EngraissementQuel maïs pour les jeunes bovins ?

| par | Terre-net Média

Pour l'engraissement des jeunes bovins, Arvalis-Institut du végétal a évalué la performance technique et économique de différents types de rations maïs : plante entière, épi et grain humide.

Maïs fourrage, épi ou grain humide pour les jeunes bovins : quel est le meilleur aliment d'un point de vue technico-économique ?Maïs fourrage, épi ou grain humide pour les jeunes bovins : quel est le meilleur aliment d'un point de vue technico-économique ? (©Arvalis) A

 

rvalis a réalisé une étude de rationnement des jeunes bovins en engraissement sur sa station expérimentale de St Hilaire-en-Woëvre (55). L'objectif était de comparer les effets zootechniques et économiques des rations à base de différents maïs : fourrage, épi et grain humide. L'énergie est essentielle dans les rations d'engraissement des jeunes bovins. En effet, il faut viser 1 UFV/kg de MS pour 100 g de PDIN/kg de MS (cf graphique ci-dessous en comparaison avec différents aliments) :

Pour l'engraissement des jeunes bovins, il est essentiel d'avoir des rations à haute densité énergétiquePour l'engraissement des jeunes bovins, il est essentiel d'avoir des rations à haute densité énergétique. (©Arvalis)

Ainsi, Arvalis a testé quatre rations différentes sur ses lots de jeunes charolais :

- Maïs ensilage (5,8 kg MS) + orge (2,5 kg) + tourteau de colza (1,75 kg)

- Maïs épi (6,9 kg MS) + tourteau de colza (2,1 kg) + paille alimentaire (0,6 kg)

- Maïs grain humide entier (6,5 kg de MS) + enrubannage de luzerne (2,4 kg MS) + tourteau de colza (1,25 kg)

- Maïs grain humide broyé (5,3 kg MS) + enrubannage d'herbe (2,3 kg MS) + tourteau de colza (1,7 kg)

(à chaque ration s'additionne 1 à 2 % de CMV et de la paille à volonté)

Performances équivalentes pour des marges finales différentes

Concernant les performances zootechniques, les quatre rations sont équivalentes car elles permettent d'obtenir le même GMQ : 1 060 g/j (+/- 1 %). Les animaux ont été abattus à 426 kg de carcasse en moyenne.

Pour calculer le coût alimentaire des quatre rations, Arvalis a fait la moyenne des valeurs des aliments sur la période 2010-2016 :

Coûts des différents aliments (source : Perel) selon les rendements annuels (source : Isop).Coûts des différents aliments (source : Perel) selon les rendements annuels (source : Isop). * Coût évalué dans l’hypothèse d’un rapport rendement grain/rendement plante entière de 50 % et d’un rendement épi/rendement plante entière de 58 % / ** + 15 € frais d’aplatissage. (©Arvalis)

Les calculs montrent alors de réelles différences de coûts :

- pour la ration composée d'ensilage de maïs fourrage, le coût s'élève à 353 €/carcasse ;

- dans la ration composée de maïs épi, celui-ci a permis de supprimer le concentré énergétique mais la quantité de concentré protéique a dû être revue à la hausse (+ 70 kg brut/JB). Le coût final est alors de 402 €/carcasse ;

- le maïs grain humide combiné a l'enrubanné a permis de diminuer les quantités de concentré protéique de 40 à 130 kg brut/JB. Cependant le coût alimentaire de la ration "maïs grain humide entier + enrubannage de luzerne" s'élève à 448 €/carcasse ;

- pour le maïs grain humide broyé associé à l'enrubannage d'herbe, le coût est de 419 €/carcasse.

Pour conclure, le maïs grain humide combiné avec l'enrubannage donne des marges partielles inférieures à celle du maïs plante entière (- 1 000 à - 2 000 €). Cependant, si les rendements avaient été supérieurs de 20 %, le résultat aurait été supérieur de + 500 à 550 € pour ces rations ainsi que pour le maïs épi. Les résultats sont donc dépendants des rendements de maïs grain humide et de maïs fourrage. Il est envisageable d'utiliser le maïs sous forme de gain humide ou d'épis dans les cas d'excédent de maïs fourrage mais il devra être obligatoirement associé à des fourrages de l'exploitation (herbe, luzerne, etc.) de bonne qualité : viser 0,75 UFV/kg de MS minimum et 15 % de MAT pour faire de réelles économies sur le correcteur azoté. Ce type de ration permet alors de renforcer l'autonomie alimentaire en augmentant la concentration énergétique de la ration par rapport à du maïs plante entière. Cela permet de réduire d'environ 2/3 la part d'orge et de tourteau de colza. Aussi, les performances d'engraissement sont maintenues et même identiques à celles obtenues avec des régimes à base d'ensilage de maïs. Attention tout de même à privilégier les variétés de maïs « typés grain » pour la récolte en maïs grain humide ou en épi.

Pour rappel, l'ensileuse permet de récolter le maïs fourrage (environ 30 à 35 % de MS) et le maïs épi (grains + rafles + spathes, ce qui donne un ensilage compris entre 50 et 60 % de MS). Ce dernier est un aliment énergétique, riche en cellulose mais pauvre en protéines. Grâce à une moissonneuse-batteuse, on peut également récolter le maïs en grain sec ou humide. Pour le maïs grain humide, il peut être conservé en entier inerté (26 à 35 % d'humidité du grain) ou broyé ensilé (32 à 38 % d'humidité du grain) et dans les deux cas, il s'agira d'un aliment concentré très énergétique mais qui nécessitera un apport de fibres dans la ration pour l'équilibrer. 

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Julie KIFFER
Il y a 5 jours
1060G de gmq? n'y aurait il pas une faute de frappe???
Répondre