester des techniques innovantes et d'essayer des pratiques que les éleveurs n'osent pas toujours mettre en place car jugées trop risquées économiquement ? (©Terre-net Média)

Digounet, adepte du robot de traite estime que les résultats de cette expérimentation mènent les éleveurs droit dans le mur :

« En 100 % herbe, vos vaches ont perdu 2 kg de lait *0,4 € = 0,8 cts /j et elles ont moins consommé 2kg de concentrés soit pour du correcteur à 400 €/t une économie de 0,8 cts … Donc l’un dans l’autre, il n’y a pas eu de gain.

Alors oui, on peut faire dire ce que l'on veut aux marges aux 1.000 litres de lait, vous le savez bien, comme vous savez que ces "marges" sont fausses et sont des hérésies d'un point de vue gestion ! Sauf que 90 % des producteurs n'ont pas compris que les 1.000 litres ne sont pas synonymes de rentabilité et vous écoutent comme la messe !!!
 
Alors par pitié, arrêtez de vendre du rêve, expliquez réellement la rentabilité d'un robot et les moyens pour y parvenir ! J'ose espérer que les personnes de Derval le savent réellement et qu'elles ne croient pas ce qu'elles racontent en affichant qu'on gagne de l'argent avec du pâturage et un coût aux 1.000 l de 43 € ! 

Tout simplement, le coup de gueule d'un producteur en robot qui a dû tout seul sortir des sentiers battus pour trouver la rentabilité, et qui occasionnellement intervient sur d'autres exploitations en robot et j'en ai marre de voir des éleveur plantés parce qu'ils ont fait confiance à des utopistes, vendeurs de rêve ! »

Db42 : « C'est le problème du pâturage dans les coût alimentaire dans ces articles. Ils doivent compter uniquement le coût de concentré. Le coût de la pâture est rarement pris en compte. Selon moi, il faudrait affecter le temps passé, la fertilisation ou autre et l'écart serait peut-être moindre. »

Marge par robot

Digounet donne quelques pistes pour améliorer la rentabilité d’un élevage en robot de traite :

« Déjà, il faut jeter aux oubliettes toutes les marges autoproclamées « gage de rentabilité » comme les marges aux 1.000 l ! Il n’y a qu’un chiffre qu'il faut garder, c’est la marge/robot ou marge/troupeau ; vous savez c'est le truc dont personne ne parle, celui en euros qui définit réellement votre revenu final. 

Comment optimise-t-on un robot ? Avec quel nombre de vaches et à quelle production par vache ? 80 à 20 kg/j ? 70 à 30 kg/j ? 60 à 40/j ? Je charge mon robot au maximum ou je sors trois vaches pour avoir plus de confort pour moi et pour les animaux ? 
Déjà pour en arriver là, tu dois réellement te poser la question de comment on calcule la saturation d'un robot en termes de fréquentation. Après tu arrives sur la partie alimentation et donc un peu circulation aussi, dois-je écouter les sacro-saint experts et les rations à 70 de Pdi à l'auge ? Dois-je continuer dans un système classique à 90-100 de Pdi ? Une fois que ça c'est défini, il n'y a plus qu'à caler la ration en fonction des objectifs et de regarder au niveau de la marge totale ce que ça donne. 

Ah oui, dernière piste : chiffrer tous les fourrages au plus cher !!! Je m'explique :
-soit à l’équivalent du coût de vente du lait (valable pour le concentré)
-soit à l’équivalent de la moyenne de marge d'une rotation grande culture (blé-tournesol par exemple). S'il y a de la pâture, on arrondit en dessous pour la longévité
- ou alors l’équivalent du coût de production des fourrages, si c'est supérieur aux deux autres. 

Et là tu arrives à calculer la marge réelle de ton système et à voir la rémunération réelle qui te reste. Il faut avouer que c'est techniquement barbant et bien moins vendeur que "robot + herbe = 43€/1.000 l" !!! Ce chiffre risque d’être repris de concert par tout le para-agricole car Derval c'est comme la messe. On va encore planter des éleveurs car ce ne sera pas rentable partout et déjà Derval ne nous donne pas les moyens de voir si c'est réellement rentable chez eux, il balance juste un chiffre technico-économique qui n'est pas un gage de rentabilité de l'atelier.

Claudetexier : «  Intéressant ta réflexion Digounet. Ceci dit, le concept de Derval est cohérent. C'est une alternative ! La plus rentable ? Et qui fonctionne ! A chacun son système ! Respectons la différence ! C'est juste une question d'analyse !!!

Les éleveurs sont libres. Nous sommes des chefs d'entreprise ou pas ? La méthode Derval est un exemple de fonctionnement parmi tant d'autres. Existe-t-il un système rentable partout ? Je ne suis pas sûre ! Encore une fois, chacun est libre de choisir son système, c'est quand même mieux d'avoir ce genre d'articles que rien du tout pour nous faire avancer dans nos réflexions.

Dairy : « Plusieurs  points de l’article me semblent curieux.
- Un rendement d’herbe de  6,5 t/ha : c'est très, très faible !!! (bon, je connais  pas non plus les particularités de la zone, mais moi cela me paraît faible)
- 28 ha pour un bon 70 vaches, il doit y avoir forcement des excédents au printemps ?
- Les 28 ha sont très, très  mal valorisés : que 6,5 t de MS, une gestion du pâturage  qui s'apparente plus à une aire d'exercice, des sorties à 7 cm (c'est bien trop haut !), un broyage  systématique des refus... Bref, beaucoup de gaspillage dans cette affaire !
- On n’a pas le détail de la ration : quel type de concentré ? Je sais pas mais 148 euros avec une ration hivernale à base de maïs, c'est énorme !
- Pour moi, ces surfaces seraient mieux valorisées par les génisses ou vu le système de  traite, d'être cultivées en maïs ensilage.
- Je doute également de la performance des 2.000 l de lait par jour produits par le robot... surtout en période de pâturage ! Moi j'aimerais plutôt connaître le lait vendu en laiterie ? »

Chez moi, la ration est 100 % herbe

Pewee : « Je ne comprends pas ce que vous avez contre Derval et l'herbe avec robot. Chez moi, la ration est 100 % herbe depuis le 25 avril et cela se passe très bien. Certes, je n'ai pas beaucoup de production sur le robot, mais je suis certain que je pourrais faire entre 1.600 et 1.700 l par jour sans soucis. Ma moyenne sur sept jours : 28,4 kg de lait avec 2 traites/j et 85 g de concentré/kg de lait.

Fifibzh : «  Pour rappel, Derval est une station d'essai financée par l'argent public et donc sensible aux aspects environnementaux ! Les vaches à l'étable avec du maïs ça fonctionne, alors pas besoin d'une station expérimentale pour savoir ce que l’on sait déjà !
Donc Derval fait du robot et du pâturage avec un gros quota pour une station, ce qui est souvent considéré comme impossible et c'est là que ça devient intéressant. De plus en robot, on ne ferme jamais son silo et Derval le fait et là, c'est intéressant !
La vraie aberration : faire du pâturage dans une région qui n'est pas faite pour cela ! Moi, je préfère voir des stations d'essai avec des robots (Trevarez ou Derval) plutôt que de faire du porc naisseur-engraisseur sur la paille (qui n'intéresse aucun éleveur de porcs).


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article